Ousmane Gaoual Diallo : « Alpha Condé a intérêt à ne pas décevoir à nouveau… » (Interview)

ousmane-gaoual

PARIS- Depuis la France où il séjourne depuis quelques jours, le député Ousmane Gaoual Diallo a lancé un appel pressant au Président Alpha Condé. Le conseiller politique de Cellou Dalein Diallo a également fait une mise en garde au Chef de l’exécutif guinéen au sujet du respect des engagements qu’il avait pris le jour de sa rencontre avec le Chef de file de l’opposition. Dans cet entretien exclusif accordé à notre rédaction, Ousmane Gaoual Diallo a aussi réagi au scandale de corruption dans le secteur des mines et qui incrimine directement le Président Alpha Condé. Exclusif !!!

 

AFRICAGUINEE.COM : Honorable Ousmane Gaoual Diallo bonjour ! Deux semaines après la rencontre entre le président Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo, les engagements du Chef de l'Etat peinent à se concrétiser. Croyez-vous encore à leur sincérité ?

Disons incontestablement que l’environnement de cette rencontre était mieux que les précédentes rencontres. Cependant nous attendons toujours que des actes allant dans le sens des exigences de l’opposition soient respectées. Des exigences mêmes du peuple de Guinée qui aspire à un débat politique plus apaisé, à un environnement moins conflictuel. De ce point de vu, on peut dire que le Chef de l’Etat ne se presse pas du tout à respecter les engagements pris de part et d’autre. Par contre, les actions que nous voyons aujourd’hui, que ce soit le retard pris par le ministère de l’Administration du territoire, pour convoquer le dialogue, ou le dernier acte ( l’annonce de la date du 18 décembre pour la tenue des élections locales, ndlr) pris par la CENI (commission électorale nationale indépendante, Ndlr) ne sont pas de nature à rassurer quant au respect par le Chef de l’Etat du dialogue précédent et des engagements qu’il a pris devant l’Opposition guinéenne et le Peuple de Guinée.

Pourtant par rapport à l’acte pris par la CENI, le Porte-parole de l’Opposition, Aboubacar Sylla a tout de même souligné qu’en marge de sa rencontre avec le Chef de l’Etat, ce dernier, aurait appelé le Président de la CENI Bakary Fofana pour lui faire part de son « opposition » à la manière dont date a été annoncée par l’Institution électorale. N’est-ce pas là une preuve suffisante de la ‘’bonne foi’’ de Chef de l’Etat ?

Même si c’était suffisant, ça aurait été maladroit de part du Chef de l’Etat parce que ce ne sont pas ses enfants, ce sont des institutions qui parlent entre elles. Il y a des méthodes plus formelles pour le Chef de l’Etat de rappeler au Président de la CENI de se conformer à la loi. Par contre, cette fuite en avant de la CENI, pour nous, n’a aucun intérêt que de susciter le débat et de redevenir encore comme aiguillon dans les conflits électoraux de Guinée qu’elle ne cesse d’alimenter depuis 2010. Le président a d’autres marges de manœuvres. Il peut solennellement dire sa position au lieu dire que j’ai pris le téléphone et j’ai appelé. Il peut publiquement désavouer la CENI et remettre les choses dans l’ordre. Ça aurait été quelque chose de plus rassurant, à la fois pour nous de l’opposition que pour l’ensemble des acteurs politiques. Pour monter qu’on n’est pas dans une rencontre de duplicité, dans la tromperie, mais qu’on est dans le droit chemin pour le respect des engagements pris. Je pense qu’une déclaration publique du porte-parole du Gouvernement ou du Présidence de la République aurait suffi pour dire que le Chef de l’Etat n’est pas derrière cette manœuvre de la CENI.

Beaucoup sont ceux-là qui pensent que le Président de la République joue la montre. Qu’en dites-vous ?

C’est quelque chose qui n’est pas à exclure. Aujourd’hui, il ne fait l’objet d’aucun doute que le Gouvernement guinéen est coincé, il n’arrive pas à avoir des résultats aussi bien sur le plan social, économique, politique. Tous les indicateurs du pays sont au rouge. Sur le plan du développement routier on n’en parle pas, les infrastructures sont en décrépitude et la corruption qu’on a cessé de dénoncer arrive encore à ternir l’image du Gouvernement. Donc, il n’est pas exclu qu’Alpha cherche à jouer la montre pour gagner. Mais c’est un jeu extrêmement dangereux pour lui. Il faut absolument éviter de décevoir encore le peuple de Guinée parce que la réaction peut être incontrôlée. Il faut absolument le souligner. Tous les guinéens ont salué cette rencontre entre le Président de la République et le Chef de file de l’Opposition pour décrisper le climat politique tendu. ON a l’essentiel, une baisse de température dans le pays. IL faut éviter à tout prix de décevoir le peuple de Guinée. Et je pense qu’Alpha a tout intérêt à respecter ça. Mais il ne faut perdre de vu que les extrémistes du RPG arc-en-ciel sont aux aguets et veulent torpiller tout mouvement qui rapprocherait la Guinée à la paix. On connait tous ces businessmans de la crise tapis dans l’ombre sont en train de manœuvrer pour empêcher la Guinée d’avoir un débat politique plus apaisé et responsable.

Maints observateurs craignent que le rapprochement en gestation risque de sonner le glas pour l'opposition guinéenne. Qu'en dites-vous ?

Précisions qu’il n’y a pas du tout de rapprochement. Il y a le respect de la légalité. Nous avons suffisamment expliqué ça. Le fait qu’Alpha prenne de l’engagement d’installer le Chef de file de l’Opposition dans ses droits n’est ni plus ni moins que le respect à l’ordre légal de notre pays. Mais il n’y a pas d’autres formes de rapprochement que les échanges entre des adversaires politiques qui essaient de trouver des solutions par rapports aux questions importantes qui assaillent notre pays. Maintenant, est-ce qu’Alpha a intérêt à crisper les rapports entre lui et son opposition ou à trouver les voies et moyens à installer le pays dans le dialogue et la contradiction politique pour faire vivre la démocratie dans le respect de la loi et des institutions ? C’est à lui de faire le choix. Mais je dis que c’est un exercice extrêmement dangereux pour lui s’il essayait de gagner du temps et de vouloir tromper l’opposition. Mais ce n’est pas l’opposition qu’il aura trompée, c’est le peuple de Guinée qu’il aura déçu et sa réaction sera sans équivoque.

Après le rapport de Global Wetness qui incriminait le fils du Président Alpha Condé, le chef de l'Etat a encore été cité dans une affaire de corruption. A quoi cela vous inspire- t-il ?

Tout cela nous réconforte dans ce que nous avons toujours dénoncé. Rappelez-vous que les leaders de l’Opposition guinéenne à la tête desquels Elhadj Cellou Dalein Diallo, n’ont jamais cessé de dénoncer cette connivence entre le clan présidentiel et certains membres de son Gouvernement. Tous ces gens mélangés dans des corruptions ayant des ramifications dans des multinationales, ont mis main basse sur l’économie minière de notre pays au détriment de la croissance économique de la Guinée. Malgré cette sortie du FMI (Fonds Monétaire International) qui prévoyait une croissance de 5.5% cette année, je dis que l’implication du clan présidentiel sur la corruption ne fait l’objet d’aucun doute. Maintenant que cela a été dit par une juridiction américaine nous réconforte davantage que la corruption gangrène la gouvernance du RPG-arc-en-ciel.

Ce qu’il faut regretter c’est le silence extrêmement bruissant des autorités judicaires de la Guinée. Nous avions entendu Cheick Sako (ministre de la Justice, ndlr) monté sur les grands chevaux pour dire qu’il allait lancer des enquêtes pour savoir si effectivement Mohamed Alpha Condé et Bouba Sampil sont impliqués dans un scandale de corruption. Et puis hop, c’est bouche cousue, personne ne pipe un mot. Maintenant que l’accusation vienne des Etats-Unis, personne ne peut mettre en doute l’indépendance et l’objectivité de la Justice américaine. Il faut que la Justice guinéenne sorte du folklore, des spectacles politiques, qu’elle se mette en branle pour s’intéresser aux questions de prévarication de nos ressources, des détournements, de la corruption et des crimes organisés de nos ressources naturelles. Il faut que la Justice guinéenne ait des magistrats courageux pour agir parce que ces fléaux privent les guinéens d’hôpitaux, de routes, d’écoles etc. La prévarication des ressources coûte extrêmement cher au contribuable guinéen.

Honorable Ousmane Gaoual Diallo merci.

Je vous en prie.

 

Interview réalisée par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel. : 00224 655 31 11 12

Créé le 17 septembre 2016 13:59

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_