Guinée : Tenue à Conakry du Forum national consultatif sur la santé communautaire…

CONAKRY- Avec le soutien des partenaires techniques et financiers (PTF), le Gouvernement guinéen, à travers le ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique a organisé du 24 au 26 avril 2024 un forum national consultatif sur la santé communautaire, sous le thème : ‘’Renforcer la santé communautaire pour l’atteinte de la couverture sanitaire universelle’’.

Durant ces trois jours, ce Forum a rassemblé des responsables intervenant dans le domaine de la Santé, venus des sept (7) régions administratives et la zone spéciale de Conakry. Plusieurs pays africains dont le Benin, le Burkina Faso, le Togo, le Rwanda ont également pris part à cette importante rencontre qui a rassemblé plus de 281 délégués, dont des cadres gouvernementaux, régionaux et préfectoraux, ainsi que certaines agences du Système des et quelques représentants des missions diplomatiques accrédités en Guinée.

Durant ces 72h d’intenses travaux, le forum national consultatif s’est appuyé essentiellement sur la Déclaration d’Astana (2019), l’appel de l’Union africaine pour 2 millions d’agents de santé communautaire (2020), tout en s’alignant sur les 3 objectifs stratégiques du plan stratégique national de la santé communautaire 2023-2027. Plusieurs thématiques ont ponctué les débats dont entre autres : le processus de mise en œuvre de la santé communautaire, la place de la santé communautaire dans l’atteinte de la CSU en Guinée, la perspective des PTF dans la mise en œuvre de la santé communautaire (financement, appropriation). A l’issue des discussions, les participants ont formulé des recommandations  fortes aux autorités guinéennes en vue d’améliorer le système de santé communautaire en Guinée. Il s’agit entre autres :

1. Prévoir la Santé Communautaire dans la ville de Conakry ;
2. Mettre en place un fond commun pour la santé communautaire ;
3. Faire une évaluation annuelle de la santé communautaire et classer les préfectures en fonction de l’évolution des indicateurs ;
4. Définir les actions concrètes de transfert des compétences ;
5. Mettre en place un comité de suivi des recommandations issues du forum par un arrêté conjoint du Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique et celui de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation ;
6. Inscrire dans les plans de travail de la Direction Nationale de la Santé Communautaire et de la Médecine Traditionnelle (DNSCMT) et de la Direction Générale de l’Appropriation des Services Sociaux de Base (DGASSB), la dissémination des rôles et responsabilités des acteurs des différents niveaux ;
7. Opérationnaliser la Fonction Publique Locale ;
8. Intégrer des activités de Santé Communautaire dans les Plans de Développement Local (PDL) et les Plans Annuel d’Investissement (PAI) ;
9. Transférer aux collectivités locales les fonds de l’Etat alloués au financement de la santé communautaire ;
10. Renforcer la capacité des collectivités locales pour la mobilisation des ressources domestiques au près du secteur privé ;
11. Harmoniser et orienter le financement de la Santé Communautaire par les PTF en direction des Collectivités Locales ;
12. Promouvoir les mutuelles de santé.

Au niveau Coordination :

13. Diffuser les documents de Politiques, Lois et Textes règlementaires de la Santé Communautaire ;
14. Organiser les réunions intersectorielles périodiques de la Santé Communautaire ;
15. Associer les IRS et les DPS dans l’élaboration et la signature des contrats des OSC dans le cadre de la mise en œuvre des activités de la Santé Communautaire

Au niveau Ressources :


16. Meubler le cadre organique au niveau régional, préfectoral et sous-préfectoral;
17. Recruter et affecter le personnel de santé dans les communes conformément à la réalité de chaque Formation Sanitaire ;
18. Promouvoir le recrutement local du personnel de santé pour garantir la fidélisation conformément aux dispositions de la loi portant statut des fonctionnaires des collectivités locales ;
19. Prendre en charge les acteurs communautaires (ASC et RECO) au SMIG ;
20. Mobiliser les ressources à travers le partenariat public/privé pour soutenir la Santé Communautaire ;
21. Construire de nouvelles infrastructures en fonction de la carte sanitaire.

L’élaboration et l’adoption des documents de politique nationale de Santé Communautaire dont la mise en œuvre constitue une étape fondamentale de l’évolution vers la couverture de santé universelle illustrent encore plus la volonté politique des autorités guinéennes au plus haut niveau, a indiqué le ministre des Affaires Étrangères à l’ouverture des Travaux.

Dans cette logique, ajoute Dr. Morissanda Kouyaté, notre rôle s’inscrit dans la dynamique internationale de la promotion de la santé communautaire.

« Le thème ‘’renforcer la santé communautaire pour l’atteinte des objectifs de la couverture universelle en Guinée’’ nous invite tous, gouvernement, société civile, partenaires techniques et financiers, organisations internationales à renforcer nos engagements pour la conquête de la santé en général et la conquête particulière de la santé communautaire parce que c’est là où se trouve le secret. Les grands hôpitaux et les polycliniques sont les bienvenues mais l’objectif final c’est de faire en sorte que peu des malades arrivent dans ces hôpitaux. Alma Ata (Kazakhstan), Addis Abeba, Ouagadougou, toutes ces déclarations doublées de vos expériences individuelles et collectives ont suffi à faire de ce forum un germoir de nouvelles actions pour une nouvelle couverture sanitaire totale de notre pays », a déclaré le Ministre des affaires étrangères, de l’intégration africaine et des Guinéens établis à l’étranger à l’ouverture de ce forum.

Avant de clore son discours, Dr. Morissanda Kouyaté a pris un engagement au nom du Chef de l’Etat ment devant les partenaires techniques et financiers. « Au nom du Président de la transition, je voudrais vous rassurer, que le gouvernement fera tout ce qui est en son pouvoir pour la mise en œuvre des recommandations issues de ce forum », a-t-il promis.

Le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique a abondé dans le même sens.  « Je vous rassure au nom du président de la transition le Général Mamadi Doumbouya et du premier ministre Amadou Oury Bah, que tout le gouvernement se mobilisera pour trouver les voies et moyens pour atteindre l’objectif principal, celui de la couverture sanitaire universelle. Nous devons tous être unis pour qu’on puisse mettre en œuvre les recommandations issues de ce présent forum. Il n’y a pas que le niveau central qui doit jouer sa partition, chacun d’entre nous doit jouer son rôle », a déclaré Dr Oumar Djouhé Bah, tout en saluant le soutien des partenaires techniques et financiers.

« J’en suis persuadé que les engagements pris ici aboutiront à garantir un accès équitable aux soins de santé de qualité permettant de faire avancer notre pays vers la couverture sanitaire universelle. Je salue l’engagement de tous les partenaires techniques et financiers qui œuvrent aux côtés du gouvernement pour soutenir la mise en œuvre de la stratégie de santé communautaire », a laissé entendre le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique.

De son côté, le représentant de I’OMS en Guinée, Chef de file des partenaires techniques et financiers du secteur de la Santé en Guinée a fait savoir que les partenaires techniques et financiers ont fourni la totalité des fonds requis pour soutenir la mise en œuvre de l’approche santé communautaire, ce qui témoigne de leur solide partenariat avec le gouvernement guinéen.

« Les partenaires techniques et financiers ont également travaillé en étroite collaboration avec les autorités communales pour renforcer la responsabilisation et la gouvernance locale. Mais, malgré les avancées enregistrées, des défis majeurs persistent notamment : la dépendance de la santé communautaire du financement des PTF ; La faible accessibilité aux soins de santé d’une partie de la population, en particulier dans les zones rurales ; L’insuffisance d’infrastructures de santé et de ressources humaines, le déficit de sensibilisation et de formation. Ces défis sont à portée de mains. Il suffit que chaque acteur joue pleinement son rôle », a indiqué Jean-Marie KIPELA.

Selon lui, il a été prouvé dans de nombreux pays y compris dans la Région africaine que des progrès sanitaires et sociaux tangibles sont possibles aux conditions suivantes :

  • Un leadership et un engagement politique sans faille ;
  • La constitution des partenariats et de coalitions impliquant toutes les parties prenantes y compris les leaders des communautés et le secteur privé ;
  • L’investissement dans les ressources humaines, notamment la formation, la certification, l’accréditation, le recrutement et la fidélisation d’agents de santé communautaire en nombre adéquat et motivés en termes de rémunération, de cadre de travail et de conditions de vie ;
  • La mise en place des infrastructures, équipements, commodités et médicaments essentiels ainsi qu’un système d’information sanitaire robuste ;
  • L’introduction et l’innovation en particulier les technologies de l’information et de la communication, et les moyens de diagnostic rapide sur le terrain ;
  • La mise en place d’un cadre de redevabilité mutuelle engageant tous les acteurs du système de santé et du développement.

« Ceci exige un financement prévisible et pérenne reposant d’abord sur les ressources du budget national de développement, ainsi que des ressources locales des communautés, soutenues par des engagements externes alignés sur les priorités nationales », a souligné Jean-Marie KIPELA.

De son côté, le Ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation a indiqué qu’il milite pour la collaboration étroite entre son département et celui de la santé et de l’hygiène publique pour la mise en œuvre réussie de la stratégie de santé communautaire dans le pays.

« La présente rencontre revêt une importance cruciale pour notre mission commune, celle d’accélérer la mise en œuvre de la stratégie de la santé communautaire de notre pays, en vue de fournir des services sociaux de base de qualité aux populations, notamment les soins de santé primaire. Le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation et le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, doivent continuer à travailler en étroite collaboration, pour la mise en œuvre réussie de la stratégie de santé communautaire dans notre pays », a proposé le Général Ibrahima Kalil Condé.

Oumar Bady Diallo
Pour Africaguinee.com
Tel : (00224) 666 134 023

Créé le 27 avril 2024 07:05

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces