Après la hausse du prix des produits pétroliers, les spéculations des prix commencent sur les marchés…

Marche Conakry

CONAKRY-Après la légère augmentation du prix du carburant à la pompe, les  prix des  denrées de première nécessité  dans certains  marchés de Conakry ont été revus à la hausse,  a constaté sur place Africaguinee.com.

Au marché Niger situé au quartier Sandarvalia dans la commune de Kaloum comme  dans la plupart des marchés de la capitale guinéenne, certains  commerçants  ont  augmenté le prix de leurs marchandises.

C’est le cas de Mamadou korka Diallo qui a déclaré qu’il a revu à la hausse certains de ces produits comme  ‘’le carton de lait  Jago  qui était  vendu à  320 mille francs guinéens  a connu une augmentation du prix de 2000 francs guinéens, le sucre a connu une hausse de 2 mille et l’huile d’arachide à 1 500 francs guinéens  puisque là où on achète  on a aussi élevé le prix’’, indique-t-il.

Par contre,  d’autres commerçants  nous confient que pour le moment  les prix sont restés intacts. Selon eux, ils ne  peuvent pas augmenter le prix compte tenu de non exécution de la hausse du tarif du transport comme annoncé vendredi par le gouvernement guinéen.

 «  On ne peut pas augmenter le prix,  parce que le transport est le même. Mais en Guinée chacun fait ce qu’il veut. Moi je pense que le gouvernement devait maintenir l’ancien transport puisque les conducteurs doivent une monnaie aux passagers car, le prix normal d’un tronçon était fixé à  1200 au lieu de 1500, c’est suite  au manque de petite coupure que les gens laissaient leur monnaie ave les chauffeurs. Cette décision de l’Etat  va entrainer la pagaille dans le pays », a dénoncé ce marchand grossiste, Mamadou Barry.

Pour sa part, cette étalagiste, Mabinty Sylla parle de la rareté  des clients compte tenu de la cherté de la vie. ‘’ On vient ici le matin jusqu’au soir difficilement on gagne un client. Comment peut-on augmenter le prix avec ces problèmes là ?’’, s’est-elle interrogée.

D’autres informations que nous avons recueillies sur place, révèlent que le prix du  sac de riz blanc se négocie toujours entre 190 mille à 230.000 francs guinéens, selon la qualité. Le sac de sucre est revendu à  270 mille francs guinéens, le bidon de 20 litres d’huile d’arachide se vend à 185 mille GNF,  quand à l’huile rouge, le bidon de 20 litres se décroche  à 170 mille GNF, un kilo de viande à 32 mille GNF  et le sac de pomme de terre à 220 mille de nos francs.

 

BAH Aissatou

Pour africaguinee.com

Tél : (00224) 664 93 46 23

Créé le 5 février 2014 16:36

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces