Syli Espoir, JO de Paris, Kaba Diawara : Fodé Mansaré s’exprime… « exclusif »

Fodé Mansaré

CONAKRY- Le Syli U23 affronte l’Indonésie ce jeudi 9 mai 2024, à Paris, en match de barrage pour la qualification aux Jeux Olympiques Paris 2024. Le match se joue à Clairefontaine et le coup d’envoi de la rencontre est prévu à 13h GMT. En prélude à cette confrontation, Afrcaguinee.com a interrogé l’ancien international du Syli National de Guinée, Fodé Mansaré. Dans cet entretien, l’ex pensionnaire de Toulouse FC affiche un optimisme quant à la qualification de la Guinée. Il a livré un message au coach Kaba Diawara et aux jeunes U23.  Entretien exclusif.

AFRICAGUINEE.COM : Le Syli Espoir U23 joue contre l’Indonésie ce jeudi 9 mai en France pour le compte des barrages en vue d’une qualification aux Jeux Olympiques de Paris. Selon vous, quelles sont les chances de qualification des U23 guinéens dans cette rencontre décisive ? 

FODE MANSARE : Je pense qu’on a toutes les chances de gagner ce match parce qu’on a des bons joueurs et engagés. A mon avis, Kaba Diawara a fait appel à des internationaux qui sont prêts à affronter l’Indonésie. Avec tout le respect qu’on a pour les indonésiens, la Guinée doit passer dans ce match.

Contrairement à la CAN 2023 disputée en Côte d’Ivoire, le sélectionneur Kaba Diawara a privilégié les joueurs locaux. Est-ce une bonne option ?

Cela représente beaucoup. Il est très important de prendre des joueurs locaux pour valoriser et agrandir notre championnat. Pour qu’on ait un championnat de niveau élevé et digne de nom, il faudrait qu’on mélange, qu’on fusionne les joueurs évoluant à l’extérieur et ceux qui évoluent ici.

C’est un grand avantage pour le pays si nous avons de bons joueurs dans le championnat national. Parce que les internationaux qui évoluent à l’extérieur, notamment en Europe et qui sont nés là-bas quand on les appelle quelque fois il est très difficile pour eux de s’adapter et de jouer chez nous. Mais je pense que si déjà on a un bon championnat local alors on n’aura même pas besoin de beaucoup d’internationaux qui évoluent à l’extérieur à mon avis. C’est pourquoi il est important pour le sélectionneur Kaba Diawara de venir voir le championnat national pour détecter des talents parce qu’on en a vraiment qui jouent dans le championnat de Ligue 1 guinéen et qui méritent la chance et le temps de jeu pour faire valoir leur talent.

Fodé Mansaré et Kaba Diawara, archive AFP

Je pense qu’il faut venir détecter les jeunes talents qui sont en Guinée, leur faire confiance, être auprès d’eux et les pousser à aller de l’avant. Parce que ceux qui jouent en Europe viennent  en forme et vu les conditions dans lesquelles ils jouent là-bas, puisqu’ils ont de bonnes infrastructures et ils sont bien encadrés contrairement aux locaux qui jouent ici. Donc à mon avis, les jeunes joueurs locaux méritent d’être encadrés et ils méritent de jouer pour toutes les catégories. Ainsi, même s’ils n’ont pas la chance de jouer dans les mêmes conditions que leurs amis qui sont Europe et ailleurs, ils vont sentir qu’ils sont importants et le pays compte sur eux.

La Guinée se bat pour la qualification à cette édition des JO après une longue crise à la Fédération Guinéenne de Football (FEGUIFOOT), et après une participation moyenne du Syli Senior à la dernière CAN. Assimilez-vous cette participation, si elle s’obstient, à un nouveau test pour la nouvelle équipe de la Feguifoot ?

Je pense que c’est bien un test pour nous afin de montrer qu’on a notre place parce que cela fait un beau moment quand même que la Guinée est un peu perdue. Il faut que les autorités se donnent la main parce qu’aujourd’hui le foot domine sur plusieurs angles. Donc, c’est à nous de mettre notre équipe (le Syli National, ndlr) en valeur peu importe la catégorie et il faut que les autorités aident le football guinéen parce qu’il est un peu abandonné. Voyez-vous ? Même la situation des clubs alors qu’il y en a qui quittent l’école pour le football même si cela n’est pas normal mais le plus important si tu abandonnes l’école pour le football alors il faudra aller jusqu’au bout. Maintenant les encadreurs, les dirigeants, l’Etat, la FEGUIFOOT, le ministère des sports, tous doivent pousser et soutenir les clubs et les académies pour qu’ils puissent avancer dans le football.

Quel conseil avez-vous à donner au sélectionneur du Syli National de Guinée, Kaba Diawara ?

Tout ce que je peux dire à Kaba c’est de continuer. Ce n’est jamais facile. Il a travaillé jusque-là, je sais que lui il a de la chance parce que contrairement aux autres on aurait pu l’enlever, lui avec la chance, il a fait une bonne Coupe d’Afrique même s’il aurait pu faire davantage. Donc il a la chance, qu’il travaille et il n’a qu’à continuer à travailler. Il connaît maintenant suffisamment les joueurs parce que c’est lui qui les sélectionne. La Guinée compte sur lui, nous-mêmes en tant qu’anciens coéquipiers on lui fait confiance, on a besoin de lui pour amener cette équipe aux Jeux Olympiques de Paris en 2024. En plus, il a la chance de conduire l’équipe nationale à la prochaine Coupe d’Afrique donc c’est à lui de montrer de quoi il est capable. Peu importe la manière. De mon côté Kaba sait que je le soutiens totalement.

Mais il faut qu’on arrive à nous surpasser parce qu’on a des joueurs pros donc il n’a qu’à laisser tous leurs égos de côté et appeler tout le monde à se donner la main parce que c’est l’union qui fait la force. Tout ce qu’on fait aujourd’hui c’est pour que la Guinée passe avant tout le monde. Donc il faut laisser tous les égos de côté et mettre la Guinée en avant. Je pense que si on se donne la main et on conjugue le même verbe, on pourra s’en sortir.

Quels conseils avez-vous à donner aux jeunes joueurs aussi qui cherchent cette qualification ?

Je dis simplement aux jeunes qu’ils ont la chance aujourd’hui de jouer au football et il y a des milliers d’autres jeunes qui aimeraient être à leur place. Donc ils n’ont qu’à saisir la chance qu’ils ont aujourd’hui parce que cette chance n’est pas donnée à tout le monde et le football va très vite. Consciencieusement, je pense qu’ils sont prêts. Donc, ils n’ont qu’à mettre le travail en avant parce que seul le travail paie.

Je leur demande aussi de penser à leurs familles, à leurs supporters, et au pays. Quand ils seront sur le terrain, ils n’ont qu’à mouiller le maillot. Je ne dis pas qu’ils peuvent gagner tous les matchs mais qu’ils essaient de gagner le maximum des matchs possible, après il n’y aura pas de regret parce que le football c’est aussi prendre le plaisir donc s’ils sont là-bas c’est de donner du plaisir aux gens qui les aiment. Le pays est derrière eux, ils n’ont qu’à donner leur vie pour le pays après le reste c’est Dieu qui décide. Bonne chance à eux et que Dieu soit avec eux.

Un dernier message…

Je vous remercie également vous les journalistes qui accompagnez la Guinée, le football guinéen. Je sais que ce n’est pas facile pour vous mais bon on fait tous le même combat et bonne chance à nous tous.

Interview réalisée par Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 666 134 023

Créé le 9 mai 2024 10:06

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces