Siguiri : Les travailleurs d’une société minière entre en débrayage…

SIGUIRI- Les employés de Weily Mining, une société minière basée à Niagassola dans la préfecture de Siguiri sont en débrayage depuis près de dix jours. Ils revendiquent l’application du protocole d’accord signé par les parties en 2022-2023, bloqué selon eux par les responsables de la société.

Les points essentiels de cette entente étaient entre autres la catégorisation immédiate des travailleurs par la Direction Générale et l’enregistrement des employés à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale.

Situé à environ 102 kilomètres de Siguiri-ville, dans le district de Solotomo, Sous-préfecture de Niagassola, les travailleurs de Weily Mining dénoncent également la précarité de leurs conditions de vie et de travail.

« Dans sa plate-forme revendicative de 2021, la délégation syndicale avait attiré l’attention de la Direction Générale sur la nécessité d’une augmentation de salaire mais aussi d’une dotation en denrée, une demande jugée inopportune. D’où la décision d’aller en grève » soutient Sékou Condé responsable du Mouvement.

Dans leur plate-forme revendicative et le protocole d’accord dont Africaguinee.com détient copie, les travailleurs se montrent fermes.

« Nous avons décidé d’aller en débrayage puisque la Direction Générale ne compte pas régler nos problèmes. Nous travaillons dans des conditions difficiles ici. Nous avons entamé les négociations grâce à l’implication de l’Inspection régionale du Travail de Kankan. Pour le moment, le débrayage continue tant que nous ne sommes pas satisfaits », précise le syndicaliste.

Joint au téléphone, le Directeur Administratif de Weily Mining a expliqué qu’à date tous les points de revendication des travailleurs ont été satisfaits, excepté celui concernant les uniformes. Il a ensuite précisé que la reprise des activités dépendra de la délégation Syndicale.

« A date, sur un effectif 575 déclarés nous avons demandé au chef d’agence de Siguiri   d’envoyer un mail à la Direction Nationale de la Sécurité Sociale. Il a effectivement envoyé cette liste. C’est une liste qui provient directement de la Caisse nationale de sécurité sociale. Pour ce qui est des tenues, c’est normal, il faut que le travailleur ait des tenues pour au moins le différencier d’un autre. Malheureusement le chef d’entreprise pensait qu’il y avait des tenues en stock mais il n’y en a pas. Moi personnellement je lui en ai parlé. Il a fait des commandes. Malheureusement il ne s’y connaît pas dans les zones minières, il a fait des commandes de tenues en manches courtes. On l’a informé que ce n’est pas possible. C’est en manches longues.  Donc, il a lancé une commande locale qui doit prendre un mois pour la confection. A l’issue de cela, les travailleurs seront dotés de tenues.  

Je suis effectivement l’interface, je suis le Directeur Administratif de la société.  Sur leurs réclamations d’abord les 6 travailleurs sont remis à leurs postes de travail, la classification par catégorie a abouti hier. La reprise du travail dépend du syndicat, ils ont deux options : soit ils reprennent avant l’arrivée des tenues où ils attendent que les tenues soient là pour qu’on les en dote puis ils reprennent le travail. On ne peut pas les obliger à y aller. Donc, le syndicat qui a été notre interlocuteur va faire une assemblée générale pour faire le compte-rendu.  J’aurais souhaité que le syndicat négocie avec la direction au lieu de faire un débrayage parce que qui dit débrayage dit perte de salaire », explique Mamadou Dian Diallo.

A suivre !

Sayon Camara

Pour Africaguinee.com

Créé le 22 avril 2024 07:30

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces