Fin de calvaire pour les habitants de Laabha Buruwal : «Vous nous avez sauvé d’une situation difficile…»

TOUGUE-Le 25 juin dernier, votre quotidien électronique publiait un reportage inédit sur le quotidien insoutenable des femmes à Laaɓa Buruwal, une localité isolée confrontée à un manque criard d’eau. Suite à notre article, une véritable chaîne de solidarité s’est enclenchée en faveur de cette bourgade située dans la commune rurale de Kollagui, préfecture de Tougué. Les premières gouttes d’eau tirées d’un forage jaillissent pour la première fois dans l’histoire de ce village de 1777 habitants. Un grand ouf de soulagement pour les habitants.

Des associations, des entreprises ainsi que de simples bonnes volontés ont manifesté leur compassion et ont partagé la peine de ces villageois. Ce jeudi matin, les femmes de ce village ont puisé l’eau au premier forage octroyé par le Groupe OGI dans la joie. Le calvaire lié à la corvée d’eau sera bientôt un lointain souvenir. Certains habitants n’en reviennent pas.

Neene Aminata Sow, du haut de ses 70 ans, a enfin vu l’eau potable dans son village, chose qu’elle n’attendait pas durant toute sa vie. La septuagénaire est dans toutes les émotions d’avoir la chance de voir l’eau sans marcher plus de 3km. Et si toutes les conditions sont réunies, dans les prochains jours c’est devant sa porte que cette mère de famille devra puiser l’eau grâce à ce don précieux de du Groupe OGI.

Lire aussi-Immersion dans le quotidien insoutenable des femmes à Laaɓa Buruwal : « Ici, un seau d’eau a plus d’importance qu’une tonne de riz…»

« Vous avez eu raison de venir montrer notre problème au monde entier. Votre aide commence à impacter notre village. Seuls des fils bénis comme vous peuvent œuvrer pour sortir ses semblables de certains calvaires comme le manque d’eau. Dites amine à tout moment, nous prions pour vous. Quand on se rappelle le jour où vous étiez venus marcher avec nous pour comprendre notre problème, ce jour est diffèrent d’aujourd’hui. Les machines sont venues creuser deux forages pour nous, c’est l’installation qui n’est pas terminé, nous attendons la suite. Présentement ils ont laissé quelques robinets afin qu’on puise comme ça en attendant qu’ils trouvent les moyens de faire le reste. A votre passage je vous avais expliqué que nos arrières parents ont souffert pour l’eau, nos parents directs, ensuite nous les fils et filles étions dans le même calvaire avec nos enfants. Particulièrement, j’ai vécu jusqu’à voir une pompe dans le village avec tous les parents. Nous ne pouvons exprimer notre satisfaction et notre soulagement.

Inutile de rappeler que nous marchions de l’aube aux environs de 11 heures pour rentrer avec l’eau à filtrer. Je pense que bientôt la fin de la quête de l’eau à la lumière des lampes torches, étant exposées aux reptiles et à toutes formes d’insécurité. Vous nous avez sauvé d’une situation difficile, je prie le bon Dieu qu’il trouve la solution à tous vos problèmes familiaux et dans le cadre du service. Qu’Allah vous épargne de tous les problèmes. Ces images des machines qui sont entrées dans le village pour lancer les travaux resteront à jamais dans la mémoire collective. L’on se souviendra à jamais de cette matinée quand tout est parti pour nous. Mais on se souviendra aussi de votre passage par lequel l’élan de solidarité est parti, ce que nous avons vu au début comme anodin. Hier des petits robinets ont été installés, nous sommes là pour puiser. Bientôt nous n’irons pas à Dombelé à la source du village. Ce jeudi matin chacun a eu quelques récipients remplis sur place sur l’un des forages. Les techniciens ont dit quand les panneaux solaires seront installés, l’eau va jaillir beaucoup plus. Nous gardons cet espoir aussi », témoigne Neene Aminata Sow, la vieille à al jarre, éblouie par des émotions de joie.

Lire aussi-Immersion à Laabha, village isolé en manque de tout : « C’est comme si nous vivons dans une prison… »

Oustaz Mamadou Kaba Barry, fils du village a été celui qui a expliqué à Africaguinee.com l’état de Laabha Buruwal qui manquait de tout. Aujourd’hui il a assisté au changement bien qu’il reste beaucoup de choses à faire : « le premier trou de forage situé à l’est du village mesure 109 mètres de profondeur. Le deuxième est fait par le Group OGI à l’ouest du village, un forage de 139 mètres. Nous sommes marqués par ces gestes suivis de toutes les actions de bonnes volontés qui ont aidé à leur façon. Aujourd’hui les techniciens nous ont dit il faut qu’on trouve les moyens de mettre un grand château au milieu du village pour une forte pression afin que chacun tire l’eau pour chez soi. Même en l’état actuel nous sommes contents. Nous attendons toujours les appuis, le ministre Ousmane Gaoual Diallo et beaucoup d’autres ont promis d’agir dans ce sens, il y a une association de Timbi en France, des guinéens de France, de l’Angleterre, des USA, et de partout. Franchement nous sommes dépassés par l’élan de solidarité à notre égard », se réjouit Mamadou Kaba Barry.

Il faut préciser que le second forage octroyé en phase de finition est réalisé par l’ASSISTANCE HUMANITAIRE D’URGENCE, une pompe sur la base des panneaux par le biais d’un partenaire à eux basé en Allemagne.

Beaucoup de bonnes volontés annoncent aussi leur geste pour élargir l’adduction d’eau dans les autres parties du village qui s’étend au moins sur 2 km de large. Pour le moment ces partenaires ne veulent pas s’afficher publiquement.

Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 664 93 45 45

Créé le 21 juillet 2023 14:53

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces