David Camara de la NGR: “L’UFDG et l’UFR ont manqué de loyauté envers nous“ (Interview)

23093

 

CONAKRY- Un fossé semble désormais se creuser entre le parti dirigé par Abé Sylla et ses anciens alliés de l’opposition! Dans une interview exclusive qu’il a accordée à notre rédaction, le secrétaire général de la “Nouvelle Génération pour la République“, David Camara, est revenu sur les raisons de ce choix, mais aussi et surtout, la suite de leur parcours politique au sein du futur parlement guinéen. Exclusif !!!
 
  AFRICAGUINEE.COM:  Bonjour M. Camara!
 
DAVID CAMARA :  Oui Bonjour !
 
  AFRICAGUINEE.COM: Récemment vous avez annoncé que votre parti la Nouvelle Génération pour la République (NGR) fera cavalier seul au futur parlement, à défaut d’être soutenu par la mouvance ou l’opposition. Peut-on savoir les raisons de ce choix ? 
 
DAVID CAMARA :  Les raisons de choix sont très simples. La NGR a cette volonté d’affirmation identitaire qui est très forte.  Malheureusement, ce que nous avons constaté sur le terrain politique ici, c’est que les gens ont voulu de la NGR plutôt pour l’avaler et en faire un suiviste. Mais la NGR n’est pas faite pour suivre qui que ce soit ! Elle est faite plutôt pour se faire suivre. Donc je ne désespère pas que les autres nous suivent parce que dans le paysage  politique guinéen, c’est nous détenons la vérité à savoir l’unification du peule de Guinée. Cette vérité, je pense que tout le monde l’a aujourd’hui en lui, mais peut être que un des partis ou le seul parti qui affirme ça haut et fort, c’est encore la NGR.  
 
AFRICAGUINEE.COM: Pensez-vous que c’est seulement votre parti qui a les coudés franches pour  pouvoir réconcilier les guinées ?
 
DAVID CAMARA : Je ne le pense pas, la NGR n’est pas un parti prétentieux ! Je dis que le nom de tous les leaders politiques, Abé c’est le seul qui a affirmé cette volonté de réconciliation nationale jusque dans son nom.
 
 AFRICAGUINEE.COM: C’est la seule raison qui justifierait votre choix d’évoluer en solo au parlement à défaut d’être soutenu par les autres ?
 
 DAVID CAMARA : Ce n’est pas la seule raison, c’est parce que nous avons constaté tout simplement que dans le paysage politique guinéen, les guinéens ont tout eu tendance à refuser tout ceux qui ont eu à exercer une quelconque parcelle de responsabilité de notre pays. Les guinéens n’en veulent plus ! Abé, c’est le seul homme neuf, charismatique qui est dans le paysage politique guinéen aujourd’hui pour n’avoir participé en rien et en aucune manière à la gestion des biens publics de ce pays. Ses mains propres sont reconnues nationalement. Donc, c’est pourquoi je dis qu’il fait l’exception, il sort du lot.
 
  AFRICAGUINEE.COM: Alors comment expliquez-vous que M. Abé Sylla se détache du lot et qu’en même temps il perde les élections dans sa ville natale même ?
 
DAVID CAMARA :  La perte des élections dans la ville natale d’Abé s’explique par plusieurs choses. La première, c’est l’ampleur des fraudes que nous avons enregistrées pas qu’au niveau de Kindia seulement, mais pratiquement au niveau de l’ensemble du territoire. C’est le premier aspect du problème. Le second, c’est qu’Abé n’a pas bénéficié de la loyauté qu’il attendait de beaucoup de ses partenaires pour pouvoir faire en sorte que sa victoire soit sans bavure à Kindia. Il n’a pas profité de cette loyauté. Rajouter à cela, son absence prolongée du terrain que je terminerais par une entrée tardive dans la campagne. Donc vous mettez tous ces éléments ensemble, ça explique le mauvais score de la NGR à Kindia. Mais ça ne veut pas dire que la NGR est minoritaire à Kindia ! c’est que la NGR ne s’y est pas prise très tôt. Nous en avons tiré les leçons, vous verrez que lors des prochaines élections comment est-ce que la NGR va s’y prendre parce qu’on ne se heurtera jamais sur le même panneau deux fois, une seule fois nous suffi largement pour en tirer les leçons.
 
  AFRICAGUINEE.COM: Vous avez tantôt parlé de manque de loyauté des partenaires. De qui faites-vous allusion exactement ?
 
DAVID CAMARA :  Mais quels étaient les partenaires de la NGR ? Vous voulez que je vous dise que c’est l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), c’est l’Union des forces républicaines (UFR). Ce sont les deux principaux partenaires de la NGR. Nous avons tout à fait manqué de loyauté de la part de ces deux partenaires et c’est ce qui a fait qu’effectivement la NGR a connu cette chute à Kindia. Parce que si nous avions eu le soutien de ces partenaires, je pense qu’il n’y aurait pas eu match entre Abé Sylla et le candidat de la mouvance qui, finalement est sortie vainqueur de cette ville.
 
 AFRICAGUINEE.COM: A lire entre les lignes, il semble que vous avez consommé la défaite bien que vous ayez introduit des recours à la Cour Suprême…
 
DAVID CAMARA :  Nous avons introduit des recours. Mais vous savez que la NGR est et restera toujours un parti légaliste. Même si nous avons été battus à Kindia, nous pensons que les voies de recours que la loi met à notre disposition, doivent être explorées. Quelque soit la sanction finale qui sortira du verdict de la cour suprême, la NGR n’est pas prête à faire quoique ce soit d’illégale pour protester contre sa défaite à Kindia. Pour nous, si nous avons perdu à Kindia, nous allons l’accepter, mais peut être que la Cour suprême va relever beaucoup de choses qui permettront à Abé de revenir premier au lieu d’être troisième.  
 
  AFRICAGUINEE.COM: Ne pensez-vous pas que vouloir évoluer en solo au parlement  risquerait de vous fragiliser un peu ?
 
DAVID CAMARA : Non pas du tout ! J’ai toujours dit que dans un hémicycle, le poids d’un député n’est pas nécessairement fonction du nombre de partenaires politiques qui va avec lui au sein de l’assemblée. Le poids d’un député est essentiellement fonction des idées et des propositions qu’il met sur la table. Parce qu’une assemblée fonctionne comme ça.
 
  AFRICAGUINEE.COM: Mais il y aura des groupes parlementaires…
 
DAVID CAMARA : Il y aura des groupes parlementaires bien sûr.  Ces groupes, vous les constituez pour vous assurer que vous avez déjà un minimum de personnes qui vont vous suivre de façon inconditionnelle. Justement comme j’ai eu l’occasion de le dire, la NGR n’a jamais opté pour les solutions de facilité, elle a opté pour des solutions où elle va démontrer que ce sont ses idées qui sont les meilleures. Un hémicycle, c’est à ça aussi que ça sert. C’est pour cela qu’on appelle les députés, des parlementaires. Vous vous retrouvez autour d’un thème, vous en débattez et chacun  avec son argument pour montrer aux autres que c’est ça position qui est la meilleure.  Nous pensons que nous sommes suffisamment bien armés pour prendre des initiatives qui iront dans le sens de l’amélioration du quotidien de ce peuple de Guinée.  
 
 AFRICAGUINEE.COM: Récemment vous avez dit dans une de vos sorties médiatiques,  je cite : ‘’il faut que les gens arrêtent de nous marier à l’opposition’’. Que voulez-vous dire par là exactement ?
 
DAVID CAMARA :  On m’a posé la question sur l’opposition. J’ai dis écoutez, arrêtez de marier la NGR avec l’opposition ! Je vais vous expliquer comment la NGR s’est retrouvée dans cette opposition. Au départ, quand nous avons perdu les élections présidentielles, on avait pris fait et cause pour l’alliance Cellou Dalein Diallo, malheureusement, nous avons perdu. Pour nous, la page était tournée, il fallait attendre les prochaines consultations électorales présidentielles pour voir quelles sont les différentes alliances dans lesquelles la NGR  se retrouverait, tout en espérant que  cette fois-ci, ce n’est à la NGR de suivre quelqu’un, mais c’est aux autres de nous suivre pour élire Abé Sylla comme président de la République.
 
Mais il est venu un moment où la finalisation de la transition commençait à trainer les pas (…). Quand Alpha Condé a été élu président, les gens avaient dit que les problèmes de la Guinée étaient tels que si Alpha ne fait pas attention, il va prendre ses effets sur sa tête et fuir la Guinée. Alors nous avons dit qu’effectivement le guinéen ne parle jamais au hasard, s’il le dit, ça peut être une possibilité. La démarche de NGR n’était pas que Alpha Condé fuit la Guinée ! C’était qu’il assume ses responsabilités pour les cinq ans que l’électeur guinéen lui a accordé surtout que nous venons de sortir d’un système militaire. Donc, Alpha ne peut pas prendre la tangente, parce que nous n’avons d’assemblée nationale. S’il décide de prendre la tangente, ça veut dire que les militaires vont revenir. Or nous n’avons plus envie que les militaires reviennent. C’est pour ça que la NGR s’est retrouvée dans le groupe de l’opposition qui s’appelait Collectif des Partis Politiques pour la Finalisation de la Transition. Donc, on s’est retrouvé là tout juste pour que cette transition soit finalisée et qu’on installe une assemblée nationale quand Alpha est encore au pouvoir en Guinée. C’est pour ça qu’on s’est retrouvé là.
 
Pour nous, à partir du moment où cette transition va être finalisée, nous n’avons plus de contrat avec qui que ce soit ! Nous n’avons jamais été obligé d’allier non plus avec qui que ce soit. Donc, je dis et je l’ai toujours dit qu’après que la transition soit finalisée, la NGR ne se sentirait plus obligée vis-à-vis de quelqu’un. C’est pourquoi j’ai dit qu’il faut arrêter de marier la NGR à qui que ce soit. Je pense c’est très clair ce que je viens de dire, nous sommes retrouvés dans ce collectif pour finaliser la transition. 
 
  AFRICAGUINEE.COM: Alors  après la transition, dans quel groupe pourrait-on classer la NGR ? Est-ce dans la mouvance, l’opposition ou le centre ?
 
DAVID CAMARA :  Ne cherchez pas à classer la NGR. La NGR a son existence propre qui est assurée par ses militants. Les gens pensent que la NGR en étant dans l’opposition va être beaucoup plus forte ou bien en étant dans la mouvance, elle va être beaucoup plus forte. Je voudrais bien rappeler à tout le monde, la NGR a beau appartenir à un groupe, si c’est à l’opposition, au moment des élections, pensez vous que les militants de l’opposition vont voter pour la NGR ? le militant de l’UFDG continuera toujours à voter UFDG, si nous sommes dans la mouvance, le militant du RPG continuera toujours à voter pour le RPG. Donc, il ne faudrait pas qu’on s’y trompe. Pour que la NGR soit forte elle doit continuer à se battre pour rallier les sceptiques ou bien pour inviter les militants qui sont dans les autres partis à rejoindre ce parti. La NGR s’approprie désormais de tous les grands partis pour que tout cela se retrouve au sein d’un seul grand parti qu’est la NGR. Nous avons deux ans pour convaincre et dans ces deux ans vous verrez ce que la NGR va faire sur le terrain. Je vous en donne ma parole.
 
  AFRICAGUINEE.COM: Ce sera sans doute du gros boulot. Mais quels vos moyens et vos chances ?
 
DAVID CAMARA :  Oui c’est du gros boulot, je vous dis que la NGR n’a jamais opté pour la facilité. Plus un combat est difficile, plus ça nous galvanise.
 
  AFRICAGUINEE.COM: Quel est votre état d’âme à quelques heures de la proclamation des résultats définitifs des élections législatives ?
 
DAVID CAMARA :  C’est la sérénité, j’ai commencé par vous dire que nous sommes un parti légaliste qui a toujours respecté les instituions que nous avons mis en place nous-mêmes. Qu’elles soient opérationnelles ou pas, que ces institutions aient le mérite d’exister. Donc, nous, nous avons confiance en notre cour suprême même si elle fonctionne mal. Nous avons confiance en notre CENI même si elle fonctionne mal. 
 
Nous avons cette fâcheuse habitude de faire de nos institutions à commencer par le président de la République, nos souffre-douleurs. Il faudrait qu’on arrête avec ça, il faudrait apprenne à respecter les institutions que nous mettons en place. Si elles ont des insuffisances, cherchons à les corriger. Le verdict de la cour suprême sera le mien, je l’accepterais sans sourciller et sans état d’âme.
 
  AFRICAGUINEE.COM: Envisageriez-vous de briguer le perchoir ?
 
DAVID CAMARA :  Pourquoi pas ! Ce n’est pas du tout au dessus de mes capacités, j’en ai les capacités intellectuelles, la stature. Je pense que j’ai suffisamment  connaissance des réalités de ce pays pour pouvoir briguer ce poste. Mais normalement le perchoir se dispute entre les tendances les plus fortes qui se sont dégagées suite aux élections législatives. C’est comme ça que ça se passe dans tous les pays. Donc, je laisse la primeur au RPG et à l’UFDG pour briguer le perchoir. Mais si ces deux partis devaient toujours continuer à se regarder en chiens de faïences, je n’excluais pas que moi-même je présente ma candidature. Je l’ai dit sur Chérie Fm qui de par son nom vous rappelle tout de suite l’amour. La démarche de la NGR c’est de faire en sorte que le RPG appelle l’UFDG chérie-UFDG, et vice-versa.
 
  AFRICAGUINEE.COM: Vous ne trouvez pas cela utopique ?
 
DAVID CAMARA :  Ce n’est pas une utopie, c’est possible peut être avec la médiation de la NGR, vous serez surpris !
 
AFRICAGUINEE.COM: Au cas vous présenteriez votre candidature, quelles pourraient être vos chances selon vous ?
 
DAVID CAMARA : Si je devais présenter ma candidature, c’est parce que très certainement, les deux grands partis n’auraient pas réussi à se mettre d’accord. Comme la NGR n’a jamais fait du mal à qui que ce soit, je rallierais très facilement les deux camps derrière moi. Pour construire l’unité nationale, et commencer à faire face désormais aux véritables problèmes de ce pays, c’est ce qui est essentiel. C’est ce que les citoyens demandent.
 
 AFRICAGUINEE.COM: Merci d’avoir accepté de répondre à nos questions !
 
DAVID CAMARA : ] Merci.
 
  Interview réalisée par Diallo Boubacar 1 
   Pour Africaguinee.com
   Tel : (00224) 664 93 51 32
 
Créé le 14 novembre 2013 13:39

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_