Guinée : Kusch, la nouvelle drogue qui fait des victimes à Conakry…

La police scientifique dressant son constat sur les lieux de la découverte macabre

CONAKRY- La consommation d’une nouvelle drogue appelée Kusch qui serait importée de la Sierra Léone prend de l’ampleur à Conakry, notamment dans la couche juvénile. Cette drogue dangereuse aurait déjà fait deux victimes, selon des témoignages concordants.

A Gbéssia Port 2, secteur Limanyah, dans la commune de Matoto, le corps inerte d’un homme d’une cinquantaine d’années a été retrouvé dans une chambre ce lundi 31 octobre 2022. La découverte macabre signalée par les riverains auprès des autorités, soulève des interrogations. Certains indexent l’effet de cette drogue.

Mohamed Camara alias John, agent de gardiennage et originaire de Siguiri a été retrouvé mort seul dans sa chambrette, au secteur Nabéyah, à Gbéssia Port 2. La police scientifique qui s’est rendue sur les lieux évoque une mort causée par une substance nocive que la victime aurait ingéré.

 « C’est ce matin que nous avons été alertés par la cellule de transmission et d’intervention du ministère de la sécurité et la protection civile, nous annonçant qu’un corps a été découvert à Gbéssia Port 2. Nous avons alerté le procureur de la république, le commissariat de la zone, et nous nous sommes rendus sur les lieux. Arrivée, on a trouvé la cheffe du quartier et les voisins. Et on a trouvé le corps d’un individu qui est resté inerte dans sa chambre. Il est tombé sur sa face. Nous avons essayé d’investir les lieux avec l’appui de la médecine légale. On a examiné le corps, le résultat du constat nous indique que la victime a dû ingérer une substance nocive qui a dû le mettre dans un état second, finalement il a chuté, et en chutant il est tombé sur sa face. Le médecin légiste a constaté que la langue du défunt est enflée. Ça s’est suite à l’administration de cette substance qu’il l’a amené à être dans cet état jusqu’à ce que la mort s’en suive », a expliqué commissaire principal de police Mohamed Ndiaye, responsable de la police technique et scientifique.

Selon Sylvie Haba, la voisine directe du défunt, Mohamed Camara alias John travaillait en ville. C’est seulement le weekend ends qu’il revenait à la maison pour passer la nuit.

« Le Samedi, moi je sors pour aller au travail. Et à 20 heures, ce jour, il m’a trouvé assise devant ma chambre et m’a saluée. Il avait du thé en sachet dans ses mains. Il est rentré dans sa chambre. Hier comme c’est dimanche, je pensais qu’il dormait parce que des fois il s’endorme sans rabattre sa porte et parfois il la ferme. Et hier dimanche, avec les enfants nous ne l’avons pas vu. Les lundis, d’habitude il venait prendre l’eau chez moi pour aller faire ses besoins. Mais ce lundi matin, mes enfants ont constaté que le monsieur n’est pas venu. Nous nous sommes mis à s’interroger. Et puisque c’est des enfants, je me suis dite de les envoyer à l’école, après je vais informer le voisinage. Je suis allée voir une vieille d’à côté. Nous sommes allées taper à sa porte, on l’a appelé mais il ne répondait pas. La vieille a incliné son rideau, j’ai jeté coup d’œil et j’ai vu le monsieur couché sur sa figure. Puisque nous sommes des femmes, nous n’avons pas touché à son corps. On a fait appel aux hommes, qui, eux aussi ont informé les autorités tout en nous demandant de rester loin du corps, en attendant l’arrivée des autorités compétentes », a témoigné cette voisine.

Elle ajoute qu’elle ne connait pas le défunt jusqu’à savoir ses vices. Mais selon elle, c’est avec du thé seulement qu’elle le voyait ramener à la maison.

« Je vais mourir un jour, mais ce que je peux témoigner, c’est du thé (Ataya) seulement que je voyais avec lui. S’il prenait la drogue ou d’autres substances, ça c’est à mon insu parce qu’on n’est pas trop proche. Il n’y a que la salutation qu’on se faisait. On nous a dit, qu’il avait une femme et un enfant. Mais les deux avaient divorcé. C’était un homme respectueux et gentil », a ajouté Silvie Haba. 

 A Gbéssia port 2, ce cas de décès ‘’suspect’’ est le deuxième en moins de 24 heures. Une situation inquiétante selon le commissaire principal de police Mohamed Ndiaye qui voit des morts qui seraient dû à l’utilisation d’une nouvelle forme de drogue appelée « Kusch ».

« Nous nous avons des préoccupations dans cette zone de Conakry. Le quartier Gbéssia Port 2 nous inquiète car même hier nous avons fait une descente dans ce même quartier où nous avons trouvé un jeune qui a perdu la vie la nuit. Il est tombé à 10 mètres de chez lui. Là aussi on a trouvé les mêmes substances, la langue qui est avalée, la famille même n’était pas au courant du décès de leur enfant. Aux dires du chargé à la jeunesse qui s’est présenté à nous en nous informant qu’il y a des jeunes qui sont allé l’informer à la maison qu’il y a un groupe de jeunes qui sont allés vers le quartier voisin Yimbaya pour saccager la maison d’un présumé vendeur de drogue communément appelée Kusch qui sévit actuellement dans cette zone.

Nous nous sommes rendus sur les lieux, on a effectivement constaté que tout est vandalisé, saccagé. C’est des baraques qu’ils ont construit et il semblerait que c’est des citoyens de nationalité léonaise qui vivent dans cette zone. On a interpellé certains mais d’autres n’y étaient pas. On leur a fait une mise en demeure de se présenter au commissariat central de Gbéssia avec le propriétaire des lieux pour mener des enquêtes pour savoir qu’est-ce qu’ils y vendent, si effectivement il y a cette substance là-bas, on va examiner au laboratoire pour savoir de quoi elle est constituée », a ajouté commissaire principal de police Mohamed Ndiaye qui n’a pas manqué d’inviter les autorités communales à prendre des dispositions idoines par rapport à ce phénomène.

Selon l’officier, un autre jeune ayant consommé le même type de drogue, dans le même quartier a failli en mourir il y a quelques semaines de cela.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664 72 76 28

Créé le 31 octobre 2022 16:09

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: