Du colon blanc à Sékou Touré : Plongée dans l’histoire du « Voile de la Mariée », un paradis touristique en souffrance…

KINDIA- Le « Voile de la Mariée » est une chute d’eau d’une beauté à couper le souffle. Niché au sommet d’une montagne majestueuse située dans la sous-préfecture de Molota « Kindia », le site offre une vue sur le paysage naturel de cette localité. Les visiteurs contemplent les cascades, les forêts et les vallées verdoyantes, rendant leur séjour merveilleux et agréable. L’environnement est tout simplement époustouflant. Ce site attire la convoitise de plusieurs touristes dont des nationaux et des étrangers. Pendant cette saison sèche en période de ramadan, nous y avons fait une plongée immersion. A cause de l’air frai, l’humidité des lieux ; le site accueille une foule immense. La chute procure aux visiteurs un bonheur et une sensation de bien-être hors du commun.

A côté de son environnement favorable à la distraction, ce site ancestral a des interdits. C’est-à-dire son côté mystique. Et à proximité de la chute, nous observons un sculpteur apparemment conservateur des valeurs de ce lieu de récréation. Ce qui est merveilleux et frappant, la chute est intarissable même pendant cette période d’étiage. Mais de nos jours, hélas, comme vous pouvez le constater sur les images, ce lieu touristique est à l’abandon.

M. Diasso est le gardien de ce site. Il est sculpteur de profession. Depuis 1989, il travaille en tant que gardien des lieux et gagne sa vie à travers sa profession d’artisan. Après le décès de l’ancien guide du Voile de la Mariée, qui était son maître, il est devenu le maître des lieux pour les touristes et les autres visiteurs. Avec le correspondant régional d’Africaguinee.com, il nous plonge dans l’histoire et nous aide à percer le mystère du site touristique, Le Voile de la Mariée.

« C’est en novembre 1989 que je suis arrivé ici, mais il y a eu tellement de mutation. Lorsque moi j’ai commencé à travailler ici c’était un vrai paradis car il y avait l’entretien des lieux, des forêts, de l’eau, maintenant il y a eu tellement de changements que le voile est en train de disparaître, 75% a disparu.  Si rien n’est fait pour le faire revivre, il arrivera des moments où même ce lieu va disparaître. Au moment où moi je venais de commencer, à l’intérieur ici, il était très difficile de voir le soleil pendant la journée », renseigne M. Diasso, gardien et sculpteur de ce site historique.

Ce lieu touristique et historique a servi à l’ancien président Ahmed Sékou Touré de repos mais aussi de retraite pour son gouvernement pour les prises de décision concernant la vie de la nation. Chaque arbre sur ce site symbolise une histoire de nom d’une personnalité ayant eu l’amour et son attachement au pays, selon le guide touristique.

L’origine de la découverte du Site

« J’ai trouvé le vieux qui était là depuis le temps de Sékou Touré et j’ai passé trente ans avec lui ici. C’est en 2022 qu’il est décédé. Selon ce qu’il m’a raconté, c’était un endroit où les villageois venaient faire le sacrifice rituel, il s’appelait à l’époque BARRÉ KIDÉ, c’est un mot dont la signification est connue de tous car c’est en langue Sossokhoui. C’était un endroit où les villageois venaient donner le sacrifice pour que l’année soit propice en matière d’agriculture, d’abondance de pluie et de récoltes. C’était une forêt sacrée. Si ce n’est pas le moment de ce sacrifice, il était interdit aux gens de pénétrer jusqu’à ici. Donc le lieu était appelé Baré-kidé en terme français (offrande aux chiens), c’était son appellation jusqu’à l’arrivée des colons (Blancs). Quand les blancs sont venus, les autochtones présents ici habitaient dans leur village appelé Dembayakhori, et ce village était à côté de Baré- kidé. Ce sont ces deux entités qui existaient ici. Mais ils ont eu peur des blancs parce qu’ils n’avaient pas l’habitude de voir cette race (blanche), ils se sont déplacés et montés à Kambalia pour s’installer là-bas. Les blancs, eux, ont commencé à recruter les gens parce que leur but c’était de faire la pépinière du tec, de Mélina, des cocotiers… lorsqu’ils ont commencé à recruter, tout le monde disait se rendre le matin à la pépinière, c’est là que le deuxième nom est venu.

