Crime à Conakry : le béret rouge qui abattu Daniel Harris mis aux arrêts…

Image d'illustration

CONAKRY-Un béret rouge du BATA (bataillon autonome des troupes aéroportées), -une unité d'élite de l'armée guinéenne-, a été arrêté après avoir abattu un civil dans la nuit du lundi à mardi 23 mars 21.

Le meurtrier présumé du jeune Daniel Harris Baldé a été mis aux arrêts. L’information nous a été confiée ce mercredi 24 mars 2021, par l’adjudant Mamady Bayo, témoin des faits et ami du grand-frère direct de la victime. Son identité n’a pas été dévoilée pour le moment.

"Il s’agit effectivement d’un adjudant du BATA qui a mitraillé le jeune Daniel, la trentaine", nous explique une source proche de la victime, qui en tout, aurait reçu cinq balles avant de succomber à ses blessures alors que ses proches l’évacuaient en urgence. Les faits se sont déroulés au quartier Tombolia Plateau, tard dans la nuit du lundi. Que s’est-il réellement passé cette nuit ? Témoin des faits, l’adjudant Mamady Bayo, interrogé par un journaliste d’Africaguinee.com, raconte. Il explique que dans ses mains que le jeune Harris a poussé son dernier souffle.

« Dans la nuit du lundi à mardi 23 mars, on était assis avec le petit Harris aux environs du 2 heures de matin. Pour un premier temps, le monsieur (l'assassin présumé, ndlr) est venu avec deux autres personnes. Il a salué et s'est présenté à nous en tant qu’agent. On l’a reçu en tant frère puisque nous sommes tous des agents. Par la suite, ils sont répartis. Mais lui est revenu seul et nous sommes restés assis. Le petit Daniel était assis à côté de moi. Je ne sais pas ce qui s’est passé entre eux, c’est d’un seul coup qu’on les a vus se prendre aux collets, on les a séparés. Mon ami même, (le grand frère du défunt, ndlr), étant aussi agent, a donné deux pairs de gifle à son jeune frère en lui disant de ne plus se bagarrer avec un corps habillé. 

C’est un ainsi que j’ai pris le petit pour l’amener à la maison. Mais entretemps, l’agent a pris la fuite pour aller prendre un PMAK. En cours de route, on a entendu des coups de feu. Il y avait des gens qui étaient assis à côté, ceux-ci sont rentrés dans un couloir pour se sauver. J’étais avec le petit et lorsqu’il a vu l’agent, il a dit : puisque tu as l’arme maintenant, tu es venu me tuer, alors tue-moi. J’ai demandé au petit de rester calme. C’est ainsi que l’agent a tiré une balle qui m’a raté mais qui a finalement atteint le petit au niveau de la cuisse. Il a encore tiré une autre balle qui l’a touché à l’épaule et une autre à la cuisse. Je me suis mis à terre et c’est pendant ce temps qu’il a pris la fuite. Je l’ai pourchassé mais le petit m’a appelé pour me dire : Il m’a tué. Je suis allé voir son grand frère pour lui dire de faire sortir la moto pour qu’on évacue d’urgence son petit frère qui a été touché par balle. On a pris la moto à trois et c’est en cours de route, en allant vers Foulamadina que j’ai senti que le petit a cessé de vivre. On a rebroussé chemin. On a déposé le corps à la brigade de recherche de la T7 jusqu’au matin. Ensuite il a été transporté à l’hôpital Ignace Deen » a expliqué Mamady Bayo.

L’auteur du crime a été arrêté d’après lui. « Ce matin, j’aurais appris que l’auteur du meurtre a été arrêté. C’est un adjudant, un béret rouge du BATA » a-t-il précisé. Une autre source nous a également confirmé que le meurtrier a été arrêté et conduit à la brigade de recherche de Sonfonia pour la suite des enquêtes.  

Dans la famille du défunt, c'est le choc et la consternation. La maison ne se désemplit. Le grand frère de la victime est encore sous le choc. L’adjudant Saikou Yaya Baldé peine à s’exprimer sur la tragique fin de son frère Daniel Harris Baldé.

« Pourquoi sur mon frère ? Moi je croyais que cet agent était formé pour protéger les populations et non pour les tuer. Je viens de perdre mon papa au village, je m’apprêtais à prendre part aux funérailles et c’est mon jeune frère qui vient de se faire abattre. Je ne sais plus même quoi dire. Sinon j’ai même frappé le petit à cause de lui parce qu’il m’a dit qu’il est un adjudant. Je ne comprends vraiment pas cette attitude » a-t-il déclaré.

Pierre Koivogui est l’ami de classe de Daniel. Dans la journée du mardi il était ensemble avec le défunt jusqu’aux environs de 21 heures, moment où ils se sont quittés. « Daniel, c’est un ami intime et de longue date. Je passais tout le temps avec lui. Le jour même où il a été abattu, de 7h jusqu’à 21 h on était ensemble en train de blaguer. Je suis très triste par rapport à ce qui s’est passé.  Daniel était timide. Quand il rentre dans un kiosque, il s’asseyait souvent seul et ne parlait pas beaucoup. C’était un homme gentil qui a beaucoup fait pour moi. On s’est connu depuis à Macenta, en 2004. On s’est encore retrouvé à Conakry. Mais je n’aurais jamais imaginé qu’on allait m’informer qu’un militaire a abattu mon ami avec cinq balles » déclare Pierre Koivogui.

 

 Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 664-72-76-28

Créé le 24 mars 2021 15:02

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_