Procès des évènements du 28 septembre : Ces révélations de Mohamed Condé, ex-commandant du salon de Dadis…

CONAKRY- Le procès des atrocités  du 28 septembre 2009, a repris ce lundi 08 janvier 2024. A la barre du tribunal criminel de Dixinn, délocalisé à la Cour d’appel de Conakry, Mohamed Condé alias Escobar, ex-commandant du Salon du capitaine Moussa Dadis Camara. Dans sa déposition, il a révélé avoir empêché l’ancien homme fort du CNDD à se rendre au stade, sur instruction du Commandant Aboubacar Sidiki Diakité, dit Toumba.


En face du juge Ibrahima Sory II Tounkara à la barre, l’officier déclare: « Le matin du 28 septembre 2009, j’étais au salon, (précisant qu’il est le commandant du salon de l’ancien président de la transition). Toumba est venu, il est entré dans le bureau du président. Sous peu du temps, il est ressorti, il m’a dit: Ablo, je suis dans mon bureau, pour tout problème fais-moi signe. Si jamais le président sort d’ici, quand je viens je vais t’arrêter. J’ai dit qu’il n’y a pas de problème. J’étais un peu fatigué, je dormais, soudainement Dadis est sorti de son bureau en courant, il a traversé le salon », a rappelé Escobar.

Poursuivant, il fait croire que ce sont les termes tenus par Dadis qui l’ont poussé à l’empêcher d’aller au stade. « Allons-y (au stade du 28 septembre, Ndlr), ils vont nous tuer là-bas tous« , ajoute-t-il, attribuant ces propos au capitaine Dadis Camara.

« Je me suis réveillé, je regarde à gauche et à droite je ne vois personne. Au moment où je sortais du salon, il était déjà monté dans le véhicule. Je suis allé enlever la clé du véhicule. Dadis est descendu du véhicule et m’a dit : Escobar, tu peux oser enlever la clé de ma voiture? J’ai dit non monsieur le président, vous n’allez pas partir, rentrons à la maison. J’ai appelé les amis qui étaient à côté, je leur ai dit de venir m’aider à plaider le président pour qu’il rentre », explique Mohamed Condé dit Escobar.

Les actes de reconnaissance de Dadis 

« Dans la nuit du 28 septembre 2009, le président Dadis est sorti encore, il est venu au salon pour demander où est Escobar? J’ai dit monsieur le président, je suis là. Il dit viens avec moi. On est entré dans son bureau. Il m’a demandé : pourquoi tu m’as bloqué? Je lui ai répondu en disant monsieur le président, le langage que vous aviez tenu:  »Allons-y, ils vont nous tuer tous ». On va où, ils vont nous tuer tous? Vous avez oublié que vous m’aviez envoyé faire ma formation professionnelle? Je connais, avec ce langage, je ne vais pas vous laisser partir. Il a dit : ‘’Escobar, est-ce que tu sais que tu m’as sauvé la vie? J’ai dit pourquoi. Il a repris en disant : Si je partais, ils vont dire que c’est moi qui étais en tête. Après il m’a pris la main, on est venu au salon. Dadis a dit ceci aux autres agents: Celui qui ne respecte pas Escobar, il va être chassé d’ici. C’est lui qui est là, c’est lui qui est mon garde-corps« , a retracé Mohamed Condé.

A suivre…

Dansa Camara DC 

Pour Africaguinee.com 

Créé le 8 janvier 2024 13:07

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

ECOBANK

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces