Le projet Simandou présente déjà des avantages économiques tangibles… (Par Aïcha Bah Diallo, ancienne ministre guinéenne de l’éducation)

Le projet Simandou présente déjà des avantages économiques tangibles. Pour libérer son potentiel à long terme et catalyser le développement durable de la Guinée, l’éducation est la clé…

Le projet Simandou offre à la Guinée une opportunité sans précédent pour générer une prospérité partagée, sous la forme de croissance économique et de création d’emplois qui peuvent être pérennisés à long terme grâce à des initiatives éducatives efficaces.

Ce projet représente une chance historique d’investir dans la jeunesse guinéenne en élargissant l’accès à l’éducation, en favorisant une plus grande inclusion des femmes et des filles sur le marché du travail, et en fournissant aux jeunes les compétences professionnelles nécessaires dont ils ont besoin pour contribuer à l’essor des secteurs minier et industriel de la Guinée et mener des carrières épanouissantes.

Il est primordial de garantir à tous les jeunes du pays un avenir prometteur. Pour y parvenir, il est indispensable de leur fournir les outils et les compétences essentiels à leur réussite.

Investir dans les compétences grâce au projet Simandou

Pour garantir une croissance durable et maximiser les retombées positives du projet Simandou, nous devons poursuivre nos investissements dans l’éducation et la formation technique et professionnelle afin de renforcer la compétitivité des talents guinéens.

Rio Tinto et ses sous-traitants emploient déjà plus de 6 500 personnes dans le cadre du projet Simandou, dont plus de 83 % sont des Guinéens. Travailler sur un tel projet offre une immersion dans les meilleures pratiques de l’industrie et ouvre des portes pour le perfectionnement, élément crucial pour bâtir des carrières florissantes dans les secteurs en plein essor de la Guinée.

Des avancées significatives ont été faites en matière de partenariats publics-privés pour investir dans la formation de la prochaine génération de talents guinéens. Par exemple, le partenariat entre Rio Tinto, le ministère de l’Enseignement technique et Trust Africa a permis la création de nouvelles filières au sein du Centre de Formation Professionnelle à Beyla. Chaque année, 400 jeunes Guinéens devraient être diplômés en maçonnerie, soudure, ingénierie HVAC, mécanique automobile, etc.

En complément, un système de bourses pourrait être établi. Financé par les taxes générées par le projet dès 2026, le programme inciterait les élèves du secondaire à s’intéresser ou approfondir leurs connaissances des mathématiques, des sciences, de la technologie et de l’ingénierie via des cours de soutien gratuit, des soins de santé et la fourniture de matériel pédagogique supplémentaire.

Il est primordial d’intéresser les élèves aux métiers techniques dès leur plus jeune âge et de les orienter vers des secteurs porteurs d’emplois. Pour les filles en particulier, qui sont sous-représentées dans la population active guinéenne, ce type de soutien à l’orientation peut être extrêmement motivant.

Le projet Simandou se révèle être un moteur essentiel pour l’économie guinéenne, apportant d’importantes contributions à l’expansion rapide des secteurs minier et industriel. Dans cette optique, il est impératif de préparer nos jeunes à un avenir prometteur en les dotant notamment des compétences techniques nécessaires pour qu’ils puissent pleinement s’intégrer dans le marché du travail et poursuivre leur parcours vers la réussite.

Renforcer l’autonomie des femmes et des jeunes filles grâce au projet Simandou

Une priorité de développement cruciale en Guinée est d’accroître la participation des femmes sur le marché du travail et de les doter de compétences techniques et professionnelles. L’autonomisation des jeunes femmes guinéennes représente un potentiel significatif que le projet Simandou peut catalyser.

Les partenaires du projet ont déjà pris des mesures dans ce sens. Récemment, la Fondation Jamila, soutenue par Rio Tinto, a lancé une phase pilote d’un programme de formation professionnelle. Ce programme accompagne 300 femmes et jeunes filles âgées de 14 à 34 ans le long du corridor de développement économique régional du projet. Il propose des formations dans divers domaines, de l’exploitation minière aux secteurs connexes, en passant par l’esprit d’entreprise, l’éducation financière, les opportunités de réseautage et l’accès au marché.

L’éducation et la formation en matière d’égalité des sexes sont cruciales. Les femmes contribuent déjà de manière significative au projet Simandou dans divers domaines, de la science des données à la construction et à la logistique. Les femmes et les filles doivent comprendre qu’elles ont le même potentiel que les hommes, à condition d’avoir accès aux ressources appropriés. Pour parvenir à cette autonomisation, il faut parfois changer d’attitude, pour que les femmes prennent confiance en elles et saisissent les opportunités éducatives, techniques et professionnelles qui s’offrent à elles à travers la Guinée.

Les partenaires industriels du projet Simandou investissent déjà dans l’éducation et la formation des Guinéens.  Le gouvernement est encouragé à planifier dès maintenant l’affectation des dizaines de millions de taxes de Simandou à la revitalisation des systèmes d’éducation et de formation de la Guinée.

Notre pays se trouve à un moment passionnant de son développement. Pour que ce progrès soit porteur d’opportunités durables, il est impératif de mettre en place un système éducatif et des formation appropriées, permettant aux Guinéens d’acquérir des compétences et des qualifications pertinentes et recherchées. L’éducation est la clé pour transformer la croissance générée par le projet Simandou en développement durable à long terme, bénéficiant aux futures générations de Guinéens.

Créé le 7 mai 2024 16:47

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,