Guinée : Lancement officiel du Programme de Labellisation des Micros, Petites et Moyennes entreprises « MPME »

ONAKRY- Le Programme de Labellisation des Micros, Petites et Moyennes entreprises (MPME), a été officiellement lancé ce vendredi 2 février 2024. Ce programme piloté par le gouvernement guinéen est exécuté par la Bourse de sous-traitance et des partenariats (BSTP). Financé par la Banque mondiale, à travers le projet PRECOP, il permet de qualifier les capacités managériales, techniques et financières des Micros, Petites et Moyennes entreprises (MPME).

Dénommé QualifPME (Qualification des PME), ce programme qui voit jour, vient offrir au monde entrepreneurial guinéen, une bonne structuration. La cérémonie a connu la présence des cadres du ministère du Commerce, de l’Industrie et des Petites et Moyennes entreprises, des entrepreneurs de plusieurs secteurs, ainsi que des experts du secteur.

Dans ses explications, le Directeur exécutif de la Bourse de sous-traitance et des partenariats, a précisé que la mise en place de ce programme vient du constat que les entreprises guinéennes n’étaient pas bien formalisées, non plus bien structurées. C’est ainsi qu’une étude a été faite pendant presque six mois avec toutes les parties prenantes, notamment les banques, les miniers, les industriels, etc., pour comprendre leurs besoins.

« Si les PME veulent entrer dans la labellisation, il faut vraiment respecter un minimum de critères. C’est pourquoi nous avons initié ce programme pour pouvoir qualifier les PME à l’effet d’avoir plus de marché et plus d’opportunités. C’est une phase test. Il y a eu 100 entreprises qui ont participé et 7 seulement étaient labelisables. Qu’est-ce qu’on veut dire par labelliser ?  C’est de nous rassurer que les compagnies qui vont sortir de ce programme aient un minimum que ça soit au niveau administratif, au niveau conformité sociale et économique et également au niveau des capacités de mener à bien des projets et à avoir accès au financement.

C’est un programme qui a été mis en place grâce à l’appui de la banque mondiale à travers le programme PRECOP qui est logé au ministère de l’Industrie et des PME, et qui nous a permis d’avoir 83 critères de labellisation. Avoir ce label permet aux entreprises de se dire, oui, nous sommes prêtes à avoir accès aux financements et aux marchés. Les entreprises qui ne seront pas labellisées ou labellisables, on va leur permettre de mettre en place un plan de communication pour pouvoir mettre à jour leurs capacités « , indique M. Saifoulaye Baldé, Directeur exécutif de la BSTP.

Le ministère du Commerce, de l’Industrie et des Petites et Moyennes entreprises, apprécie la mise en place de ce programme. Ce département estime qu’il vient en appui aux efforts inlassables du gouvernement et en appui à la promotion du contenu local.

« C’est une opportunité, parce que ça permet de rendre plus compétitif nos PME, et de répondre aux attentes des donneurs d’ordre afin d’avoir des marchés. Nous, en tant que Direction nationale des PME, nous ne pouvons qu’apporter un grand soutien. Donc, c’est un grand pas pour nous, et ces PME pourront bénéficier de l’accompagnement de l’État », a rassuré madame Fanta Bérété, Directrice nationale des petites et moyennes entreprises (PME) et du contenu local, au ministère du Commerce, de l’Industrie et des PME.

Le Cabinet FIDUXIS a joué sa partition, en menant des études, ayant abouti à la réussite de ce programme.  « Notre rôle en tant que consultant, était de rencontrer toutes les parties prenantes, tous les acteurs de l’écosystème, que ce soit au niveau des agences nationales, la BSTP, la DNPME, l’APIP…, tous les acteurs intervenants et intéressés par le système des MPME. Il y a une étude qui a uni tout le monde, puisque, l’un des enjeux, c’était d’avoir un dispositif inclusif. C’est-à-dire que les parties prenantes soient toutes consultées, qu’on ait des échanges, qu’on recueille leurs attentes, leurs besoins, pour pouvoir refléter cela dans le dispositif que nous étions censés en train de proposer« , a dit Alhassane Bah, associé gérant du Cabinet.

Madame Kadiatou Touré, gérante de DKatour BTP Sarl, a vu son entreprise parmi les structures retenues dans ce programme. Satisfaite de la qualité du travail de la BSTP et ses partenaires, elle a livré ses sentiments.

« En tant qu’entrepreneure depuis 13 ans, quand on a entendu parler du processus de labellisation, on s’est dit que c’était juste pour nous mettre de la poudre aux yeux. Mais ça a été très bon. C’est un processus plein de documentations. C’est-à-dire, qu’est-ce qui prouve que vous êtes une entreprise ? Est-ce que vous êtes à jour au niveau de l’Etat ? Est-ce que vous êtes enregistré à la direction générale des Impôts ? Est-ce que vous payez vos impôts ? Et depuis combien de temps vous existez ? Est-ce que vous produisez vos états financiers ? Donc en fait, tout ce qu’il y a comme fondamentaux pour dire qu’on est une entreprise.

Ce programme ouvre des portes. Parce que, sur 100 entreprises, on a été 7 à être labellisées. Ce qui veut dire que le taux de labellisation pour chaque 100 entreprises est de 7%. Ce qui veut dire qu’il y a beaucoup d’entreprises mais la structuration manque. Et, cela ouvre des portes, parce que ça permet à des donneurs d’ordre comme les entreprises minières de pouvoir vous accepter dans leurs bases, ça permet à toutes grandes entreprises qui rentrent dans ce pays, de regarder au ministère, des PME par exemple et dire, j’ai besoin de travailler avec une entreprise structurée. Il y a déjà cette liste de labellisation qui nous offre toutes les opportunités pour pouvoir évoluer dans notre secteur« , se réjouie cette entrepreneure.

Dansa Camara DC 

Pour Africaguinee.com

Créé le 3 février 2024 08:18

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces