Kindia : Immersion à Wolia, une bourgade enclavée en manque de tout…

whatsapp_image_2022-12-20_at_18

KINDIA- Wolia est un district situé à 14 kilomètres de la commune rurale de Kolenten, (son chef-lieu), dans la préfecture de Kindia.

Ses habitants vivent essentiellement de l’agriculture et de l’élevage. Ce district compte six (6) secteurs à savoir : Kalia 1 et 2, Wolia centre, Dounkiré, Sangarea et Yambia. 

A l’instar des localités en région, elle est confrontée à de nombreuses difficultés. Parmi elle, l’enclavement.

Pour arriver Wolia, il faut traverser le fleuve Doumoukourou, situé dans le secteur Dounkiré. Les habitants sollicitent des autorités le désenclavement de leur localité à travers la construction d’un ouvrage de franchissement.

En plus de l’enclavement, cette localité est en manque d’infrastructures sociales de base : eau potables, écoles, routes, centre de santé. Chose qui freine l’élan de développement ambitionné par les autorités locales.

Dans ledit district, on compte un seul forage pour 653 habitants. Notre correspondant dans la région de Kindia y a fait un tour.

Cette bourgade de la préfecture de Kindia, dispose de nombreuses zones de production agricoles. Faute de routes, les agricultures n’ont pas les moyens pour écouler leurs produits après la récolte. C’est pourquoi les citoyens du district de Wolia réclament la construction d’un pont sur le fleuve Doumoukourou qui sépare les secteurs comme Yeleya, Condiya, Korocondia, Balia, relevant tous du district de Wolia.

En attendant l’intervention de l’Etat, les habitants se sont donner les mains pour construire un pont de fortune sur cette rivière. Mais en période hivernale, la traversée est impossible. Personne n’ose traverser par ce pont au risque de perdre sa vie. Selon le président de district N’fa Moussa Sylla, des citoyens ont perdu la vie lors de la traversée du pont. Face à ces drames, même les plus téméraires, n’osent plus.

"On rencontre beaucoup de difficultés dans notre contrée. Mais le plus préoccupant, c'est le problème de route pour rejoindre l'autre secteur Wolia dans Dounkiré. C’est là où il y a le grand marché. Et en saison pluvieuse, les localités sont coupées entre elles, les unes des autres. Les magasins de stockage font face à des pénuries au marché de Dounkiré parce que les véhicules de transport ne peuvent pas y arriver ", a-t-il précisé. Ce n’est pas tout. Les habitants de cette localité font face à d’autres difficultés. Le manque d’infrastructures sanitaire, scolaire et même d’eau potable se posent avec acuité.

"A Kalia 1, ce secteur depuis au temps de Sékou Touré, c’est la population d'ici qui a contribué pour construire deux salles de classes. Jusqu'à nos jours, ce sont ces deux classes qui sont là. Le problème d’eau se pose aussi avec acuité. C’est grâce aux ressortissants de la localité qu’on a pu avoir un seul forage.

A Wolia centre aussi, il y a dix fonctionnaires de l’Etat mais il n´y a pas de logements pour eux. Dès fois, on déloge nos femmes, nos enfants pour loger ces fonctionnaires. Dans la contrée (Wolia centre et ses secteurs), 1896 personnes sont recensées, mais il n’y a pas de centre de santé digne de nom. Les habitants de Samoukiri se sont rajoutés à nous. On ne peut pas les chasser, car nous sommes tous des Kindiaka.

L'hôpital qui est là, j'ai rassemblé les habitants pour confectionner des briques à base de terre. Grâce à monsieur le maire, Elhadj Bayo et le sous-préfet, on nous a donné deux infirmiers. Mais on ne peut même pas garder des produits dans cet hôpital qu'on n'a bâti. Car il ne répond pas aux normes requises.  S'il y a un malade qui doit avoir des injections ou perfusion, il nous faut aller chercher les produits à Kolentè.

A Dounkiré, grâce aux autorités, on a pu avoir une école de trois salles de classes flambant-neuves mais malheureusement le pont qui sépare les localités n'est pas dans un bon état. Les 80 petits élèves venant de Gnegna et Condiya et autres localités traversent ce pont. C’est dangereux pour ces petits enfants. Il n'y plus d'accès…on se demande comment former les enfants", a expliqué N´famoussa Sylla.  

Le chef de district souhaite que l’Etat leur vienne en aide pour désenclaver leur localité. "Je lance un appel à l'endroit des autorités et de toutes les bonnes volontés de nous aider à avoir les infrastructures de bases. Il faut nous aider surtout dans la construction de ce pont et à avoir des logements pour les fonctionnaires", a-t-il lancé. A rappeler que Wolia fait partie des 22 districts que compte la sous-préfecture de Kolenten.

Un reportage de Chérif Keita

Pour Africaguinee.com

Créé le 30 décembre 2022 15:02

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces