Colonel Devouge: « le rapprochement entre l’armée guinéenne et la population est une réalité »

22953

 

CONAKRY-Quelle sera la place de l'armée guinéenne dans la sous-région ouest africaine?Pour le Colonel Réné Devouge, l'acquis principal de la Guinée, c'est d'abord la réconciliation entre l'armée et les populations.Dans cet entretien accordé à notre rédaction, cet officier qui assume les fonctions d'attaché militaire à l'ambassade de France à Conakry, livre son point de vue sur la contribution de la Guinée dans le conflit au Nord du Mali après les réformes des forces de défense et de sécurité…
 
  AFRICAGUINEE.COM : L’armée guinéenne a fêté ce 1er novembre 2013 ses 55 ans d’existence, selon vous quel enseignement peut-on tirer de cette force aujourd’hui ? 
 
COLONEL RENE DEVOUGE :  Avant tout, tous les militaires attendaient d’être promus le 1er novembre. Aujourd’hui, grâce à la reforme, les promotions se font aux mérites et en fonction du travail des militaires. Les militaires seront les véritables défenseurs de votre pays, et ensuite aujourd’hui, l’armée guinéenne est engagée sur un terrain d’opération. Un bataillon guinéen va partir au Mali dans le cadre de la MINISMA. Ce bataillon va partir également avec deux compagnies supplémentaires. La Guinée est retenue par les Nations Unies qui, en faisant partie des Nations sur lesquelles on peut s’appuyer pour les opérations du maintien de la paix. C’est quelque chose qui était impossible il y a deux ans. La population avait peur des militaires parce qu’ils se promenaient partout avec leur kalachnikov (fusil), aujourd’hui, il n’y a aucun militaire dans les rues de Conakry avec de kalachnikov. Lorsqu’il y a eu les événements douloureux au mois de juin à Nzérékoré, les populations de la région se sont réfugiées dans le camp militaire. Est-ce qu’on peut imaginer il y a trois ans, la population se refugiait dans un camp militaire? Non ! Le rapprochement entre l’armée et la population aujourd’hui, c’est une réalité. 
 
Tous les partenaires de la Guinée sont derrière pour l’appuyer dans cette réforme des services de défense et de sécurité pour aller de l’avant. Et je pense que ce n’est pas une simple reforme, c’est une véritable révolution à la fois dans l’organisation et dans l’esprit des militaires. 
 
  AFRICAGUINEE.COM : La Guinée compte déployer au Mali un bataillon supplémentaire. Quel est le nombre de militaires qui devraient composer cette force ? 
 
COLONEL RENE DEVOUGE : La Guinée s’est proposée aux Nations unies de déployer un bataillon d’infanterie de 850 hommes. Et les Nations unies viennent de répondre à la Guinée qu’elles demandaient au pays, pas un bataillon d’infanterie classique avec 850 hommes, mais que les nations unies demandent à la Guinée un bataillon blindé de réserve, c’est-à-dire la force de réserve de la  MINISMA ; c’est le bataillon qui sera envoyé au combat quand les autres bataillons ne peuvent plus remplir leur mission. C’est la réserve de la commande de force. En plus de ce bataillon, les nations unies ont demandé à la Guinée de déployer deux compagnies d’infanterie qui seront intégrés dans le bataillon sénégalais. Donc, la Guinée vient de rentrer de façon très forte, et c’est une nouveauté dans le cercle très fermé des pays contributeur de force auprès des nations unies. 
Les Nations Unies sont très exigeantes les standards à la fois des formations et d’équipement des unités qui sont déployées dans le cadre des nations unies. La Guinée rentre dans le premier cercle des nations contributrices. C’est grâce à ses efforts, grâce à la réforme qui n’est pas terminée qui doit se poursuivre, mais ça veut dire que la Guinée est dans le cadre d’apparaître dans les nations ouest africaine comme une nation leader. C’est à la fois pour son armée, sa marine avec sa lutte contre la piraterie maritime, la lutte contre la pêche illégale.
 
 AFRICAGUINEE.COM : Quelle sera la spécificité du bataillon guinéen dans la MINISMA ? 
 
COLONEL RENE DEVOUGE :  Il constituera dans ce qu’on appelle dans le langage militaire, la Q  création  force, c’est-à-dire dans une manœuvre militaire, vous ne pouvez jamais engager toutes vos forces dans seule coup.Parce que si jamais vous avez un revers quelque part, vous n’avez pas de réserves qui puissent intervenir. Et donc le bataillon guinéen sera ce qu’on appelle la QFR Q Création Force, ce sera le pion de création ultime qui sera engagé sur ordre du commandant de la force sur les points les plus difficiles du Mali.
 
     Entretien réalisé par 
   Aliou BM Diallo
   Pour Africaguinee.com
   (+224) 664 93 46 24
 
Créé le 3 novembre 2013 10:05

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_