Thiegboro, Toumba, Marcel et les atrocités de 2009 : les « vérités crues » de Me Dinah Sampil, avocat de Dadis Camara…

CONAKRY-En Guinée, le procès des auteurs présumés du massacre du 28 septembre 2009 entrera dans une nouvelle phase en début novembre prochain. L’audition des témoins du parquet va débuter. Comment le camp de Dadis Camara prépare-t-il cette étape ? Dispose-t-il d’une liste de témoins à faire comparaître à la barre ? Quelles appréciations la défense de l’ex président fait-elle sur le déroulement du procès ?

Africaguinee.com a interrogé l’ancien bâtonnier et membre du pool d’avocats de la défense du capitaine Moussa Dadis Camara. Dans cet entretien maître Dinah Sampil n’est pas passé par dos de la cuillère. L’avocat a assené ses vérités de manière crue sur ce procès. Entretien exclusif.

AFRICAGUINEE.COM : Le procès sur les évènements du 28 septembre 2009 vient de franchir une nouvelle étape avec la clôture de l’audition des parties civiles. Quels enseignements tirez-vous du déroulement du procès jusque-là ?

MAÎTRE DINAH SAMPIL : Je remercie les autorités pour avoir facilité la tenue de ce procès dans l’espoir que la vérité va être dites et que les auteurs du massacre vont être identifiés, sanctionnés et que les parties civiles qui ont souffert de ce massacre pourront trouver réparation. C’est effectif que la phase d’audition des parties civiles et des témoins civils a été bouclée et la nouvelle phase qui va commencer portera sur l’audition des témoins du parquet. Je dois avouer que jusqu’à présent, je suis sur ma faim parce que ni le parquet du tribunal encore moins les parties civiles qui ont défilé n’ont pu identifier les auteurs de ces massacres.

Des accusés dans le dossier 28 septembre à la barre
Des accusés dans le dossier 28 septembre à la barre

Il y a des accusés contre lesquels pèse l’accusation mais encore faudrait-il que des preuves matérielles d’identification puissent être établies. Ce dont je suis conscient et convaincu, c’est que ce ne sont pas ces 10 accusés qui sont dans le box qui ont commis tout ce massacre de plus de 100 personnes. Alors, quelque part j’ai comme l’impression qu’on retient les efforts d’identification des auteurs. Alors si au moins le parquet qui va venir témoigner ou les témoins du parquet qu’on va écouter peuvent nous faire avancer sur cet aspect, ce sera vraiment salutaire et ce sera un très grand pas.

Vous dites que des éléments matériels n’ont pas encore été présentés pour identifier les auteurs du massacre. Pourtant certaines victimes ont cité des noms et exposé des faits…

Sauf erreur de ma part, celui dont on parle le plus est le colonel Thiégboro. On dit l’avoir aperçu sur l’esplanade, peut-être que d’autres précisions m’échappent. En plus de Toumba qui a été identifié aussi bien par certaines personnes présentes au stade que par les leaders, on lui attribue la bravoure d’avoir sauvé les leaders, d’avoir chercher à les protéger. Or, ce ne sont pas les protecteurs qu’on cherche mais ce sont les auteurs du massacre. Voilà pourquoi je dis que je suis encore sur ma faim parce qu’à part ces deux-là, je ne vois pas de noms qui ont été cités comme ayant été vus arme en main en train de commettre le massacre.

Dadis Camara en concertation avec ses avocats

Quid de Marcel Guilavogui qui avait tout nié au début mais qui au finish a décidé de revenir à la charge ?

Lui, il situe la responsabilité, il n’attribue d’actes. Son revirement c’est contre le capitaine Moussa Dadis Camara. Il porte des accusations contre Dadis comme ayant été le responsable de ce qui s’est passé. En droit il y a la question de l’imputation de l’acte et la question de responsabilité de l’acte, c’est le rapport entre un commettant et un commis. Il est évident que chacun prendra sa part de sanction mais en définitive ça ne résoudra qu’une partie du problème qui est posé.

Dans quel état d’esprit votre client, le capitaine Moussa Dadis Camara attend-il la prochaine phase ?

Il est toujours serein et il maintient sa version des faits tels qu’il les a rapportés à la barre. Il dit n’avoir jamais été au stade et n’a jamais donné l’ordre à qui que ce soit de s’y rendre à plus forte raison qu’il commette des actes criminels. C’est ça sa position et il n’a pas varié là-dessus.

Procès des auteurs des exactions de 2009 à Conakry

Mais il a été démenti par Toumba son aide camp à l’époque des faits…

En effet, Toumba a dit par exemple a dit qu’il l’a entendu dire : ‘’il faut les mater…’’, ils vont le regretter…’’.  Notre client rejette catégoriquement ces accusations. Alors imaginez parole contre parole, à qui il faut donner force ?

Accessoirement il y a une procédure qui a été annoncé par un de vos confrères concernant le capitaine Marcel Guilavogui. Le capitaine Dadis Camara l’accuse de chantage. Où est-ce qu’on en est dans cette autre procédure ?

Non, je ne suis pas au courant de l’engagement de cette procédure. Ça été dit mais je ne crois pas qu’elle soit matérialisée effectivement.

Suite aux dénonciations du commandant Toumba Diakité, des militaires dont le colonel Bienvenue Lamah ont été arrêtés. Souhaiteriez-vous leur renvoi à la barre ?

On ne peut qu’exprimer le souhait de les voir un jour à la barre. Mais ce que je constate, on est en train de faire fournir des efforts inutiles. Vous faites des enquêtes à votre niveau, vous aboutissez à des résultats que vous portez à la connaissance de qui de droit mais qui à son tour ne fait rien pour donner suite. Sinon beaucoup d’autres ont été cités. Et la logique aurait voulu que certaines personnes à des postes de responsabilités à l’époque soient interpelées et interrogées. Malheureusement on se contente du peu-là qui a été envoyé. Et c’est dommage.

Le juge Ibrahima Sory 2 Bangoura plongé dans ses dossiers

Vous pensez que si on était allé en profondeur il y aurait eu un nombre plus élevé dans le box des accusés ?

Bien-sûr ! Si vous voyez le nombre de ces accusés et que vous voyez l’entendue du massacre, pensez-vous que c’est seulement ces gens-là qui ont pu faire tout ça ? Voilà le problème ! L’armée est une institution hiérarchisée, forcement avant que le militaire ne s’empare d’une arme et se rendre à un endroit et exécuter des faits là-bas, il faut qu’il ait été mis en mission, que cela lui soit commandé. Donc, on doit avoir le courage d’appeler tout le monde et de voir à quel niveau le bas a blessé.

Ce qui est évident, l’enquête qui a été menée et sur laquelle le tribunal est en train de statuer, cette enquête a été menée à une époque où les responsabilités politiques ne voulaient pas que le procès se tienne. Et ça été mené par des gens qu’on avait expressément choisi pour ça et qui étaient donc en mission. Est-ce que ce travail qui a été fait est uniquement suffisant ? Non.

Vous craignez un procès bâclé ?

Absolument. Parce que c’est un travail mal ficelé et puis inachevé même pas niveau au tier. C’est mon avis.

Il y a cette troisième étape qui est annoncée début novembre concernant l’audition des témoins du parquet. Que savez-vous la liste des témoins attendus ?

La liste va être donnée.  Et sur cette la base de cette liste, les gens seront appelés à tour de rôle. Mais il faut préciser que c’est un témoignage, c’est pour venir raconter ce qu’on a vu ou ce qu’on a entendu. Si cette phase est effectuée dans les règles de l’art, il va de soit que cela va aider la Cour à aller vers la vérité.

Quelles sont attentes ?

Nous attendons ces témoignages les pieds fermes pour peut-être nous sortir n’est-ce reste qu’un tout petit peu de l’ornière dans laquelle nous sommes.

Moussa Dadis Camara

Et vous, est-ce que vous avez des témoins à faire comparaitre ?

Personnellement non, mon client ne m’en a parlé et moi je n’en connais pas. Donc, j’attends mais si on me demande de citer des témoins, je le ferai.

Dans le Procès-verbal de l’audition de l’ancien chef de l’état-major général des armées, celui-ci a fait un témoignage à décharge pour votre client. Est-ce que vous entendez exploitez cette brèche ?

Absolument ! C’est notre mission ici. Il faut faire tout pour qu’il ne soit reconnu que pour l’acte qu’il a commis, pas plus ni moins. Donc, si déjà ce monsieur apporte des décharges, il est évident que nous allons les exploiter.

A suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le 27 octobre 2023 10:45

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_