Comment endiguer les catastrophes à Conakry ? Un expert fait des propositions pertinentes

Inondation sur l'autoroute le Prince à Conakry, le 04 juillet

CONAKRY-Alors que chaque année des inondations et d’autres catastrophes endeuillent des familles à Conakry et ses environs, des spécialistes appellent l’Etat à engager une politique audacieuse d’urbanisation des villes. L’ordre national des architectes avertit que si rien n’est fait, les prémices d’autres catastrophes sont réunies. En plus de l’urbanisation anarchique, il y a aussi la problématique de la construction. Comment endiguer les catastrophes à Conakry ?

Africaguinee.com a interrogé un spécialiste de la construction et de l’urbanisme. Boubacar Bah, le président de l’ordre national des architectes de Guinée fait des propositions utiles. Dans la seconde partie de l’entretien qu’il nous accordé, il évoque l’évolution de l’enquête relatif à l’effondrement meurtrier survenu en juillet dernier à Matoto. L’architecte appelle l’Etat à mettre les moyens et à agir vite.

AFRICAGUINEE.COM : Au mois de juillet, un immeuble R+3 s’est effondré à Matoto faisant des morts, on vous a peu entendu parler du sujet.  Qu’est-ce qui peut expliquer une telle catastrophe ?

On en a fait cas pourtant. Nous avons fait une déclaration par l’intermédiaire du vice-président de l’ordre. On a dénoncé cet état de fait parce que tout cela relève du fait que les procédures, lois ou réglementations ne sont pas respectées. On ne peut pas se lever tout un coup et venir construire un immeuble sur un site. Il y a des procédures, des préalables…

D’après vos investigations, qu’est-ce qui a été à l’origine de ce drame ?

Pour l’instant on ne peut pas tirer de conclusion, c’est que je puis vous dire. Il y a déjà un comité qui a été mis en place au niveau du ministère de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire dont je fais partie.  Cette commission est en train de travailler pour essayer de déterminer les causes qui ont conduit à cet effondrement. C’est deux immeubles qui se sont effondrés, malheureusement il y a eu mort d’hommes.

En votre qualité d’architecte est-ce que vous pouvez nous expliquer les raisons qui pourraient provoquer un tel drame ?

Forcément il y a eu erreur, une faute technique, un manquement, mais où ? C’est ce qu’on est en train de chercher à retrouver. Mais il est très tôt de faire des conclusions. Il faut faire la prospection, l’expertise pour déterminer les causes réelles de cet effondrement.

S’il y a des erreurs techniques, forcément les responsabilités sont partagées, et l’architecte en est un. Dans ce cas, que doit faire l’ordre national des architectes dont vous êtes le président ? 

Quand un immeuble s’effondre, d’office on cherche l’architecte qui a projeté l’immeuble, parce que c’est lui le maitre d’œuvre, et il doit en assumer. Mais il ne faut pas oublier que derrière l’architecte, il y a un ensemble de techniciens qui travaillent avec lui comme les ingénieurs, génies civils et tous les autres qui entrent dans la construction. Ensuite il y a des procédures à respecter. Dans ces circonstances, l’architecte, c’est lui le maitre d’œuvre, c’est lui qui a pensé et conçu l’édifice qui s’est effondré. Donc, d’office c’est lui le responsable mais ça ne suffit pas. Il faut dans ces conditions faire une analyse, une expertise technique pour savoir exactement ce qui a causé l’effondrement de l’immeuble parce que l’architecte qui a conçu peut ne pas connaitre la cause, c’est possible.

Selon-vous peut-on rendre l’Etat entièrement responsable de toutes ces catastrophes que subit la population du Grand Conakry ?

L’Etat est toujours le premier responsable. C’est l’Etat qui définit la politique d’urbanisation dans un pays, c’est lui qui en assure le suivi et l’exécution à travers le ministère de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire. S’il y a un problème d’urbanisation, c’est parce que l’Etat n’a pas fait son travail, le schéma qu’il fallait suivre n’a pas été respecté, il y a eu des constructions anarchiques un peu partout. C’est en cela que l’Etat est responsable. Il faut qu’il mette en place une politique audacieuse d’urbanisation de nos villes, de la capitale.

Il faut que l’Etat mette à disposition les compétences qu’il faut pour la conception et la mise en œuvre de cette urbanisation. C’est seulement en cela qu’on peut éviter ces problèmes dans l’avenir. Je dis bien que c’est un problème latent, en tout cas si rien n’est fait, d’autres drames pourraient se produire, forcément parce que les prémices sont là pour qu’il y ait inondations. C’est le moment pour l’Etat de prendre ses responsabilités pour mettre à disposition les compétences en la matière pour nous éviter cela.

Fin !

Interview réalisée par Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664 72 76 28

Créé le 13 août 2023 14:49

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , , ,

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces