Mondial : Le Maroc sort la tête haute, la France rejoint l’argentine en finale

france_maroc

La France défendra dimanche contre l'Argentine de Lionel Messi son titre en finale du Mondial-2022 pour laquelle elle s'est qualifiée en battant dans la douleur le Maroc (2-0) mercredi 14 octobre 2022, au stade al-Bayt à al-Khor.

Les Bleus de Didier Deschamps, qui semblent touchés par un syndrome viral ayant mis plusieurs des leurs sur le flanc ces derniers jours, peuvent entrer un peu plus dans l'histoire: seules deux nations ont jusqu'à présent réussi à conserver leur couronne, le Brésil de Pelé (1958 et 1962) et l'Italie à l'époque fasciste (1934 et 1938), à une époque où seules seize équipes prenaient part au tournoi.

"C'est incroyable de jouer deux finales de la Coupe du monde à la suite, on a fait du beau boulot", s'est réjoui sur TF1 Théo Hernandez, auteur du premier but des Bleus. "Il y a de l'émotion, de la fierté. Évidemment c'était une marche encore importante aujourd'hui, il y en aura une dernière", a temporisé Didier Deschamps.

Malgré la défaite, les Marocains eux aussi sont entrés dans l'histoire: aucune nation africaine n'était jamais entrée en demi-finale, le Cameroun, le Sénégal et le Ghana ayant échoué in extremis en quarts.

"Je pense qu'on les a fait douter par moments et déjà, pour nous, c'est extraordinaire", soulignait après le match le sélectionneur des Lions de l'Atlas, Walid Regragui. "On doit encore travailler pour revenir plus fort inch'Allah. Il faudra qu'on soit régulier pour montrer que ce n'était pas un accident."

Encouragés par leurs supporteurs, nettement majoritaires au stade Al-Bayt, ses joueurs auraient pu espérer mieux.

Même s'ils ont été très vite menés au score sur un but d'Hernandez (5e), ils ont ensuite souvent dominé, notamment en seconde période, face à une équipe de France qui a semblé usée physiquement alors que des questions se font jour sur la maladie qui touche ces derniers jours certains membres du groupe.

Les Bleus se présentaient d'ailleurs privés de deux titulaires, malades: le milieu Adrien Rabiot, reste à l'hôtel, et le défenseur Dayot Upamecano, cantonné sur le banc des remplaçants.

Sous les yeux de leur président Emmanuel Macron, les champions du monde en titre se sont mis à l'abri sur un but de Randal Kolo Muani, moins d'une minute après son entrée en jeu (79e).

– Supporters sur les Champs-Elysées –

Sur les Champs-Élysées à Paris, à Bordeaux, à Lyon ou encore à Marseille, la qualification des Bleus pour la finale du Mondial-2022 a été célébrée mercredi par des milliers de supporters dans une ambiance largement bon enfant avec quelques débordements

"On est en finale, on est en finale", chantaient des centaines de supporters qui s'étaient réunis spontanément malgré le froid sur la célèbre avenue parisienne, pendant que les voitures faisaient rententir leur klaxon.

À Bordeaux, la place de la Victoire s'est noircie de monde dès le coup de sifflet final, avec son cortège de feux d'artifice, et des fumigènes sur cette place entourée de bars qui débordaient de monde.

"On est content pour la France", a assuré Hossam Boutalah, un étudiant de vingt ans, drapeau marocain sur le dos. "On est des frères après tout, on est ensemble. C'est notre deuxième pays. Le Maroc a bien joué et aurait mérité de mettre un but."

Rabat, la capitale marocaine balayée par des trombes d'eau, n'a pas connu les explosions de joie qui avaient fêté les précédents exploits de la sélection mais son parcours fantastique au Qatar a été néanmoins salué par des salves de klaxons et des rassemblements festifs au son des tambours.

– Sommet Messi-Mbappé –

Sur les 64 matches de ce Mondial très controversé, ouvert sur fond de critiques occidentales sur le respect des droits humains dans le petit émirat gazier, il n'en reste donc que deux à jouer.

Il y aura d'abord la petite finale, qui sera jouée samedi entre le Maroc et la Croatie, répétition de la rencontre jouée en phase de groupes (0-0 le 23 novembre) et pourrait avoir plus de sel que d'ordinaire.

Mais le grand match, ce sera pour dimanche avec le face à face entre deux équipes qui apparaissaient comme des favorites naturelles, et entre deux stars du jeu, coéquipiers au Paris SG.

D'un côté, Lionel Messi, septuple Ballon d'Or, dont une grande partie de la planète rêve qu'il inscrive à son palmarès le plus beau des titres.

De l'autre, Kylian Mbappé, qui confirme son statut de phénomène, avec ses cinq buts dans le tournoi (neuf en tout avec les quatre inscrits en 2018), et peut devenir le premier joueur double champion du monde avant ses 24 ans, depuis… le roi Pelé.

Argentine-France, c'est aussi le souvenir de ce qui fut sans doute, avec Brésil-Belgique, le plus grand match du Mondial-2018, en huitième de finale, soldé par une victoire 4-3 des Bleus.

AFP

Créé le 15 décembre 2022 07:48

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

GAC recrute trois (3) superviseurs mine…

jeudi, 11 juillet 24 - 5:43 pm