Liberté de la Presse : Voici « pourquoi » la Guinée a amélioré son classement…

CONAKRY- En dépit des brouillages des ondes et les mesures restrictives contre des médias en ligne, la Guinée a tout de même amélioré sa position dans le classement 2024 de Reporters sans frontières (RSF), sur le plan du respect de la liberté de presse. Contrairement à l’année précédente, où elle occupait le 85e rang sur 180 pays au classement mondial, la Guinée occupe cette année le 78e rang.

A propos de ce résultat, qui selon de nombreux observateurs contraste avec la réalité sur le terrain,  Africaguinee.com a joint Jeanne LAGARDE, chargée de plaidoyer Afrique pour RSF.

A travers une explication assez détaillée, elle a précisé que les 7 places dont la Guinée a bénéficié, dénote toutefois que son score d’une année à l’autre est quasiment identique. Son augmentation est donc liée à l’évolution des autres pays, selon les termes de cette responsable du bureau de RSF.

Ensuite, poursuit dame Jeanne LAGARDE, le score que l’on calcule est basé sur deux éléments :

– Un relevé quantitatif des exactions commises à l’encontre des journalistes dans l’exercice de leurs fonctions, ainsi que des médias : pour ça, les bureaux géographiques de RSF effectuent une veille minutieuse des exactions commises contre les journalistes et les médias.

– Une analyse qualitative de la situation de chaque pays, mesurée au travers des réponses de spécialistes de la liberté de la presse à un questionnaire établi par RSF, qu’on envoie chaque année.

« Une grande partie du score est calculée grâce au questionnaire et analyses des répondants. Ce qui explique le fait que le score de la Guinée n’a pas drastiquement baissé, c’est que le questionnaire a été envoyé en fin d’année, et la plupart des répondants y ont répondu à ce moment-là, or à ce moment-là, les trois chaînes de télévision privées actuellement retirées des bouquets Canal+ et Startimes ne l’avaient pas encore été, la décision n’avait pas encore été prise par la HAC. A ce moment-là également, les radios venaient à peine de connaître les brouillages qu’elles subissent encore actuellement. Et enfin, le secrétaire général du SPPG, Sékou Jamal Pendessa, n’avait pas encore connu sa détention d’un mois qui a eu lieu en janvier« , martèle Jeanne.

Elle justifie également cette avancée pour la Guinée en disant que sa hausse dans le classement peut donc sembler étonnante à première vue, « mais il est important d’analyser le score du pays avant toute chose, et de garder à l’esprit que ce sont les données de 2023 qui sont prises en compte. Il faudra attendre le prochain classement pour que certaines données, notamment les restrictions de médias et la détention de Sékou Jamal Pendessa, soient prises en compte. »

L’intégralité de l’interview sera publiée ce mardi 07 mai 2024.

A suivre…

Dansa Camara DC 

Pour Africaguinee.com 

Créé le 6 mai 2024 19:05

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_