L’histoire pathétique de Mamady Fofana, bachelier paralysé : «Je ne suis pas né comme ça… aidez-moi»

N’ZÉRÉKORÉ- C’est une triste situation que traverse Mamady Fofana. Âgé de 21 ans, le jeune homme a décroché cette année « 2023 » le Baccalauréat dans un complexe scolaire situé dans la commune urbaine de N’Zérékoré, option sciences expérimentales. Il a fallu du courage pour y parvenir.


Depuis son enfance, Mamady Fofana a été atteint par une maladie dont il ignore l’origine. Il a été complètement paralysé à partir de la 7ème année. Il ne peut marcher, se lever ou s’assoir de lui-même. Africaguinee.com l’a rencontré.

« Je ne suis pas né avec cette maladie. Je faisais des activités physiques, je jouais au ballon, je marchais correctement. A l’instant où je vous parle, je ne peux plus rien faire sans l’aide de quelqu’un. J’ai été attaqué par cette maladie progressivement. Depuis lors, ça m’a rendu vraiment immobile. Nous avons suivi plusieurs traitements à des endroits différents. Nous sommes allés à Conakry à l’hôpital Sino-guinéen. Tous les traitements auxquels j’ai été soumis, ça n’a abouti pratiquement à rien. Et donc toutes ces charges ont été endossées par mes parents », nous a confié Mamady Fofana, rencontré au domicile familial sis au quartier Dorota, dans la commune urbaine de Nzérékoré.

Les parents du jeune bachelier ont presque tout dépensé. Ils appellent l’Etat et les bonnes volontés à l’aide.  « Le petit a eu le bac, nous sommes très contents. Mais ce qui nous inquiète, c’est la maladie qu’il a. On demande à l’Etat de nous venir en aide pour qu’il puisse recouvrer san santé. Le petit a trop souffert. Il a fait ses études dans cet état. Cette année, il a décroché le bac. », ajoute Lousseny Fofana, ancien chauffeur et père du jeune bachelier.

De quoi souffre Mamady Fofana ? Aucune idée pour le moment. Mamadi Fofana ne ressent aucune douleur dans son organisme. Cependant, il ne peut se mouvoir de lui-même. Après plusieurs consultations, les médecins lui ont fait savoir qu’il souffrirait des problèmes de nerfs.

’Aucune partie de mon corps ne me fait mal. Mais d’après les médecins, c’est un problème de nerfs qui m’a totalement paralysé les quatre membres. Je ne peux ni marcher, ni faire les activités physiques. Si non je ne ressens aucune douleur. Quand j’étais sur le banc, je souffrais toujours, mais étant une personne optimiste, je me battais toujours pour atteindre mon objectif qui était de poursuivre mes études. Et c’est ça mon seul objectif aujourd’hui’’, soutient Mamady Fofana.

Au fil des ans, la maladie a perduré. Pendant l’année scolaire, Mamady Fofana s’hydratait et mangeait peu pour limiter ses déplacements. C’est comme s’il était en « grève de la faim ». Il préfère se rendre à l’école sans déjeuner pour ne pas avoir besoin de se soulager pendant les heures de cours.

« J’ai rencontré assez de difficultés. Que ce soit sur la moto, j’évitais de déjeuner pour ne pas avoir besoin de me soulager pendant les cours. Je restais assis de 8h à 16h, sans sortir de la salle. C’est pourquoi je ne mangeais pas le matin pour ne pas avoir besoin de me soulager. Parfois j’invitais mes amis pour venir réviser chez moi à la maison même les professeurs, pour me permette de décrocher mon bac. Et toutes ces dépenses étaient à la charge de mes parents. Je pense qu’avec tout cela, je dois toujours continuer à étudier. Je quittais la maison à partir de 6h pour rallier l’école. Une fois que je suis assis, je ne pouvais plus bouger de là. Je ne mangeais pas ni même boire quelque chose de 8h jusqu’à 16h-17h. Et c’est mon taximètre qui venait me chercher. C’est lui qui me transportait aller comme retour », se lamente le jeune bachelier.

Mamady Fofana

’En partant à l’école, il ne mange pas, il ne boit pas. Parce qu’il ne peut pas se lever de lui-même. Donc nous demandons à l’Etat de nous aider. Nous n’avons pas de possibilité maintenant, pour le traitement du petit. Bien avant la 7ème année, nous avons commencé à sentir qu’il a quelque chose. Mais c’est arrivé en 7ème année qu’il est tombé :  il ne peut pas marcher jusqu’à l’heure-là. Il faut quelqu’un pour le faire lever et le faire assoir. Mais quand il s’assoit, il peut faire tout’’, précise son papa, Lousseny Fofana.

Mamady plaide auprès du gouvernement, des bonnes volontés surtout auprès du président de la transition, le Colonel Mamady Doumbouya de l’aider à faire son traitement pour lui permettre de terminer ses études. Admis au Bac en sciences expérimentales, il sollicite faire Pharmacie à l’Université.

« Je lance un appel solennel au gouvernement de la transition et aux personnes de bonne volonté de pouvoir m’aider à faire mes traitements pour que je puisse poursuivre mes études car c’est mon seul objectif aujourd’hui. Je pense qu’avec cet état, il serait très difficile de parvenir à cela. Aujourd’hui je suis très content d’avoir décroché mon bac. Je dois aller à l’Université. Je veux vraiment une aide du gouvernement particulièrement du président de la transition. Je veux qu’on m’aide dans le cadre du traitement, ainsi que pour mes études, notamment pour mon orientation. Je choisirais l’option pharmacie, je pense qu’avec cette option, il n’y a pas tellement de mouvement et cela pourrait m’aider au futur », soutient le bachelier.

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant Régional d’Africaguinee.com

A Nzérékoré.

Tél :  (00224) 628 80 17 43

Créé le 20 août 2023 16:05

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , , ,

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces