Crise politique en Guinée: Début de compromis pour sauver le processus électoral

compromi_cni

CONAKRY-Une avancée importante a été obtenue lundi à l’issue d’une reunion de six heures à Conakry entre le facilitateur international Said Djinnit et le comité de suivi de l’accord politique du 3 juillet dernier.Face aux reclamations de l’opposition  concernant les électeurs qui ne figurent pas sur la liste électorale, la commission électorale nationale indépendante (CENI) a promis de faire un effort pour la mise en place d’un dispositive de recours.

“Pour ceux qui ne se retrouveraient pas sur la liste électorale, Nous avons suggéré à ce que la commission électorale nationale indépendante (CENI), mette en place un dispositif pour les appels.Elle se réunira ce mardi en plénière pour mettre en place ce dispositif de recours”, explique Said Djinnit au micro de nos confrères de RFI.

Pour l’instant, l’ultimatum de l’opposition qui menace d’organiser des manifestations jeudi, n’a pas été discutée et reste donc maintenu.Mais  ce compromis avec la CENI devrait apaiser les tensions pour sauver le processus electoral fragilisé ces derniers jours par un durcissement du ton entre les acteurs politiques guinéens. L'opposition accuse la Commission électorale nationale indépendante(CENI)de préparer des fraudes pour assurer la victoire de la mouvance présidentielle lors des législatives prévues le 24 septembre prochain. Elle réclame l'affichage des listes électorales corrigées par la CENI et  la reprise du redécoupage électoral en "tenant compte des réalités du terrain". Elle projette de manifester dès jeudi, sans pour autant envisager un boycott du scrutin.

De son côté, la CENI a assuré toutes les anomalies ont été corrigées pour la tenue de ce scrutin dans la transparence.

Par ailleurs, la présidence guinéenne a exclu tout nouveau report de ce scrutin qui doit mettre fin à la transition politique dans le pays.
Plus de 5 millions d'électeurs guinéens sont attendus dans les 11.998 bureaux de vote pour élire 114 députés de l'assemblée nationale.

Le 3 juillet dernier, après des violences qui ont fait des dizaines de morts, le pouvoir et l'opposition avaient signé un accord politique fixant une date pour les législatives.Cet accord prévoyait également le vote des guinéens de l'étranger ainsi qu'une révision du fichier électoral.

Nous y reviendrons.

  Ahmed Tounkara
   Pour Africaguinee.com

 

Créé le 17 septembre 2013 19:45

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces