Soros passe les rênes de son empire de 25 milliards de dollars à son fils Alex

Sa Fondation (Open Society Foundations « OSF »)est active en Guinée et dans de nombreux pays africains, à travers les « Open Society Africa et soutient notamment des organisations de la société civile œuvrant pour le renforcement de la démocratie et de la bonne Gouvernance.

Le philanthrope milliardaire américain George Soros a confié la gestion de son empire financier et caritatif de 25 milliards de dollars (19,9 milliards de livres sterling) à son fils Alex.

Le financier d’origine hongroise a déclaré que son fils l’avait « mérité », dans une interview au Wall Street Journal.

Depuis les années 1990, la richesse de la famille a été affectée au soutien de la construction de la démocratie dans des dizaines de pays.

Mais ces dernières années, l’ancien gestionnaire de fonds spéculatifs de 92 ans est devenu la cible de conspirations antisémites.

Un porte-parole de Soros a confirmé à la BBC les détails de l’interview publiés dimanche.

George Soros est également l’un des plus grands donateurs du Parti démocrate américain. Alex, diplômé en histoire de 37 ans, est le deuxième plus jeune de ses cinq enfants.

Alex est le seul membre de la famille à siéger au comité d’investissement de Soros Fund Management, le véhicule qui, selon le Wall Street Journal, gère les 25 milliards de dollars pour la famille et la fondation caritative.

Alex a pris la tête de l’Open Society Foundations (OSF) en tant que président en décembre et est également responsable du « super PAC » de son père, un mécanisme américain destiné à diriger les fonds vers les partis politiques.

Bien qu’ils partagent largement les mêmes opinions politiques, il a déclaré au Wall Street Journal qu’il était « plus politique » que son père et qu’il ferait campagne contre la tentative de Donald Trump de briguer un second mandat à la présidence des États-Unis.

« Autant j’aimerais retirer de l’argent de la politique, tant que l’autre côté le fait, nous devrons le faire aussi », a déclaré Alex Soros.

Il a déclaré que les Open Society Foundations poursuivraient les mêmes objectifs que sous son père, notamment la liberté d’expression, la réforme de la justice pénale, les droits des minorités et des réfugiés et le soutien aux politiciens libéraux. Mais il souhaite également inclure des initiatives sur le droit de vote, l’avortement et l’équité entre les sexes tout en poursuivant un programme plus axé sur les États-Unis.

Son père, George Soros, est né en Hongrie où, enfant, il a vécu l’horreur de l’occupation nazie en 1944-45. Sa famille a caché son identité juive pour survivre.

Après la guerre, il a quitté la Hongrie pour Londres, puis a déménagé à New York où il a continué à gagner des milliards grâce à ses activités de fonds spéculatifs.

Il a acquis une notoriété au Royaume-Uni après avoir gagné 1 milliard de dollars en pariant correctement que la livre tomberait en 1992.

Lorsque le mur de Berlin est tombé, ouvrant la voie à l’établissement de gouvernements démocratiques dans l’ancien bloc soviétique, il a créé les Open Society Foundations (OSF) pour soutenir le processus.

L’OSF dépense désormais environ 1,5 milliard de dollars par an pour soutenir des causes libérales, des organisations éducatives et des droits de l’homme dans plus de 120 pays.

Certaines de ses causes ont irrité la droite, notamment la lutte contre les préjugés raciaux dans le système judiciaire américain.

L’OSF a déplacé son bureau des opérations internationales de Budapest à Berlin en 2018 après que le gouvernement hongrois dirigé par Viktor Orban a fait campagne explicitement contre M. Soros personnellement et contre le travail de la fondation.

Alex Soros est un fan de hip-hop et de l’équipe de football américain des Jets de New York, qui est connu pour avoir une vie sociale « de haut vol », fréquentant des soirées de célébrités à Cannes et dans les Hamptons. Il s’est également rendu dans des régions reculées de l’Amazonie et a rejoint le conseil d’administration du groupe de campagne des droits de l’homme, Global Witness.

« Notre camp doit faire mieux pour être plus patriotique et inclusif », a-t-il déclaré au journal. « Ce n’est pas parce que quelqu’un vote Trump qu’il est perdu ou raciste. »

BBC

Créé le 12 juin 2023 06:43

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_