Présidentielle en Guinée : La Psychose gagne certains hommes d’affaires à Labé(Reportage)

sam_7812

LABE-Les activités économiques de la ville de Labé, bastion de l’Opposant Cellou Dalein Diallo, tournent au ralentie depuis le lendemain du scrutin présidentiel du 11 octobre. Le  grand-marché de la ville est désert. Certains commerçants craignent des actes de vandalisme avant la publication des résultats officiels.

Ce Vendredi 16 octobre 2015, le marché central de Labé continue de présenter un climat de morosité hors du commun.  Ce grand centre d’affaires de la  sous-région présente la même image depuis bientôt une semaine.

 «  Depuis le jour de l’élection jusqu’à ce vendredi, le marché est toujours fermé. On est obligé de nous conformer à la volonté de la majorité, ça nous permet d’éviter tout risque de vandalisme, surtout nous les cambistes, qui  manipulons beaucoup d’argent. C’est facile de nous attaquer. Nous venons chaque jour au marché pour rester devant nos places sans ouvrir, toute tourne au ralenti. Nous voyons des clients qui ont la devise mais nous ne  sommes pas en mesure de faire les échanges pour eux. Nous attendons parce que si nous sommes attaqués, personne ne va nous rembourser, beaucoup de commerçants ont perdu de biens à Conakry, jusqu’à présent ils ne sont pas remboursés, donc nous tirons les leçons», explique le cambiste, Boubacar Bah, croisé au grand-marche de la  ville. 

Même son de cloche pour Ibrahima Kaalan vendeur de matériel de construction qui exprime son ras-le-bol de voir le pays dans une crise politique permanente: «  aujourd’hui nous souffrons de deux choses : la première, dit-il, rien n’est encore clair concernant les élections, nous craignons des violences. La deuxième : notre gagne pain est menacé parce que le marché est fermé et pourtant nos familles doivent vivre, mon souhait est que cette impasse s’arrête, moi j’en ai marre de cette situation politique qui ne finit pas, depuis 5 ans, on tourne au tour ».

Quelquefois, la cessation des activités économiques tournent aux disputes entre clients et hommes d’affaires. Nous assistons à une altercation entre une dame et le gérant d’une agence locale de transfert d’argent. La jeune dame se justifie : «  depuis le lundi mon fils m’a envoyé de l’argent pour la dépense, mais chaque fois que je viens, le gérant me dit il faudra attendre à la reprise des activités, pourtant je suis dans le besoin, aujourd’hui sans mon argent, je ne bougerai pas d’ici », explique-t-elle très en colère.

Le gérant  Moudjirou Barry réplique : «  la femme là ne comprend rien, au fait l’argent posté c’est en devise 200 dollars, mais l’argent liquide qu’elle doit recevoir, c’est en francs guinéens, je dois me référer au taux change pour lui remettre son dû. Vous voyez que le marché est fermé, aucun cambiste ne travaille où je pourrais faire les échanges, donc elle sera obligée d’attendre la reprise des activités. Je suis pas responsable de ce qui arrive », s’est-il défendu.

Au niveau de l’administration générale du marché central de Labé, on décline toute responsabilité sur cette situation.

Mamadou Tely Bah précise: «  je suis administrateur du marché et non commerçant, si les commerçants n’ouvrent pas leurs places, je n’oblige personne, chaque jour c’est entre 7h et 7h30 que les gardiens ouvrent le marché, mais si les commerçants ne viennent pas, mon rôle c’est d’instruire aux gardiens de fermer pour ne pas qu’il ait de vandalisme. Les gens doivent savoir que ce n’est pas moi qui ferme le marché, tout dépend de la volonté de ceux qui ont des biens ici. S’ils décident de travailler j’ouvre à défaut je ferme, je ne suis qu’un exécutant », a précisé l’administrateur général du marché.

Par contre, les banques, les stations services, fonctionnent mais l’ambiance est loin de l’affluence habituelle : «  ici à la banque on sent que les activités économiques sont au ralentis, les versements et les retraits sont très faibles, mais nous sommes obligés de faire en attendant le minimum de service, c’est gérants de station services qui font des faibles versements ; les commerçants on ne voit personne »a confié un banquier. Par contre l’administration publique fonctionne comme d’habitude.

 

Alpha Ousmane Bah correspondant régional

D’africaguinee.com

(00224) 657 41 09 69

Créé le 17 octobre 2015 12:25

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces