Violences à Mali : Le porte-parole de l’armée guinéenne se confie à notre rédaction… (Exclusif)

Le Colonel Aliou Diakité, porte-parole de l'armée guinéenne

CONAKRY- Quelle décision va prendre la hiérarchie militaire contre le Colonel Issa Camara et ses Hommes, accusés d’exactions et d’abus d’autorité sur les populations civiles de Mali ? Un peu plus de 72h après les violences survenues à Mali, la haute hiérarchie militaire s’est exprimée. Le Porte-Parole de l’armée guinéenne, le Colonel Aliou Diakité s’est confié à notre rédaction. Exclusif !!!

 

AFRICAGUINEE.COM : Colonel Aliou Diakité bonjour !

COLONEL ALIOU DIAKITE : Oui bonjour !

Quel commentaire faites-vous sur les violences survenues ces derniers jours dans la préfecture de Mali ?

Je vous remercie de m’avoir donné la parole pour pouvoir apporter des précisions à un certain niveau. Que ce soit l’armée ou tout autre acte commis par qui que ce soit, c’est très déplorable aujourd’hui que de tels évènements se passent sur notre territoire, parce que nous aspirons tous à une paix et à une stabilité. Nous condamnons fermement l’acte qui s’est passé à Mali. Nous souhaitons prompt rétablissement aux blessés.

N’est-ce pas là un coup dur pour l’image de l’armée guinéenne d’autant que ces évènements malheureux surviennent à un moment où la confiance commençait à renaître entre elle et la population civile ?

Ce qui s’est passé n’est pas imputable directement à l’armée en tant qu’institution. L’agissement d’un individu ou de quelques individus n’est pas imputable à toute l’armée comme étant une institution. Un travail est déjà fait par les partenaires au développement, la hiérarchie et l’autorité civile, aujourd’hui. La réforme est très avancée et elle est soutenue par l’ensemble des forces de défense et de sécurité, et  par tout le peuple de Guinée. Assez de sacrifices ont été consentis. L’agissement de quelques individus, avant que cela ne soit révélé, ne doit pas être imputé à toute l’institution. L’armée est une institution républicaine. Cela ne doit pas freiner l’élan qui est entrepris et prôné par l’ensemble du commandement militaire sous les instructions de Monsieur le Président de la République.

Ne craignez-vous pas que l’image de l’armée guinéenne qui est engagée dans des missions de maintien de la paix au niveau international soit écornée par ces violences ?

Assez d’efforts ont été faits aujourd’hui dans le cadre de la réforme des forces de défense et de sécurité. Cela ne doit nullement perturber l’effort consenti au sein des FDS pour poursuivre la réforme. Cette réforme est un processus. A chaque moment qui arrive, nous sommes en train de poser une pierre pour construire l’édifice qu’on s’est fixé. L’agissement d’un individu ou de quelques individus ne devrait pas être caution pour ternir l’image de cette armée. Cela ne doit nullement perturber la participation de l’armée guinéenne aux opérations de maintien de la paix. Il y a des années de cela, on sait ce que cette armée était, et ce qu’elle représente aujourd’hui.

C’est bien clair, il y a un code de bonne conduite. Et des instructions ont été données par le Chef d’Etat-major Général des armées, de le divulguer réellement, de faire des conférences, des débats dans le cadre des relations civilo-militaires pour expliquer aux citoyens les missions des forces de défense et de sécurité. Dans ce code de conduite, tous les articles sont définis pour expliquer aux militaires, comment travailler avec la population dans un Etat de droit.

Le colonel Issa Camara accusé d’être responsable des exactions contre les civiles à Mali a été limogé, dites-nous quelle va être la prochaine étape ?

Je ne peux pas dire qu’il est le responsable, dans la mesure où si les faits sont là, il est question que la Justice ou les enquêtes établissent les éléments des faits. Donc je ne peux pas hâtivement le culpabiliser. Il y a la présomption d’innocence. Même s’il y a les faits, il y a les éléments de ces faits qui seront mis en évidence par la justice. On va laisser la Justice établir tout ça avant de parler de culpabilisation de qui que ce soit.

Est-ce qu’il y a des mesures coercitives envisagées à l’encontre du colonel Issa Camara et de ses Hommes ?

Je ne suis pas son chef direct, mais je sais que dans l’armée, il y a la hiérarchie des normes. Dans cette hiérarchie des normes, il y a des décisions qui se prennent. S’il s’avère qu’il est coupable de tel ou tel, nous avons au niveau du statut général, un statut particulier ou au niveau du règlement de discipline générale, il y a des sanctions disciplinaires, des sanctions pénales qui sont prévues, suivant la gravité de la faute commise, si c’est avéré.

Un dernier message ?

J’aurai souhaité se conformer à ce qui est prévu dans la Constitution au titre 15 concernant les forces de défense et de sécurité. C’est clairement écrit que les forces de défense et de sécurité sont soumises aux autorités civiles. Donc, nous devons obéissance et respect aux instructions données par l’autorité civile et le respect de la hiérarchie. Il ne faut jamais agir isolement. Il faut toujours agir sous un ordre. Si on agit isolement, la responsabilité pénale incombera à celui qui agit. L’armée c’est la discipline.

Je fais un appel solennel à l’ensemble des forces de défense et de sécurité ainsi qu’à nos populations, d’avoir confiance à l’armée. L’armée a entamé un processus de réforme que nous comptons suivre avec fermeté et rigueur jusqu’au bout. Il se peut qu’il y ait des ratés à un certain niveau par quelques individus, mais il faudrait que l’on comprenne que 80 à 95% au jour d’aujourd’hui sont dans l’esprit et la règle de la réforme prônée par le Gouvernement et soutenue par la hiérarchie militaire.

 

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

En collaboration avec SOUARE Mamadou Hassimiou

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le 20 juin 2016 08:14

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_