Tribunal de Kaloum : le colonel Bafoé nie les charges portées contre lui !

23003

 

CONAKRY- Le directeur  des unités d’intervention de la police nationale,  lieutenant Colonel Ansoumane Camara alias  ‘’Bafoé’’ a rejeté les charges retenues contre lui dans le procès l’opposant à Madame Doussou Termite  Mara, a constaté sur place africaguinee.com.
 
Lors de cette journée d’audience, le tribunal a examiné l’une des charges qui pèse sur le lieutenant colonel Ansoumane Camara, c’est à dire la violation de domicile. Suite a une confrontation avec le parquet, ce haut officier de la police a déclaré n’avoir jamais violé le domicile de Doussou Termite Mara.
 
De son côté, la plaignante Doussou Termite Mara qui a été  aussi entendu a  expliqué les circonstances dans lesquelles l’acte s’est déroulé. Elle a souligné que c’est le vendredi 11 octobre dernier que lieutenant Colonel Ansoumane Camara s’est introduit dans son domicile sans son consentement et  lui a administré des coups ayant occasionné des blessures.
 
Dans ce débat contradictoire,  les avocats du prévenu, lieutenant Colonel Ansoumane Camara ont soutenu que leur client, n’a commis aucune infraction allant dans le sens de violation de domicile. Pour eux, une note de service  de l’inspection nationale de la police a été adressée depuis le 14 aout dernier à la famille  Termite leur demandant de quitter les lieux.
 
‘’Depuis le 14 aout l’autorité administrative compétente a affecté  ce domicile à mon client pour qu’il y habite en raison des hautes fonctions qu’il occupe au sein de la police. Donc  la famille Termite n’avait plus droit d’occuper ces lieux’’, a évoqué Maitre Salif Béavogui. Avant de rajouter que le bâtiment a été affecté au père  de l’accusateur, Feu Termite Mara, ancien directeur de l’office central de l’anti-drogue.
 
En réplique, les avocats de la présumée victime ont brandi les preuves  par un décret de 1988 qui indique  que les bâtiments  de l’Etat sont affectés par le patrimoine bâti public géré par Moustapha Naité. ‘’ Pour nous ce note de service n’est pas un document, c’est une violation  qui régisse le fonctionnement du patrimoine bâti public’’, a martelé Maitre Seny Kamano. 
 
L’audience a été renvoyée au 20 novembre 2013 suite à la demande des avocats du prévenu.
 
Il faut rappeler que dans cette affaire, ce haut officier de la police,  est  accusé de   violation de domicile, injures publiques, coups et blessures volontaires  et séquestration. Affaire à suivre…
 
 BAH Aissatou
Pour Africaguinee.com
Tél : (+224) 664 93 46 23     
 
Créé le 7 novembre 2013 12:23

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces