Ramadan en Guinée : Les populations confrontées à la flambée des prix sur les marchés…

marche_de_coleah

CONAKRY- Le début du mois de ramadan en Guinée s’est caractérisé  par une montée vertigineuse des prix des denrées de première nécessité. Une situation  que déplorent plusieurs citoyens, en cette période de grande consommation, a constaté Africaguinee.com.

Un sac de sucre  qui se vendait à 270 .000 francs guinéens (GNF)avant le ramadan, se décroche actuellement à 285.000 GNF,  l’huile d’arachide qui se négociait  à 185 .000 est à 190.000 GNF, le  sac de riz Bangladesh  est  à 240.000 GNF, le sac de riz importé  qui s’achetait  à   220 000 GNF  est  aujourd’hui à 230.000 GNF, le sac de pomme de terre  est à 210.000 GNF alors qu’avant, il s’arrachait à 180.000 GNF, 1 kilos de viande se vend  toujours à 32 000 francs guinéens.

Interrogé par notre reporter au marché de Coléah, situé dans la proche banlieue de Conakry, Mamadou Saidou Diallo dénonce la spéculation  des prix  sur le marché. Rencontrée, une mère de famille qui est venue  acheter des condiments avec une dépense de 20 000 francs guinéens  exprime sa peine et se demande comment faire ses achats.

Selon Mariama Camara,   ‘’aujourd’hui,  il n’y a rien qu’on peut  avoir  à prix abordable pour nourrir sa famille. Il y a un manque de poissons.  Le poisson se négocie  entre  20 à 25 .000 GNF’’, se plaint Mme Camara . 

S’exprimant toujours sur cette cherté de la vie,  cette mère de famille pointe un doigt accusateur sur  le président  Alpha Condé.

« Depuis  que le président Alpha est au pouvoir la vie est devenue de plus en plus chère. Nous souffrons,  alors que nous les femmes on avait décidé de l’accompagner  avec ses promesses mais,   maintenant   nous regrettons,  parce que nous sommes dans une situation extrêmement difficile. Nous les pauvres femmes, il ne nous regarde même pas », a fustigé Mme Camara.

Du  côté de l’union pour  la défense du droit des consommateurs en Guinée,  on constate également une hausse généralisée des prix sur les marchés.  Son président, Bany Sidibé déplore cette hausse vertigineuse des prix  en ce mois de Ramadan.

Pourtant, pour éviter cette réalité,  le ministre du commerce, Marc Yombouno, à  l’approche du Ramadan, avait  organisé  une rencontre avec les  operateurs économiques, au cours de laquelle tous les importateurs avaient annoncé leur intention  de maintenir les prix.

« Aujourd’hui,  nous sommes dans une approche de confiance mutuelle », a déclaré le ministre Marc Yombouno. Mais aujourd’hui, la tendance a changé. Et les prix augmentent au gré des humeurs des commerçants sur le marché.

 

BAH Aissatou

Pour africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

   

 

Créé le 1 juillet 2014 17:11

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: