Un chauffeur tué par « balle » à Matoto : Des gendarmes pointés du doigts… « témoignages »

CONAKRY- C’est la deuxième victime des manifestations nocturnes qui ont secoué la capitale Conakry, dans la nuit du jeudi 14 mars à cause d’une coupure générale d’électricité. Mamadou Yéro Koulibaly, chauffeur, a été tué par balle à la Tannérie dans la commune de Matoto.

Après avoir carburé son véhicule, il a décidé avec son compagnon de se mettre à l’abri jusqu’à ce que la route qui était barrée soit libérée. C’est là qu’il a été fauché par une balle, selon son ami qui était avec lui. Ce dernier que nous avons interrogé ce samedi 16 mars 2024 accuse une équipe de gendarmes.

Abdoulaye Diallo, que nous avons rencontré à Donka, porte encore une trace de blessure près de son nez. La blessure a été provoquée par les éclats de vitre (du véhicule) cassée par la balle qui a fauché son ami.

Abdoulaye Diallo

« Quand nous avons terminé de vendre les bananes (transportées de l’intérieur du pays), nous nous sommes rendus à la station de la zone (Tannerie), pour chercher du carburant. A ce niveau, nous avons remarqué une manifestation. Des citoyens étaient descendus dans la rue pour barrer la route. Nous avons ainsi décidé de replier et attendre dans la station jusqu’à ce qu’il y ait une accalmie ou même quitter les lieux dans la matinée. C’est dans cette attente dans la voiture que mon ami a reçu la balle, au niveau du visage dans les environs de 20 heures« , témoigne Abdoulaye Diallo.

Mamadou Yéro Koulibaly était marié. Il laisse derrière lui une veuve et des enfants. Il avait coutume de voyager entre Conakry et Labé. Mais il est résident de Koubia, en Moyenne-Guinée.

Orphelin de son état, la victime n’a aucun parent à Conakry. Jusqu’à présent, son corps se trouve à la morgue de l’hôpital Donka, selon nos informations. Ses proches peinent à récupérer la dépouille.

Siradjo Diallo, président du parti La Nouvelle génération pour une vision guinéenne (NGPV), suit ce dossier de près. Il témoigne : « Au moment où je vous parle, on n’a pas encore reçu le corps. On est dans toutes ces démarches. On nous apprend que ce sont les forces de l’ordre (gendarmes) qui l’ont tué. Je vais suivre ce dossier. Parce que, si ce sont les forces de l’ordre, on va voir s’il faut porter plainte. C’était une manifestation sociale, à cause d’une coupure d’électricité. Je pense que les forces de sécurité ne devraient pas exécuter de pauvres citoyens comme ça« , s’indigne M. Diallo.

Siradjo Diallo

Aux dernières nouvelles, la justice se serait intéressée à cette autre affaire de crime.

Dansa Camara DC 

Pour Africaguinee.com 

Créé le 16 mars 2024 13:28

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , , ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_