Embalo brise le silence : « Il s’agit d’une tentative de coup d’État…»

Umaro Sissoco Embaló, Président de la Guinée-Bissau

BISSAU-De retour à Bissau samedi 2 décembre 2023 dans la soirée, Umaro Sissoco Emablo n’a pas mâché ses mots suite aux troubles enregistrés le 1er décembre 2023 dans son pays. Le président de ce pays lusophone indique sans ambages que les évènements ayant secoué la capitale ne sont ni plus ni moins qu’une tentative de coup d’Etat.


Il avertit que les conséquences seront graves pour tous ceux qui sont impliqués. L’ancien président en exercice de la CEDEAO révèle qu’il y a des écoutes téléphoniques dans lesquelles les assaillants reconnaissaient avoir retiré de la PJ (police judiciaire) les deux ministres et les ont conduits à la Garde Nationale.

« Il s’agit d’une tentative de coup d’État et les conséquences seront graves pour toutes les personnes impliquées. Ils ont dit ici : Soit nous vivons en paix ou nous mourons tous. C’est cette fois. Tchongo a été commandé par quelqu’un. Tchongo n’est pas fou de s’attaquer aux cellules de la police judiciaire et de d’exfiltrer le ministre des Finances et le secrétaire d’État du trésor », a martelé M. Embalo.

Des agents de la garde nationale ont attaqué les locaux de la police judiciaire et ont exfiltré deux ministres accusés de malversations financières. Ils ont été mis en déroute par les forces spéciales chargées de la sécurité présidentielle. La CEDEAO a apporté son soutien à M. Embalo, affirmant qu’elle ne saura tolérer une tentative de déstabilisation des institutions républicaines de ce pays, déjà coutumier de coups d’Etat.

Le Général Sissoco Embalo martèle que le coup d’État n’est pas mené contre le président de l’Assemblée populaire nationale ou contre le Premier ministre, mais contre le chef de l’État, Commandant suprême. Il annonce sa décision de créer dès ce lundi 04 décembre 2023 une commission d’enquête pour enquêter sur la situation de la tentative de coup d’État.

« Vous savez tous qui est responsable de ce coup d’État. Sur quelle maison a-t-on tiré ? Après avoir reçu des informations sur la situation, j’ai parlé à la Ministre de l’Intérieur et elle m’a dit qu’elle était dans les locaux de la Police judiciaire et je ne sais pas ce qu’elle faisait là, mais vous pouvez lui demander. La ministre m’a dit qu’elle avait vu les agents de la Garde nationale se présenter sur la pointe des pieds pour demander où est Suleimane« , a-t-il déclaré.

A suivre…

Mamadou Yaya Bah

Pour Africaguinee.com

Créé le 3 décembre 2023 11:00

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces