Pourquoi l’ARPT a « démantelé » des installations à Djoma ? Les révélations de Ousmane Gaoual Diallo…

CONAKRY-Quels sont les dessous du récent démantèlement des installations de Djoma Media ? Dans un entretien accordé à Africaguinee.com, le porte-parole du Gouvernement, Ousmane Gaoual Diallo, a donné les raisons. L’ancien ministre des Postes, Télécommunications et de l’Économie numérique fait également d’autres « révélations » sur le cas d’entreprises qui opéraient de façon « frauduleuse » pour vendre de l’internet via satellite.

« Il y a plusieurs mois, nous avons vu proliférer des publicités faisant état de la vente de connexion internet par satellite. Or, c’est un segment de métier pour lequel on n’a pas d’accords ou délivré des autorisations pour vendre l’internet par satellite. L’internet en Guinée est amené par un consortium qui se trouve à la Guilab qui le revend à des distributeurs. Ces derniers les distribuent à leurs clients. Ces entreprises mettent beaucoup d’argent pour acheter. Si vous les contournez alors qu’ils ont payé des millions de dollars pour avoir leurs installations, vous vendez l’internet par satellite à des prix qui les concurrence, c’est à leur détriment », explique le porte-parole du Gouvernement.

Ces entreprises qui vendent l’internet par satellite ne paient aucune redevance à la Guinée, relève Ousmane Gaoual Diallo. « Donc, c’est de la mauvaise concurrence. C’est pourquoi le régulateur dont le rôle est de veiller à un équilibre dans le marché avait fait une enquête là-dessus. On avait déjà démantelé quelques installations dans le pays. Ensuite, des investigations plus vastes plus ont été faites pour trouver l’entreprise qui importe ces équipements en Guinée, les clients auxquels elle a vendu.

Des acteurs conduits en prison…

A un moment donné on a reçu la liste des premiers clients qu’ils ont eu. Comme la vente était devenue virale, beaucoup d’autres personnes ont acquis ces kits satellitaires. Or, leur utilisation et leur commercialisation sont interdits en République de Guinée.  A l’occasion de ces enquêtes, des acteurs importants avaient séjourné en prison au mois de novembre dernier. Donc, ce n’est pas étonnant qu’à chaque fois que l’ARPT voit ces installations, qu’elle aille les démanteler parce que c’est un commerce illégal et frauduleux », justifie l’actuel ministre des Transports.

Vide juridique… ?

Il n’y a pas de vide juridique, martèle porte-parole du Gouvernement, qui explique la procédure à suivre pour distribuer des solutions internet en Guinée.

« Si vous voulez être distributeur de solutions internet par satellite il y a deux niveaux. Le provider (fournisseur) qui est en Guinée a besoin d’avoir un agrément. C’est un simple document d’autorisation qui est délivré par l’ARPT. Généralement le traitement de la demande ne dure pas plus d’un mois. L’entreprise paie des redevances à l’État. Vous ne pouvez pas vendre de solution internet sans rien payer à l’État. Il faut se mettre en règle. Il est interdit d’exercer de façon frauduleuse et clandestine », précise M. Diallo.

Des descentes dans des entreprises minières

Selon Ousmane Gaoual Diallo, ce n’est pas à cause d’une émission télé qui a justifié le démantèlement des installations de Djoma Media.

« Il n’y a pas d’autres raisons. Ce sont des enquêtes qui sont en cours depuis plusieurs mois. Depuis le mois d’aout, il y a eu déjà des centaines de démantèlement, notamment dans les entreprises minières qui étaient les principales utilisatrices de ces solutions. Beaucoup d’entre elles ont connu des descentes de démantèlement de l’ARPT. Donc, ça n’a rien à avoir avec une émission télé. C’est un processus de nettoyage de l’espace des fournisseurs d’accès à internet qui est en cours depuis le mois d’août et qui se poursuit », a expliqué le porte-parole du Gouvernement.

A suivre !

Sayon Camara

Pour Africaguinee.com

Créé le 5 avril 2024 12:31

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_