Tension au marché Madina : Une décision des autorités fait des grincements de dents…

madinau

CONAKRY-Les activités sont paralysées dans une partie du marché Madina, dans la commune de Matam depuis le 11 septembre. Et pour cause, les opérations de déguerpissement et de réinstallation des déguerpis font des mécontents. C’est le plus grand centre de négoce du pays. (Image d’archive, ndlr).

Ce mardi 12 septembre 2023, des échauffourées ont même éclaté. La police a fait usage des gaz lacrymogènes et même des sommations pour disperser des commerçants mécontents.

« Chez nous ici à Madina, précisément à l’ancienne gare voiture de Bonfi dans la commune de Matam, ça ne va pas depuis lundi. Il n’y a aucune activité qui marche chez nous en ce moment, nous respirons de la fumée pimentée, la police fait usage de gaz lacrymogène et arrête certains commerçants. D’autres qui viennent acheter de la marchandise croisent ces agents et se font arrêter. Ce que nous vivons ici est très difficile », explique un commerçant joint par Africaguinee.com.

L’origine de cette tension viendrait d’une décision de la mairie qui voudrait installer des femmes déguerpies à Avaria à la devanture des boutiques appartenant à certains commerçants dont les places qui font face à la grande voie. Ce que ces derniers (commerçants) trouvent injuste.

« Depuis deux jours on ne travaille pas ici. Notre zone n’est pas concernée pour le moment, mais les tensions dans notre voisinage nous impactent. Quand les heurts commencent on est obligé de fermer nos magasins et de demander à nos clients de reporter leurs commandes, parce que les gens viennent avec de l’argent. C’est risqué de venir dans ces conditions », explique un grossiste à Madina.

A suivre…

Mamadou Yaya Bah

Pour Africaguinee.com

Créé le 13 septembre 2023 10:51

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,