Deux morts à Dubréka : Des agents de la BAC 12 mis à l’index…

DUBREKA- Au moins deux personnes ont été tuées par balles à Konkoya, un secteur de Kirikila, quartier de la commune urbaine de Dubréka. Une descente musclée des agents de la (BAC12) Brigade Anti criminalité numéro 12, dans la localité serait à l’origine de ces crimes. Selon nos informations, les faits se sont déroulés hier soir aux environs de 21 heures 22 H. Les violences ont fait également trois blessés. Leurs vies ne seraient pas en danger nous apprend-on. Que s’est-il passé ?

« Le mouvement a démarré à 20H.  C’est une descente inopinée des agents de la BAC 12 qui a mal tourné. Les éléments en patrouille ont apparemment trouvé des jeunes en train de fumer du chanvre indien dans un secteur du quartier. Ils sont d’abord descendus pour la première fois puis sont repartis. A leur deuxième descente sur les mêmes lieux, ça a trouvé que les jeunes étaient furieux contre leur présence.  Ils ont estimé qu’il fallait en découdre avec les agents parce que parait-il ce n’est pas la première fois que ces éléments de la BAC fassent des descentes là-bas. Et donc, quand les jeunes ont voulu s’opposer à leur présence sur les lieux, les agents ont riposté, dans ces affrontements, il y a eu des coups de feu qui ont fait deux victimes par balles », explique un citoyen de la localité.

Selon un responsable dudit quartier contacté par Africaguinee.com, les faits se sont déroulés à Konkoya, aux environs de 21 heures : « C’est un jeune du quartier qui m’a appelé pour m’informer que la BAC 12 est venue tirer sur leurs amis. Il m’a dit que les agents sont venus les trouver en train de fumer du chanvre indien, ils ont voulu les attraper mais ils se sont opposés. C’est là-bas qu’ils ont tiré sur eux, faisant un blessé grave. Il m’a fait savoir qu’ils ont envoyé la victime à la polyclinique moderne de Kirikilan. Je me suis rendu là-bas pour constater. Mais sur les lieux, le médecin m’a fait savoir que c’est un dépôt de corps qu’ils ont reçu.

Pour éviter que la clinique ne subisse la colère des jeunes qui étaient massivement mobilisés, je n’ai pas voulu qu’on annonce la triste nouvelle. C’est ainsi que j’ai appelé le préfet pour le tenir informer. J’ai demandé des renforts pour limiter les dégâts. Le préfet m’a mis en contact avec le coordinateur des BACs qui a aussitôt déployé sept pickups de renforts. Malgré cela, ils n’ont pas pu accéder à la clinique. On a essayé de sensibiliser en vain. Très remontés, les jeunes ont dit qu’ils allaient brûler la gendarmerie, ils se sont rendus là-bas, faire sortir des prisonniers, brûler des engins et ériger des barricades. C’est ce qui m’a été rapporté parce que j’étais encore bloqué dans la clinique. On est donc resté là-bas en train de sensibiliser. A 2H 4 minutes, on a reçu le corps d’une nouvelle victime, un adolescent.

On est resté dans cette situation où les gens étaient très hostiles à l’arrivée des renforts. Dans la débandade, une dame est tombée et s’est blessée, un autre a été blessé à la tête par un projectile, et une troisième qui a été blessée au niveau de son bras. Nous les avons tous admis à la clinique pour les premiers soins », a expliqué notre source.

Ce responsable ajoute que la situation est restée tendue jusqu’au petit matin. « Je suis rentré chez moi à 6H du matin. A peine rentré, on m’informe que des jeunes sont en route pour venir saccager chez moi aussi. J’ai quitté aussitôt les lieux. N’empêche, ils sont venus jeter des pierres avant de finalement quitter les lieux suite à la sensibilisation des voisins. Mais chez le chef secteur, ils ont tout saccagé », explique notre source.

Les 3 cas de blessés ont été pris en charge par la polyclinique moderne de Kirikilan. Quant aux victimes, âgées respectivement de 30 et 23 ans, leurs corps ont été transférés au CHU D’Ignace Deen. Alors qu’il est 13 heures passé, la situation restait tendue entre jeunes du quartier et agents des forces de l’ordre.

 

 

 

Nous y reviendrons !

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le 6 avril 2024 14:32

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,