Retour à l’ordre constitutionnel en Guinée : Joëlle MILQUET du Centre européen d’Appui Électoral s’exprime…

CONAKRY- Mme Joëlle MILQUET est la première Présidente du Comité Stratégique et Consultatif du Centre européen d’Appui Électoral (ECES) qui intervient en Guinée pendant la transition en cours.Elle est diplômée en Droit de l’Université Catholique de Louvain et d’unMaster Spécialisé en Droit Européen de l’Europa Instituut-Universiteit van Amsterdam.  Ancienne secrétaire politique du parti PSC avant d’être élue sénatrice en juin 1995, elle a présidé la Commission des Affaires Intérieures du Sénat du royaume de la Belgique. Elle a en outre occupé plusieurs postes administratifs.D’abord, en tant que Vice-Premier ministre et ministre de l’Emploi et de l’Egalité des Sexes (2008-2011), ministre de l’Intérieur (2011-2014), puis ministre de l’éducation et de la Culture.


En outre, Mme Joëlle MILQUET a été conseillère spéciale du Président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker pour l’indemnisation des victimes de la criminalité. Depuis le 15 septembre 2020 elle dirige le Comité Stratégique et Consultatif d’ECES.

En Guinée, du 23 au 25 novembre 2023, elle a animé un atelier de formation en faveur des 81 conseillers nationaux du parlement guinéen et cadres de l’administration parlementaire, dans le cadre du projet d’Appui au Renforcement de la Démocratie (PARD-Guinée), financé par l’Union européenne et mis en œuvre par le Centre européen d’Appui Électoral (ECES). C’est à la demande du Conseil National de la Transition. A l’issue de cette information, elle a accordé une interview à un groupe de médias dont votre journal en ligne Africaguinee.com. Dans cet entretien, elle aborde plusieurs sujets relatifs à l’appui de l’Union Européenne.

AFRICAGUINEE.COM : Vous venez de boucler une formation de 3 jours avec les Conseillers nationaux du CNT.  Sur quoi portait cette formation ?

MADAME Joëlle MILQUET : Je suis là dans le cadre d’une mission de l’Union Européenne qui a chargé le centre européen d’assistance électorale, qui est une ONG dont je suis la présidente du comité stratégique actuellement, de faire toute une formation demandée par le Conseil National de la Transition et son président. C’est une formation de trois jours, axée sur la maîtrise de la fonction législative. Donc, ça consiste à la fois à parler des bases d’une démocratie puisque la transition est chargée de préparer la démocratie de demain en Guinée, de voir quelles sont les fonctions des parlements notamment la fonction législative de contrôle, d’analyser toute l’importance du respect des droits humains, des obligations internationales en la matière.

Et surtout, on a passé beaucoup de temps à analyser la fonction législative des conseillers. Parmi les questions abordées je peux citer quelques-unes, à savoir : comment est-ce qu’on doit élaborer une loi pour qu’elle soit efficace ? quelles sont les étapes et les obligations ?  Comment on rédige aussi formellement une loi pour qu’elle soit structurée, claire pour les citoyens de Guinée ? On a passé trois jours très intensifs avec des conseillers très impliqués et très actifs dans les formations, qui étaient vraiment à la hauteur. J’ai beaucoup apprécié à la fois les contacts, leurs connaissances très élevées de la fonction parlementaire.

Quels sont les enseignements tirés de ces trois (3) jours de renforcement de capacités ?

L’une des demandes était de pouvoir encore plus sensibiliser les conseillers qui, au départ, ne sont pas issus du monde politique. A part les 15 représentants des partis, ils sont issus de la société civile, de la diaspora. Il s’agissait de les sensibiliser non seulement au travail de contrôle de l’exécutif, de l’analyse des projets de lois qui viennent du gouvernement et de les sensibiliser au fait qu’on peut déposer et avoir de l’initiative législative. J’étais très impressionnée de voir que beaucoup de parlementaires, de conseillers qui sont dans les différentes commissions sont en train de réfléchir à différentes propositions de lois notamment pour améliorer les couvertures de santé notamment en matière d’éducation, notamment en matière économique. C’était intéressant de pouvoir expliquer les processus pour arriver à des législations efficaces. Donc, à la fois des questions politiques, des questions juridiques, des questions d’organisation, on a abordé un peu de tout pendant ces trois jours.

En quoi consiste votre rôle au sein du Projet d’Appui au Renforcement de la Démocratie (PARD-GUINÉE) ?

J’ai été ministre pendant plusieurs années en Belgique, j’ai été présidente de parti pendant douze ans, j’ai été parlementaire pendant 24 ans, donc je connais bien la matière. On m’avait sollicité pour ces raisons-là. Du coup, on a eu pas mal d’échanges, parce que c’était bien de faire des ateliers interactifs et donc ils ont pu aussi exprimer des idées d’initiatives, des sensibilités. Quand on définit une démocratie, il ne suffit pas de voter, il ne suffit pas d’avoir un parlement, il suffit aussi surtout d’avoir une démocratie participative où les citoyens seront de plus en plus consultés, c’est aussi avoir un État décentralisé, qui puisse décider au plus près des citoyens. C’est tout ce débat-là qu’on a pu avoir ensemble.

Vous êtes Présidente du Conseil stratégique d’ECES. Quelle est votre mission au sein du top management de ce centre ?

Le Centre Européenne d’assistance aux élections est une grande ONG qui est à Bruxelles et dont l’objectif est de soutenir les démocraties, faire de l’assistance démocratique électorale dans les pays qui le demandent pour et au compte de l’Union Européenne. Donc ici, c’est un grand projet  de L’Union Européenne qui soutient fortement la Guinée et les Guinéens dans différents sujets. Que ce soit en matière d’environnement, d’énergie, que ce soit en matière notamment d’assainissement des eaux mais aussi en matière de gouvernance. Dans ce cadre-là, ils ont choisi le centre européen d’assistance électorale pour être un peu leur bras armé dans tous les projets liés à la gouvernance. Et, le centre européen d’assistance électorale ici en Guinée, est le partenaire du Conseil National de la Transition, il est aussi le partenaire du ministère de l´Administration du territoire et de la Décentralisation, il est aussi partenaire de la Cour suprême pour pouvoir répondre à leur demande en terme de renforcement de capacités. Donc, ici on travaille à la demande du Conseil National de Transition.

Mais dans les jours qui viennent, le centre européen d’assistance électorale fait toute une formation pour la Cour suprême avec des spécialistes de l´OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) à la demande de la Cour suprême. Donc, nous sommes là à la demande des autorités guinéennes pour répondre à leur demande de formation, on est financé par l´Union Européenne et ça s’inscrit dans le cadre de la politique très active que l´Union Européenne met à la disposition de la Guinée parce que c’est une grande priorité de la politique de développement de l´Union Européenne.

Comment l’expérience d’ECES et son approche pourraient-elles être profitables et utiles aux pays africains en transition ou sur la voie de la démocratie ?

Ici c’est très important parce que le conseil national de la transition a des missions fondamentales : un, de pouvoir adopter une nouvelle constitution qui remette le pays dans l’ordre le plus vite que possible avec des institutions démocratiques, des élections libres, crédibles et transparentes avec de nouvelles autorités et enfin une démocratie telle que la population guinéenne le souhaite. Donc, le Conseil National de la Transition est là pour un moment court, pour faire cette constitution mais en même temps, pour gérer la fonction législative de l’Etat. Il y a également le respect des droits humains, des matières fondamentales en ce qui concerne la vie quotidienne des guinéens. Les conseillers nationaux du CNT font aussi la promotion de la défense des droits de l’homme pendant ce temps, ils ont aussi toute la vigilance par rapport à l’agenda de la transition, ils ont aussi la réconciliation nationale. C’est donc des grandes compétences. Ils sont demandeurs d’un soutien en formations, que ce soit sur la fonction législative, dans 15 jours sur le contrôle du gouvernement et puis on continue aussi à mettre focus sur les femmes pour faire en sorte qu’il y ait plus de femmes qui accèdent à la fonction politique, voir comment soutenir les organisations féminines. On a plusieurs projets pour les deux années qui viennent.

Quel regard portez-vous sur l’appui de l’Union européenne à la Transition guinéenne ?

Le président du Conseil National de la Transition l’a redit ainsi que la représentante de la délégation de l’Union Européenne. Le soutien à la gouvernance et à la préparation de l’avènement de la démocratie est une grande priorité de l’union européenne qui met les moyens en concertation avec l’Etat guinéen. C’est donc une grande priorité, mais l’Union Européenne a aussi une politique de soutien au développement de la population en générale dans d’autres secteurs comme la santé, l’environnement, l’économie, à l’entrepreneuriat des femmes etc. L’Union Européenne, c’est le plus grand partenaire des Guinéens en termes de volonté et financier aussi. On a quand-même beaucoup d’histoires communes et j’ai senti énormément de volonté de part et d’autre avec le président du CNT de continuer ce partenariat.

Vous avez été vice-premier ministre de Belgique et avez été plusieurs fois ministre. Que préconisez-vous pour une réussite de la Transition et un ancrage de la démocratie et de l’Etat de droit en République de Guinée ?

Ce sont des sujets dont on a parlé avec les conseillers du CNT pendant ces trois jours. C’est de voir comment arriver le plus vite possible à une Constitution qui soit moderne, qui réponde aux aspirations du dialogue qui a eu lieu avec la population, surtout de faire en sorte que la transition soit la plus courte que possible, pour arriver à un Etat démocratique mais dans les meilleures conditions mais il ne faut que ça soit trop longtemps. En attendant, c’est de voir avec eux comment ils pouvaient optimaliser toutes les compétences qu’ils ont dans les mains. C’est le plus important car comme je l’ai dit, contrairement aux autres Assemblées, certes eux ils ne sont pas élus, mais ils sont un constituant, ils vont pouvoir rédiger une Constitution, la Loi suprême du pays, c’est donc une grande responsabilité.

Ils ont toutes les compétences de faire la promotion des droits de l’Homme, de faire de nouvelles propositions de Loi pour exécuter des droits fondamentaux notamment la Charte de la transition, mais aussi des textes internationaux qui s’imposent à la Guinée comme le pacte international des droits sociopolitiques et économiques qui sont aussi obligatoires en Guinée. Il y a aussi le devoir de comment les exécuter. J’ai senti beaucoup d’intérêt de la part des conseillers nationaux.

Que conseilleriez-vous aux jeunes et femmes en Afrique et particulièrement en Guinée qui vous liront ?

J’ai toujours pensé que l’avenir de la démocratie en Afrique était dans la main des jeunes et des femmes. Il faut beaucoup plus de femmes en politique non pas parce qu’elles seraient les plus intelligentes c’est parce qu’elles ont une perception différente et qu’on a besoin de cette diversité. Elles sont pragmatiques. Il faut donc une grande présence féminine dans les Assemblées, les gouvernements, ça change le mental parfois trop guerrier. Je pense que la présence féminine est très importante.  L’Afrique est peuplée à 70% des jeunes, ce sont eux qui vont faire le renouvellement de la gouvernance de demain, l’arrivée d’une vraie démocratie qui soit portée par eux parce que ce sont eux qui peuvent s’engager en politique. Je pense qu’ils peuvent changer des pratiques qu’ils n’aiment pas, venir avec une nouvelle vision plus environnementale, humaniste de manière globale. Je pense qu’on a tous ce besoin-là. Tant en Europe qu’en Afrique, l’avenir est pratiquement dans la main des jeunes et femmes.

Quel autre message souhaiteriez-vous ajouter pour clore cette interview ?

J’ai eu un immense plaisir de travailler avec des personnes compétentes, ouvertes, sincères avec lesquelles j’ai eu de véritables dialogues, de convivialité on a été bien accueillis. Nous avons eu des échanges de haut niveau. Je suis très honorée d’avoir pu faire cette formation avec des gens de cette envergure, j’aime beaucoup la Guinée.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664 72 76 28

Créé le 27 novembre 2023 06:48

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

ECOBANK

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces