Croisade contre la poliomyélite : Le Gouvernement guinéen appuyé par l’UNICEF, l’OMS…lance le premier tour des Journées Nationales de Vaccination

LABE-Le premier tour 2024 des Journées Nationales de Vaccination (JNV) contre l’épidémie du variant de poliomyélite circulant de type 2 (PVDV2c) a été lancé à Labé par le Gouvernement guinéen, appuyé par ses partenaires techniques et financiers. Placé sous la présidence du Premier ministre, ce lancement a connu une forte présence des acteurs et institutions comme l’UNICEF, l’OMS…impliqués dans le combat pour l’éradication de la poliomyélite.

Les enfants dont l’âge est compris entre 0 et 5 ans sont les principaux concernés par cette campagne. C’est Centre de Santé de Pellel, quartier Poreko, qui a servi de cadre à la cérémonie de lancement.

« Au nom de tous les partenaires de l’Initiative Mondiale pour l’éradication de la Polio (IMEP), à savoir l’OMS, l’UNICEF, la Fondation Bill et Melinda Gates, le Rotary International, le CDC et l’Alliance GAVI, je voudrais remercier Monsieur le Premier Ministre qui, en sa double qualité de chef de Gouvernement et de champion de la vaccination qui préside cette cérémonie. Votre présence ici témoigne pour nous les PTF (partenaires techniques et financiers), de l’engagement des plus hautes autorités de ce pays, en faveur de la relance de la vaccination en général et de la lutte contre la polio en particulier. C’est une source de grande motivation pour tous les acteurs du système de santé guinéen. Je voudrais aussi saluer et remercier les populations de Labé, les autorités locales et les leaders communautaires pour la mobilisation, l’accueil et l’hospitalité légendaire qui nous ont été réservés.


Les journées nationales de vaccination de riposte contre la polio que nous lançons aujourd’hui, entrent dans le cadre de la campagne synchronisée avec les pays frontaliers, à savoir, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Sierra Léone et le Libéria. Elles ont pour but de vacciner tous les enfants de moins de 5 ans où qu’ils soient de part et d’autre des frontières et quel que soit leur statut vaccinal. D’ores et déjà, des réunions transfrontalières ont eu lieu et des équipes sont déployées à tous les points d’entrée formels et informels pour vacciner tous les enfants cibles. Ce premier tour de l’année 2024 des JNV de riposte contre la poliomyélite se déroule dans un contexte particulier pour les pays de la région. En effet, à peine, la région africaine a été déclarée libre du poliovirus sauvage, le 25 août 2020 par la Commission régionale de certification de l’éradication de la poliomyélite pour l’Afrique, des pays africains sont de plus en plus confrontés à des flambées de poliomyélites dues à d’autres types de variants de poliovirus différents du type sauvage.

Depuis le 9 août 2023, la Guinée connait une épidémie de variants de polio de type 2 circulant. A date, un total de 82 cas sont confirmés dans le pays, dont 5 cas en 2024. Ces flambées sont rares, mais peuvent survenir dans des communautés où les enfants sont insuffisamment vaccinés. En plus de la situation de la poliomyélite, d’autres épidémies de maladies évitables par la vaccination ont été confirmées dans certains districts sanitaires de la Guinée. Il s’agit notamment de la diphtérie, la coqueluche, la fièvre jaune et la rougeole. Ces journées permettront également de préparer le terrain pour le rattrapage des enfants en vaccination de routine pour faire face à ces épidémies. Car, la réémergence des maladies évitables par la vaccination qui étaient sous contrôle comme la polio, la coqueluche et la diphtérie interpelle tous les acteurs du système de santé sur l’impérieuse nécessité de renforcer les stratégies de vaccination de routine et le dialogue avec les communautés en faveur de la vaccination », a déclaré Dr Jean-Marie KIPELA, Représentant de l’OMS en Guinée, Chef de file des partenaires techniques et financiers dans le secteur de la Santé.

Cette campagne nationale de vaccination vise à contribuer au renforcement de l’immunité collective et à l’interruption de la circulation et de la transmission des cVDPV2 en Guinée d’ici fin décembre 2024.

Dr Oumar Diouhé Bah, ministre de la santé et de l’hygiène publique a été marqué par la forte mobilisation pour le lancement de la campagne de vaccination contre la poliomyélite. Dans son discours, il a aussi salué l’accompagnement du premier ministre sous les auspices du président Mamadi Doumbouya.

« Nous sommes là pour démarrer la riposte contre la poliomyélite, une maladie qui sévit malheureusement encore dans notre pays. Toutefois il faut saluer les efforts des autorités locales de Labé, le personnel de santé ; les partenaires à tous les niveaux qui œuvrent sans relâche pour le bien de nos enfants pour lesquels la vaccination est un droit.  Les sages aussi, nous ressentons la coordination et l’engagement remarquable.

En 2021, la Guinée a organisé des journées vaccination locale pour arrêter la circulation du virus, cependant depuis juin 2023, des nouveaux cas ont été enregistrés dans la préfecture de Siguiri. Nous rappelons ici la nécessité de rester vigilant face à cette maladie dévastatrice qui entraîne la paralysie permanente ou la mort. Bien que des progrès significatifs aient été réalisés dans la lutte contre la poliomyélite, nous devons nous réserver une couverture vaccinale élevée pour prévenir toute résurgence de la maladie. C’est pourquoi nous sommes mobilisés aujourd’hui pour le lancement de la campagne de riposte qui vise à vacciner chaque enfant de la Guinée là où il se trouve. Ce tour 1 de 2024 marquera le début de la riposte dans tout le pays pour circonscrire le virus et empêcher sa propagation. D’autres tours suivront dans les semaines à venir dans le cadre de notre détermination à éradiquer la polio en Guinée. Chaque étape de cette campagne est une opportunité pour protéger nos enfants » lance le ministre de la santé.

Le premier ministre Amadou Oury Bah, désigné champion de la vaccination pour cette campagne a exprimé toute sa préoccupation suite au retard et la réticence qui affectent les enfants. Il s’engage à changer la donne avec le ministère de la Santé :

« Il n’y a pas de plus splendide, de plus majestueux que la créature humaine et celle-ci vient de Dieu. Il a créé l’être humain de telle manière qu’il puisse vivre, grandir et se soigner. Dans le corps de l’être, il y a des forces de défense (anticorps NDLR). Ces forces s’attaquent à tout corps étranger qui veut attaquer à la création divine qui est l’être humain. Les vaccinations c’est pour se préparer en cas d’attaque. La vaccination entre dans ce cadre pour permettre aux forces de résistance dans le corps de faire des manœuvres. C’est le principe de la vaccination. Donc si quelqu’un s’oppose à la vaccination, il s’oppose de ce fait à protéger la création divine qui est l’être humain.

Sachez que le principe de la vaccination est une obligation. Avec cette campagne, nous devons rattraper des retards qui font qu’il y a résurgences des maladies comme la poliomyélite ; la diphtérie, la fièvre jaune qui auraient pu être éradiquées depuis plus de 10 ans. L’initiative vaccinale qui a été abrogée pour laisser place à la résurgence nous coûte excessivement chère parce que pendant les 10 années beaucoup de nos enfants sont tombés malades parce qu’ils n’ont pas été vaccinés. Je vais vous dire aujourd’hui, nous avons demandé et instruit le ministre de la santé d’accélérer la signature d’initiatives vaccinales d’indépendance pour nous permettre de rattraper notre retard pour protéger nos enfants et protéger l’avenir. Nous allons nous mettre dans une disposition pour qu’à moins terme la vaccination contre certains types de maladies soient obligatoires pour protéger tous les nouveau-nés mais cela nécessite d’améliorer la gestion de la santé dans notre pays. C’est pourquoi nous remercions nos partenaires techniques et financiers l’OMS, l’UNICEF ; tous les autres ; Le fonds mondial de la santé qui apportent un concours significatif pour la santé dans notre pays. Il n’y a pas de plus cher à un parent que ses enfants. Ceci dit au nom du président Général Mamadi Doumbouya, c’est une journée de vaccination pour maintenant et pour l’avenir » déclare le premier ministre Amadou Oury Bah.

Lors de cette cérémonie, une famille s’est présentée devant les autorités avec deux enfants de même mère, victimes de polio depuis 40 ans. C’est un père de famille très affecté qui a témoigné de la souffrance qu’il endure en tant que parent.

« Chères autorités, je présente mes enfants devant vous. Le premier s’appelle Diouldé Diallo, né en 1982 avec tous les membres au complet, il marchait comme tout enfant normal. Après 82, il est attaqué par la Polio, depuis il est dans cet état, il ne marche pas. A côté vous voyez sa sœur, née en 1985, elle aussi marchait comme tous les enfants de son âge. 5 ans plus tard, elle est attaquée à son tour par la poliomyélite. Quelque chose de très rare, deux enfants d’une même mère victimes de polio. Pendant 42 ans nous supportons ces enfants. Nous n’avons pas de soutien pour les entretenir. Gouvernement guinéen et bonnes volontés, venez à notre secours. Moi, le père je n’ai pas de moyens, imaginez ces enfants en bonne santé à leur âge qu’est-ce qu’ils pouvaient devenir aujourd’hui pour tout le pays, maintenant ils sont malades à ma charge. Personne ne veut voir ses enfants dans cet état ; c’est pourquoi j’encourage tout le monde à vacciner ses enfants, particulièrement les pères et les mères » regrette en Sanglot Kaly Diallo, père de deux enfants porteurs d’handicap.

La poliomyélite est une maladie grave et invalidante. Elle peut handicaper l’enfant à vie. Cependant, la souffrance et le poids socio-économique de cette maladie peuvent être évités par un simple geste : l’administration de 2 gouttes du vaccin antipoliomyélitique oral aux enfants, principalement à ceux de moins de 5 ans. Au-delà de ces journées nationales de vaccination contre la poliomyélite, le défi qui interpelle tous est la relance de la vaccination de routine qui permettra de protéger tous les enfants contre les maladies évitables par la vaccination. Pour éliminer définitivement cette maladie, chaque enfant doit être vacciné. Malheureusement, des milliers d’enfants demeurent non vaccinés, ce qui a entraîné une recrudescence des épidémies de poliomyélite dans plusieurs pays, y compris ceux qui avaient éradiqué le virus depuis des décennies.

Le Représentant de l’UNICEF en Guinée a assuré que son Institution reste déterminée, au côté du Gouvernement guinéen, à éradiquer la Polio en Guinée afin qu’aucun enfant, où qu’il soit, ne soit plus jamais paralysé ou ne décède de cette maladie. « J’encourage vivement les parents à faire vacciner leurs enfants contre la Polio pour qu’il puisse vivre, grandir et s’épanouir en pleine santé », a promis Félix Ackebo.

Alpha Ousmane Bah

Pour africaguinee.com

Tel : (+224) 664 93 45 45

Créé le 14 mai 2024 17:32

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , , ,

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces