Reprise des manifestations en Guinée : Que réclame l’opposition ?

Des leaders de l'opposition guinéenne  Photo-Africaguinee.com

CONAKRY- En attendant la reprise de ses manifestations de rue, l’opposition guinéenne a fait lecture ce lundi 7 Mars 2016, de ses revendications vis-à-vis du Gouvernement.

Nous vous livrons à cet effet le contenu d’une déclaration de l’opposition qui est parvenue à notre rédaction…

 

L'opposition républicaine interpelle le Gouvernement sur la nécessité de diminuer les prix du carburant à la pompe conformément à ses propres engagements relatifs à la flexibilité des prix des hydrocarbures. Elle estime qu'il est inconcevable que le prix de 8.000 FG le litre fixé lorsque le baril de pétrole était côté à 130 dollars US reste inchangé quand le meme baril est à 30 dollars us, soit une baisse vertigineuse de près de 70 pour cent. 

Cette situation est d'autant plus intolérable qu'un examen de la structure des prix des hydrocarbures révèle que les taxes et impôts prélevés par l'Etat représentent plus de 50% du prix à la pompe. Le maintien de ce prix au niveau actuel constitue donc une véritable surtaxe imposée par l'Etat au détriment du pouvoir d'achat et du bien-être des populations, le carburant étant un facteur déterminant dans la fixation des prix de la quasi-totalité des produits et des prestations qui conditionnent la qualité de vie.

L'opposition républicaine qui agit au nom et dans l'intérêt de ses millions de militants et sympathisants, voire de tout le Peuple de Guinée, a plus de légitimité à exiger du Gouvernement la baisse du prix homologué des produits pétroliers que les syndicats eux-mêmes qui viennent d'appeler à une grève générale et illimitée. Il est en effet évident que cette exigence dépasse le cadre des revendications catégorielles et corporatistes qui constituent l'apanage des organisations syndicales dont les mandants ne constituent qu'une frange limitée de la population.

En refusant toute concession sur la réduction des prix des hydrocarbures et en procédant insidieusement à une reforme fiscale qui l'a conduit à augmenter la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) et à procéder à la taxation de produits de première nécessité auparavant exonérés, le Gouvernement a décidé de faire payer par les citoyens guinéens, la facture de sa malgouvernance.

L'opposition déplore que le Gouvernement s'oppose à toute mesure visant à réduire le train de vie de l'Etat, à lutter contre la corruption et la gabegie financière, à l'octroi de marchés de gré à gré surfacturés, à l'utilisation de l'argent public et des moyens de l'Etat à des fins de campagne électorale, etc…   

L'opposition condamne énergiquement ces pratiques et invite instamment le Gouvernement, pour renflouer les caisses de l'Etat soumises ces dernières années à un pillage systématique par la généralisation de la corruption, à l'exercice d'une gouvernance plus vertueuse et moins créatrice de déficits et de déséquilibres économiques et financiers.

L'opposition exige du Gouvernement que la baisse du prix du carburant à la pompe, qui est une demande sociale portée par toute la nation, soit effective au plus tard le 20 mars 2016. A défaut, elle appellera le Peuple de Guinée à participer à des manifestations publiques et pacifiques qui ne prendront fin que lorsque les prix homologués des produits pétroliers feront l'objet d'une révision conséquente à la baisse, dans l'intérêt évident des populations guinéennes.

L'Opposition invite le Peuple de Guinée à rester mobilisé pour la défense de ses droits imprescriptibles à la justice, à la Démocratie et au bien-être.

Conakry le 07 mars 2016

Créé le 8 mars 2016 19:22

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces