Franah : Une trentaine de blessés dans un affrontement entre deux villages…

FARANAH- Le lundi 15 avril dernier, des citoyens de Kamarah et de Layadoula dans la sous-préfecture de Nialia s’étaient violemment affrontés à coup de pierres et de gourdins, faisant au moins 32 blessés dont 5 femmes et des dégâts importants.

Près d’une semaine après ces incidents, un journaliste d’Africaguinee.com s’est sur place pour enquêter sur ce s’est passé réellement. Explications.

Au micro de africaguinee.com le porte-parole de KAMARAH, district qui abrite une société chinoise qui extrait du sable revient sur la genèse d’un conflit latent.

« Ce conflit est né dès après l’installation d’une société chinoise qui extrait du sable pour la construction des rails jusqu’au mont Simandou. En 2022, avant l’arrivée des chinois le courant passait bien entre nous (de Kamarah) et nos voisins de Layadoula. C’est seulement 3 km qui séparent nos deux villages et nous sommes liés par le sang. C’est assez fréquent de rencontrer deux frères de lait ; l’un est établi à Kamarah, l’autre à Layadoula.  Nous constituons une même famille.

Quand les chinois sont arrivés, ils ont procédé à un recensement de toutes les personnes qui devaient être impactées par l’exploitation de la carrière et le transport du sable notamment les propriétaires de plantations, de champs et tout autres domaines personnels.

La société a dédommagé tous les concernés à la suite de cette opération. Mais puisque nos voisins de Layadoula n’ont pas bénéficié de ce dédommagement n’étant pas impactés, ils (citoyens de layadoula) ont décidé et nous ont informés qu’à partir de l’instant les compensations que la société va payer aux communautés de KAMARAH, LAYADOULA et SAFARAMBA, riveraines du fleuve Niger pour l’extraction du sable, reviennent de droit seulement à Layadoula. Nous avons rejeté cette proposition. Le 25 du mois d’avant le Ramadan, leurs femmes se sont toutes transportées à la carrière de sable, munies de foulards rouges. Elles ont barricadé les routes et empêché le mouvement des camions de la société deux semaines durant. De négociation en négociation le Sage (soti kemo)de Faranah a réuni les trois villages pour leur expliquer que le domaine appartient aux trois districts. Il leur a dit qu’un seul ne doit pas réclamer la paternité du Domaine et que les bénéfices de l’extraction du sable doivent être répartis de façon équitable entres les trois villages impactés par les activités.

Comme ils n’ont pas obtenu satisfaction, ils sont passés à la vitesse supérieure en interdisant aux citoyens de KAMARAH la pêche artisanale dans les différentes mares. A quelques mètres de la carrière de sable il y a cinq mares qui d’habitude sont exploitées lors des cérémonies de pêche auxquelles tous les villages riverains des sous-préfectures de TIRO et NIALIA prennent part. Echouant à cet autre front, le président du district de Layadoula est venu nous dire que ses citoyens ont décidé que chacun reste chez soi. Ainsi les citoyens des deux localités ont respecté cette consigne et se sont évités les uns les autres dans toutes activités sociales et économiques. Bref ils se sont coupés tout contact. Plus personne ne foulait le pied dans le village de l’autre. On est resté comme ça. A la veille de la fête de ramadan, à notre insu, ils ont convié tous les villages environnants à venir pêcher dans les marres. Nous aussi nous avons interdit le travail à tous les jeunes de Layadoula au sein de la société. 

C’est dans ce contexte qu’un citoyen du district de Layadoula a été appréhendé à Kamarah avec six bidons de gasoil aux alentours de la base logistique de la société. Il a été accusé de vol par les habitants de Kamarah. L’intervention d’un des sages de Layadoula n’a pas suffi pour libérer le jeune homme.

Simultanément, des citoyens de Kamarah ont interdit aux travailleurs de Layadoula qui œuvrent dans la société d’accéder à leur lieu de travail, c’est là que le différend a dégénéré. Lorsqu’ils sont venus secourir leur collègue, un accrochage a éclaté.Mais l’argent obtenu de la société doit être utilisé pour construire des infrastructures notamment des écoles, des centres de santé et autres dans les zones impactées, mais les citoyens de Layadoula se sont opposés.

Layadoula et Kamarah se sont mutuellement interdits les activités. Cela a conduit à l’arrestation d’un jeune de Layadoula du nom de LAHA par les citoyens de Kamarah pour transport illégal de carburant. C’était le Dimanche,14 avril. Bien qu’un sage de Layadoula ait plaidé en faveur de la libération du jeune, les populations de Kamarah ont refusé, exacerbant ainsi la tension. Le retour du sage à Layadoula a envenimé les rancœurs, conduisant à une interdiction de la présence des habitants de Layadoula à Kamara, empêchant leurs présences dans la société, déclenchant ainsi les affrontements dans notre zone. Des renforts venus de Layadoula pour nous attaquer ont fait 23 blessés de notre côté », raconte notre interlocuteur.

Sékouba Oularé président du district de Layadoula aussi donne sa version des faits. « Tout a commencé par un différend né de l’utilisation du sable, mais les sages de Faranah sont venus régler cette situation pour éviter tout affrontement entre nous.  Tout le village est venu me demander de dire au président du district de Kamarah d’intimer à sa population de ne pas prendre part à la fête de la marre qui pointe à l’horizon à fin d’éviter des problèmes entre nous.

Après cette fête ils sont venus nous dire de rester loin de leurs brousses au cas contraire s’ils appréhendent un de nos jeunes sur leur territoire pour le trafic du gasoil, l’intéressé sera sévèrement puni. Ils m’ont déposé ce mémorandum le vendredi 12 avril dernier. J’ai d’urgence réuni mes concitoyens pour partager le contenu du mémorandum, j’ai informé le sous-préfet et le sage de la sous-préfecture

Le lendemain samedi, le fils d’un de nos notables a été arrêté par les habitants de Kamarah. Nonobstant toutes les tentatives de médiation, les deux parties ont durci leur position, en imposant des restrictions de déplacement aux citoyens des villages respectifs. Le conflit s’est finalement transformé en affrontements le lundi matin, après avoir empêché nos enfants d’accéder à la carrière. Nos jeunes ont été violemment agressés chez eux par des jets de pierres. Ils ont été pourchassés jusque dans leur dernier carré, faisant des dizaines de blessés.

 J’ai appelé le gouverneur de Faranah qui a envoyé des gendarmes. Lui aussi est venu parce que la situation était très tendue, mais grâce à son implication le calme est vite revenu.

Avant l’implantation de la société, les deux villages étaient ensemble.

L’extraction du sable par la société n’est pas bénéfique pour les communautés. Du début jusqu’au moment où je vous parle cette société a transporté plus de 3000 et quelques changements mais même de 1 franc les trois villages n’ont pas encore bénéficié. On ne sait même pas combien elle paye à la communauté. Les sages n’ont pas bien tranché cette situation. Un domaine ne peut pas appartenir à trois villages. »

Rencontré au service des urgences de l’hôpital Régional de Faranah, Dr Aboubacar Dabo fait le point sur la situation des blessés :

« C’est vers huit heures que nous avons été alertés par les autorités. Immédiatement, nous avons pris les deux ambulances pour nous rendre sur place. À notre arrivée, nous avons constaté qu’ils étaient en confrontation, une bagarre a éclaté entre les deux villages. Nous avons alors commencé à prendre en charge les blessés au fur et à mesure. Au total, nous avons reçu 32 blessés, dont 4 graves, 15 présentant un traumatisme crânien et 13 des contusions simples. Parmi eux, il y avait 5 femmes et 27 hommes. Ce sont ces cas que nous avons traités au cours de la journée. »

Aux dernières nouvelles, un calme précaire est revenu à la suite à l’intervention des forces de l’ordre.Au moments où nous mettions cette dépêche en ligne les sages de la Communauté Sankaran, le Sotikemoh et la notabilité sont en route pour Layadoula afin de désamorcer cette crise.

Affaire à suivre…

De Retour de Layadoula et KAMARAH Alpha Amadou Barry,

Correspondant régional d’Africaguinee.com à Faranah

Créé le 20 avril 2024 10:24

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces