Rusal a réduit les pertes au 3ème trimestre après la fermeture des usines non rentables

23080
Rusal à réduit les pertes au 3ème trimestre grâce à la fermeture des usines non rentables et la reduction des coûts. Au  3ème trimestre Rusal est parvenue a réduire la perte nette, «en dépit de la chute du prix de l’aluminium à LME au plus bas niveau depuis au 2ème trimestre 2009» (de 2,9%, à $1781 la tonne), indique le rapport de la compagnie. Comparée au deuxième trimestre, la perte nette de Rusal a baissé de $132 millions (contre $208 millions au 2ème  trimestre) grâce à des mesures destinées à améliorer la rentabilité.
 
Les attentes négatives des investisseurs par rapport au marché des matières premières étaient basées sur des facteurs comme la chute des prévisions des indicateurs de l’inflation (plus lent que prévu), le taux de croissance de l’économie chinoise, ainsi que la surabondance de l’offre par rapport à la demande. Cette situation a fait que le prix moyen de l’aluminium pendant les neufs mois de l’année 2013 a chuté de 7,6% par rapport à la même période de l’année  dernière indique le rapport de Rusal.
 
Au total, en neuf mois de 2013, Rusal a enregistré  $611 millions de perte sèche contre $117 millions de l’année précédente. Le résultat brut d'exploitation (Ebitda) a chuté de 20,7%, les recettes pour 3 trimestres ont baissé de 7,6%  par rapport à la même période de l'année  dernière.  De janvier à septembre la compagnie a réduit la production de l’aluminium de 5,8%, la production de l’alumine est réduite de 4,1%, et celle de la bauxite  réduite de 7,9%.
 
Au 3ème trimestre, la société Rusal a poursuivie la mise en œuvre de son programme de réduction  des capacités inefficaces et le contrôle des coûts dans les  «conditions d’une chute éventuelle du prix du métal», a précisé Oleg Deripaska, PDG de Rusal. La compagnie a suspendu la production de l’aluminium dans les usines de Volgograd, de Volkhov, de l’Oural ainsi qu’au premier niveau de la fonderie d’aluminium de Novokouznetsk et à l’usine ALSCON (Nigeria).  
 
Grâce à la mise en œuvre de son programme de suspension de la production dans ses usines inefficaces, Rusal est parvenue à faire chuter le coût de production  de 2%  ($1872 au 3ème trimestre contre $1911 au trimestre précédent). Les facteurs externes comme la dévaluation du rouble par rapport au dollar américain a également eu un impact positif. 
 
"Toutefois, Rusal a encore un long chemin à parcourir pour résister aux conditions extrêmement difficiles  que traversent actuellement le secteur de l’aluminium" a déclaré Oleg Deripaska.
 
 Africaguinee.com
 
Créé le 13 novembre 2013 17:42

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: