Eau et assainissement : La Guinée s’apprête à accueillir le 22ème congrès international des expositions de l’AAEA

CONAKRY- La République de Guinée abritera le 22ème congrès international des expositions de l’association africaine de l’eau et de l’assainissement (AAEA). Cet événement d’envergure internationale se tiendra dans la capitale guinéenne du 18 au 22 février 2024 et regroupera au total plus de 3000 invités venus de 44 pays.


Le congrès international des expositions de l’association africaine de l’eau et de l’assainissement (AAEA) est l’un des plus grands rassemblements mondiaux dédiés à la gestion durable de l’eau et de l’assainissement. Ce 22ème congrès qui se tiendra pour la première fois en Guinée depuis sa création en 1980 a pour thème : ‘’Soutenir le développement humain en Afrique à travers les investissements dans le secteur de l’eau et de l’assainissement’’.

La Société des Eaux de Guinée (SEG-SA) et le ministère de l’Énergie, de l’Hydraulique et des Hydrocarbures s’engagent à travers cet événement à renforcer la position internationale de la Guinée en tant qu’acteur clef dans la résolution des défis mondiaux liés à l’eau et à l’assainissement.

Lors de la conférence de presse qu’ils ont organisée pour annoncer les couleurs de ce 22ème congrès, le Directeur général de la Société des Eaux de Guinée (SEG-SA) a fait savoir que les retombées de cet événement pour la Guinée seront énormes au niveau infrastructure et emploi.

« Au niveau infrastructure, cet événement va mobiliser l’ensemble des partenaires techniques et financiers, des entreprises, des exposants et des scientifiques qui viendront en marge de ce forum accompagné le secteur pour permettre de mobiliser plus des ressources. En même temps, ce congrès permettra aux entreprises guinéennes évoluant dans le secteur de l’eau de se mettre en valeur puisqu’à date nous avons peu des structures ou d’opérateurs économiques qui s’intéressent au secteur de l’eau mais avec ce congrès ils comprendront la nécessité d’aller vers un secteur rentable. En plus, grâce à ce congrès, le ministère de l’hydraulique et la SEG auront l’occasion de signer des contrats BOT permettant à la population guinéenne d’avoir de l’eau.

De l’autre côté également, l’organisation de ce congrès à Conakry nous permettra de créer de l’emploi temporaire puisque ce n’est pas aisé de gérer plus de 3000 personnes, côté immobilier, les hôtels, le côté culturel, les artisans ont l’opportunité de fabriquer des articles parce que pratiquement c’est une foire. Nous dépensons et nous attendons à un retour sur investissement parce que les stands sont payants et les fonds mobilisés par l’AAEA, la SEG et le département permettront de réinvestir une partie de ces fonds-là dans des questions d’infrastructures mais aussi de maitriser certaines pressions sur les politiques », a expliqué Aboubacar Camara.

Le Conseiller chargé des questions de l’hydraulique auprès du ministre de l’Énergie, de l’Hydraulique et des Hydrocarbures a quant à lui expliqué que lors de ce congrès, il sera question de mobiliser les fonds annoncés par les bailleurs des fonds lors du forum national de l’eau qu’ils ont organisé récemment. Selon le représentant du ministre à cette conférence de presse, la mobilisation de ces fonds sera facile. D’après lui, tous les partenaires, tous les techniciens, tous les financiers et tous les managers vont être présents à Conakry pour participer à ce congrès.

« Ce congrès est l’occasion pour nous de finalier le travail qu’on a commencé à travers l’élaboration du schéma directeur et à travers la mise en œuvre de cette feuille de route. Nous espérons également que l’organisation de ce congrès chez nous va permettre une ouverture nette vers l’accès à l’eau potable de notre population », a laissé entendre Patrice Pépé Loua.

Ce cadre du ministère de l’Énergie, de l’Hydraulique annonce que les autorités guinéennes prévoient une enveloppe de 2 milliards 700 millions de dollars US pour donner de l’eau à la population guinéenne. « La problématique du manque d’eau dans les structures est nette, parce qu’à Conakry seulement, nous avons un besoin de 400 000 mètres cube d’eau par jour mais, on ne produit que 150 000 mètres-cube d’eau, un écart de 350 000 mètres cube. Cela veut dire que si on veut donner de l’eau 24h/24h à la population de Conakry, c’est seulement les communes de Kaloum et Dixinn qui pouvaient avoir de l’eau. Les trois autres communes n’auront pas d’eau. Donc, c’est ce qui fait qu’on est obligé de donner par intermittence », a ajouté Patrice Pépé Loua.

De son côté, le président du comité local d’organisation du 22ème congrès international et exposition de l’association africaine de l’eau et de l’assainissement a annoncé qu’au-delà des 3000 invités, la Guinée s’apprête à accueillir lors de ce congrès une session ministérielle des pays membres de l’AAEA.

« Des ministres en charge de l’eau seront en Guinée pour discuter avec leurs homologues sur les problèmes de déficits de l’eau dans ces différents pays et essayer de trouver des solutions ensemble. Nous éperons qu’à la fin de ce congrè,s nous aurons la solution à tous les problèmes que nous avons actuellement dans le domaine de l’eau de l’assainissement. Le problème de l’eau et de l’assainissement en Guinée n’est pas seulement économique, c’est aussi institutionnel parce que nous avons un ministère de l’hydraulique qui n’est pas lié à l’assainissement, sur le plan organisationnel c’est un problème. En plus nous avons l’assainissement qui est réparti entre plusieurs ministères », a indiqué Ouo Ouo Koulémou.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 666 134 023

Créé le 12 septembre 2023 21:11

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces