Guinée : Le Réseau Environnement Bauxite (REB) tient son assemblée générale

CONAKRY-Le Réseau Environnement Bauxite (REB), présidé par la Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG), a tenu son assemblée générale ce jeudi 28 mars 2024, dans un complexe hôtelier de Conakry. La rencontre a mobilisé des acteurs majeurs de l’écosystème minier et environnemental autour de la table, pour échanger sur les sujets cruciaux relatifs à l’exploitation minière et la sauvegarde de l’environnement.

Cette assemblée a pour objectif de valider le bilan de l’année écoulée (2023) et de partager les objectifs de l’année 2024. L’occasion a été aussi mise à profit pour tirer les leçons de l’année passées, afin de mieux améliorer les futures interventions du REB.

Cette assemblée générale qui se tient sous la présidence de la CBG, révèle l’intérêt que cette société minière accorde à la protection de l’environnement et la biodiversité. Au niveau de la Compagnie des bauxites de Guinée d’ailleurs, il existe des programmes environnementaux et sociaux que sont déroulés.

Un programme biodiversité dont l’objectif est la gestion des impacts des activités sur les habitats critiques dans la concession de la CBG. Des programmes sociaux existent également qui sont développés et qui entrent dans le développement communautaire, dans l’autonomisation des femmes et des jeunes dans la concession de la Compagnie des bauxites de Guinée.

En organisant cette assemblée, le REB se fixe comme objectif stratégique, de promouvoir les actions durables en faveur de la gestion cumulative, environnementale et sociale au sein de leurs entreprises minières.

« Nous allons développer un projet pilote dans les concessions de la CBG et de GAC, qui va donner un modèle de gestion intégrée des enjeux sociaux et environnementaux à l’échelle des compagnies minières. A date, nous n’avons aucune information de développement de ce modèle non seulement au niveau national et au niveau sous-régional. Donc, ça va être une première que deux compagnies s’associent pour gérer ensemble leurs impacts à l’échelle du paysage« , indique Aissatou Bobo Diallo, conseillère biodiversité à la CBG et présidente de Réseau Environnement Bauxite (REB).

Constitué le 22 Mai en 2018, sous l’égide de la Chambre des Mines de Guinée (CMG), le Réseau Environnement Bauxite (REB) est composé de sept compagnies minières bauxitiques (AMC, AMR, BAM, CBG, DM, GAC, et SMB) opérant toutes dans la Région administrative de Boké.

Selon madame Aissatou Bobo Diallo, l’objectif stratégique du REB consiste à promouvoir une synergie des compagnies membres pour une gestion durable de leurs impacts cumulatifs, en vue d’atteindre un impact positif net sur les communautés et sur l’environnement naturel dans les bassins miniers.

Pour y parvenir, souligne-t-elle, le REB élabore chaque année un plan de travail annuel (PTA) composé de quatre axes d’intervention à savoir : la gestion intégrée du paysage terrestre et maritime, des déchets, du flux migratoire et le partage des données et d’expériences.

Concernant le PTA du REB en 2023, il était composé de trois axes d’intervention pour un total de 13 objectifs. En terme de renforcement des capacités, 100 personnes des parties prenantes et des miniers ont été outillées. En ce qui concerne la Gestion intégrée du paysage, plus de 80% des actions ont été réalisé pour faciliter la mise œuvre du projet pilote sur la gestion intégrée du paysage entre CBG et GAC. « Nous avons la mobilisation des ressources financières et le processus de recrutement d’un cabinet pour réaliser les travaux », confie la Présidente du REB, soulignant que 53% des objectifs du PTA de 2023, ont été réalisés.

« La réalisation des objectifs a été rendu possible grâce à la contribution des entreprises minières, des partenaires tel que le PNUD et Biotope Guinée à travers le projet combo+, nous en remercions.

C’est pourquoi, pour relever les défis du PTA de 2024 qui seront l’objet des travaux de l’AG nécessitent un appui technique et financier de toutes les parties prenantes afin de répondre aux objectifs de la gestion des impacts cumulatifs. Ceci impactera positivement les communautés de zones bauxitiques et de la Guinée en général. Comme les années précédentes, nous avons réussi la mobilisation des ressources nécessaires et une synergie d’action pour assurer la gestion des impacts cumulatifs de tous les projets de développement en Guinée », a précisé Mme Diallo.

Le représentant de la ministre de l’Environnement et du développement durable, a invité au nom de la Cheffe du département, le REB à persévérer dans sa dynamique de protection, de préservation et surtout de renforcement des capacités des acteurs impliqués dans la gestion, la protection de notre environnement.

« Aujourd’hui, notre environnement est sérieusement menacé par les faits anthropiques de l’homme, par le fait que certaines dispositions de la loi ne sont pas respectées. Donc, nous pensons aujourd’hui qu’avec ce réseau, tout sera mis en œuvre pour permettre justement la protection de notre environnement. Le ministère de l’environnement ayant la mission régalienne de la protection de notre environnement, ne peut qu’accompagner et saluer ces genres d’initiatives et à inviter ses partenaires à appuyer me réseau afin que nous puissions atteindre des objectifs assignés au ministère de l’Environnement qui est celui de la protection l’environnement dans sa globalité, mais aussi protéger les communautés riveraines de ces projets miniers« , a martelé Cyril Aboly, conseiller juridique au ministère de l’Environnement du développement durable.

Le président du Conseil d’administration de la Chambre des Mines de Guinée, après avoir fortement salué l’initiative, a rappelé que l’exploitation minière ne va pas sans les impacts même souvent irréversibles sur l’environnement physique, marins et autres, ainsi que sur la biodiversité. Le réseau, poursuit-il, a pour enjeu essentiel de voir comment prévenir et gérer tous les impacts cumulatifs dans une région relative à l’exploitation minière.

« Vous savez qu’aujourd’hui dans le nord-est de la Guinée, plus particulièrement dans la région de Boké et comme je le disais en remontant vers Gaoual en allant vers Télimélé, il y a de grandes sociétés qui sont en phase d’exploitation donc, qui produisent des impacts. Alors il s’agit de développer une complémentarité entre ces compagnies minières pour qu’on puisse contenir ces impacts, les mitigés sinon les éliminer. Elles doivent agir en amont d’abord ensuite pendant et également au moment de la fermeture de la mine. Il s’agit de mesurer à juste valeur les impacts potentiels prévisibles, les impacts actuels et les impacts qui peuvent durer dans le temps. Trouver les outils, trouver les indicateurs de performance qui permettent justement de mesurer et contrôler l’ensemble de ces impacts-là qui sont multidimensionnels aujourd’hui. Le REB n’a pas seulement pour mission de gérer ces impacts environnementaux, on va au-delà pour intégrer les questions communautaires, les questions du genre, tout ce qui constitue l’écosystème à la fois sociale, physique, marins dans une région donnée où il y’a une forte concentration de l’exploitation minière« , a expliqué Ismaël Diakité.

Ismael Diakité

Dansa Camara DC 

Pour Africaguinee.com

Créé le 29 mars 2024 07:51

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , , ,

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_