Baré-kidé a été transformé parce les gens n’osaient plus venir faire ce sacrifice, les blancs étaient à côté de la chute d’eau. Ainsi donc, ils venaient faire la pépinière et finalement tout le monde l’appelait « pépinière’’. Alors, ils sont restés là dans le cadre de la pépinière jusqu’à l’indépendance de la Guinée en 1958, et ils sont rentrés chez eux, c’est ainsi que l’État a récupéré la partie. A vu d’œil, l’eau qui chute sur la montagne était merveilleuse devant le président de la République feu Ahmed Sékou Touré, d’après ce que le vieux m’a rapporté, c’est le président lui-même qui a donné ce nom : (VOILE DE LA MARIÉE) et ça descend comme le voile d’une femme mariée et son collègue a approuvé la proposition. C’est de là que le nom est venu.  Et durant tout ce temps, c’est lui, le président qui a continué à entretenir ce lieu en personne. A l’époque, il n’y avait pas de problème de tourisme.

Et à chaque fois qu’il y avait un grand étranger qui venait lui rendre visite à Conakry, il choisissait une journée pour lui faire découvrir le lieu avec tous les villageois. Quand il devrait venir demain par exemple, on envoyait une mission pour annoncer son arrivée avec sa délégation. Pour cette journée, aucune famille ne prépare, le président vient faire la fête avec vous, vous mangerez avec lui. Ils font la queue jusqu’à l ́héliport pour accueillir le président et sa délégation, d’abord par l’orchestre préfectoral de Kindia, la tribune qui est détruite-là était leur place pour l’animation et après l’animation, il mangeait avec la délégation puis présentait les membres de la délégation un à un. C’est après ça qu’il descendait pour planter un manguier et toute sa bande le suivait avant de rembourser chemin pour Conakry », explique le guide.

 

Pendant la révolution

Pendant le régime révolutionnaire de Sékou Touré, chaque arrondissement avait l’obligation de construire une case de son appartenance. Sur chaque case, il est mentionné le nom d’une sous-préfecture. « L’aménagement a été réalisé par l’ancien gouverneur de Kindia, N´Fansoumane Condé sous l’ordre du président. C’était le moment de l’investissement humain de la révolution, l’État a fourni des moyens et la population la main-d’œuvre, c’est pour cela qu’il y a eu dix cases ici, elles représentent les dix sous-préfectures de Kindia. Chaque sous-préfecture avait l’obligation de construire une case, c’est un endroit où le président lui-même venait abriter parce qu’à l´époque, on ne l’appelait pas sous-préfecture mais commandant d’arrondissement, c’est pour cela, sur les cases, vous voyez Samaya, Madina-Oula, Kolenten, Friguiagbé, Bangouyah…c’est la raison. Mais après la mort du président Sékou Touré, le voile de la mariée a été renvoyée dans le portefeuille du ministère du tourisme pour gérer et l’entretenir », ajoute-t-il.

Vie du gardien…

Notre interlocuteur qui est le gardien de ce site touristique gagne sa vie en confectionnant des objets d’arts. Mais avec la dégradation de ce site, la clientèle se fait rare. « A l’époque il n’y avait pas de problème, le voile de la mariée était beaucoup convoité par les blancs mais avec la dégradation très poussée, il n’y a personne, c’est pourquoi nous avons tout ce stock-là. Si ce n’était pas à cause de la dégradation très poussée nous n’avions pas l’habitude de faire le stock comme ça, le stock serait déjà épuisé. On a tellement de stock aujourd’hui même nous on ne sait pas comment faire avec. Mais on est déjà habitué à travailler même s’il n’y a personne. Dès fois, c’est les commerçants des grands hôtels de Conakry qui viennent acheter avec nous pour aller exposer. Nous étions au nombre de sept artisans, sculpteurs à travailler ici, avec la dégradation de ce site, les autres sont partis et je suis seul maintenant avec mes enfants ici », M. Diasso.

Pierre mystique…

Au beau milieu de la piscine naturelle de la chute du voile de la Mariée se trouve une grosse pierre mystique qui, jusqu’à aujourd’hui est indétrônable malgré les efforts fournis par les premiers promoteurs touristiques notamment l’éminent professeur d’histoire Djibril Tamsir Niane.

« Tu ne peux pas venir dire que c’est quelqu’un qui est venu la planter, elle est plantée au milieu. Il y a eu trois successeurs qui ont pris la gestion du voile et ils ont essayé d’enlever cette pierre mais ils n’ont pas pu. Le premier promoteur touristique qui a loué le voile devant moi, c’était le professeur Djibril Tamsir Niane, en 1990. Il est venu, son premier travail, c’était pour draguer la piscine naturelle qui se trouve ici, il a envoyé la machine pour nettoyer l’alentour de la pierre, ils ont voulu l’enlever, mais la machine est tombée en panne et est restée plus d’un mois bloqué. Ils ont envoyé une autre machine, elle aussi a essayé la même pierre, les gens lui ont conseillé finalement d’abandonner pour éviter des problèmes. Tout dernièrement, avec le démarrage de la rénovation, il y a eu une machine qui est venue mais ça n’a pas marché aussi, donc c´est une pierre mystique. Quel qu’en soit le volume de l’eau, la pierre-là ne disparaît pas et elle est plantée au milieu de la chute, on ne sait pas qui l’a plantée et c’est pour cela qu’on dit que c’est une pierre mystérieuse », selon le gardien de lieux.

Monsieur Diasso a interpellé Moussa Moise Sylla, nouveau ministre de la Culture, du Tourisme et de l’Artisanat sur l’importance que la Guinée a en préservant cet endroit :

« Je demande au nouveau ministre de faire tout pour ne pas que le voile disparaisse parce que ce lieu n’est pas pour une seule personne, c’est un patrimoine national, ce n’est pas à cause de nous maintenant mais à cause de nos enfants. Et là, si rien n’est fait d’ici quelques années, le voile risque de disparaître complètement alors que c’est un endroit mondialement reconnu. Quand le voile de la mariée est bien aménagé, tu n’as même pas besoin de faire la publicité. Même si le gouvernement investit des milliards pour l’aménagement de ce site, il n’aura pas jeté l’argent. C’est vrai que la jeunesse guinéenne compte beaucoup sur le président car il a de l’ambition et du courage pour changer les choses, je lui demande de continuer dans ce sens parce qu’il y a des priorités sur des priorités et le voile est l’une de ses priorités. Aujourd’hui, s’il arrive à restaurer ce site, il va beaucoup aider la jeunesse guinéenne parce que l’épanouissement de ce voile c’est l’épanouissement de la Guinée », interpelle Monsieur Diasso.

La mise en valeur de ce site touristique est une priorité du président de la République qui tient mordicus à ce que le chantier soit une réalité. Sur le site, 33 nouvelles cases et autres infrastructures doivent sortir de terre dans les prochains jours si les entreprises contractantes respectent le délai prévu. Dans tous les cas, le nouveau ministre de la culture, du tourisme, et de l’artisanat a menacé de sévir si les engagements des uns et des autres ne sont pas respectés.

Un reportage réalisé par Chérif Keita

De retour du voile de la Mariée

Pour Africaguinee.com

Créé le 3 avril 2024 10:08

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_