Relance de Simandou : voici ce que Doumbouya a obtenu de Rio Tinto et de WCS…

Colonel Mamadi Doumbouya, président de la Transition guinéenne

MORIBAYAH-Le Président de la Transition guinéenne a relancé, ce samedi 18 mars 2023, les activités du projet Simandou, au Port de Moribayah dans la préfecture de Forecariah, a constaté sur place Africaguinee.com. Ce gigantesque projet, censé jouer un rôle de catalyseur dans la transformation de l’économie guinéenne, a connu assez de balbutiements voire même de tension. Sa mise en œuvre nécessite un investissement colossal de 15 milliards de dollars us.

Comment en est-on arrivé là ?

La relance des activités de ce méga-projet d’exploitation du minerai de fer de Simandou, est le résultat d’un marathon de négociations tous azimuts entre l’Etat guinéen et ses partenaires que sont Rio Tinto SIMFER, Winning Consortium Simandou (WCS). Tout est d’abord parti de la signature de l’accord-cadre le 25 mars 2022, suivie de celle des statuts de la co-entreprise pour la gestion de la compagnie du Transguinéen (CTG) le 27 juillet 2022, ainsi que celle du term-sheets le 22 décembre 2022 et du pacte d’actionnaires le 8 Mars 2023.

Que gagnera l’Etat guinéen ?

Avant de procéder à cette relance des travaux de Simandou, le Gouvernement guinéen et ses partenaires se sont entendus sur le maintien au compte de l’Etat Guinéen de sa participation non contributive et non dilutive de 15% dans les infrastructures de Simandou (ports et rails) ainsi que 15% de parts dans les mines conformément au Code minier. Ce n’est pas tout. Il y a également la prise en compte des aspects multi-utilisateurs et multi-usages des infrastructures ; la prise en compte du contenu local, en donnant de l’emploi aux Guinéens sur toute la chaine de valeurs jusqu’au top management, du business aux entrepreneurs locaux et la formation pour le transfert de technologies. Aussi, faut-il souligner que cette nouvelle étape permet à la Guinée de bénéficier de la gouvernance de la co-entreprise.

« Cette relance des travaux est le fruit de négociations approfondies qui ont été menées depuis quelques mois et qui témoignent de ma volonté résolue à réaliser ce projet dans l’intérêt du peuple souverain de Guinée. Les travaux de construction des infrastructures ferroviaires et portuaires du projet Simandou, ses différents documents contractuels prévoient pour l’Etat une participation de -15% qui est non contributive, non dilutive et garantissent que les infrastructures à la construction doivent permettre la mutualisation avec d’autres projets miniers situés le long du corridor Simandou-Forécariah d’environ 670 km », a expliqué le Colonel Mamadi Doumbouya dans son discours avant de citer quelques points qui, selon lui, font partie de ses ambitions dans le cadre de l’exploitation de gisement de fer.

« Le transport des passagers et des marchandises, la prise en compte du contenu local sont très importants pour nous, la formation pour le transfert de la technologie et des compétences, la création d’emplois et l’opportunité d’affaires pour les guinéens ainsi que la participation de l’Etat dans la prise des décisions stratégiques de gouvernance à la coentreprise CTG, constituent pour l’Etat des exigences fondamentales pour la réalisation du projet Simandou.

Mon ambition est que le projet Simandou serve de véritable catalyseur du développement économique de notre pays. Un parc industriel sera développé dans la zone portuaire pour faire de notre pays un fournisseur de biens et services pour l’ensemble de la sous-région. La réalisation trans-guinéen doit permettre d’amener le pays vers un développement durable dans le respect des normes environnementales, sociales et de gouvernance », a-t-il décliné tout en lançant une invite pressente aux sociétés minières qui sont chargées d’exploiter le Simandou.

Colonel Mamadi Doumbouya, Président de la Transition Guinéenne
Colonel Mamadi Doumbouya, Président de la Transition Guinéenne

« Certes, l’Etat guinéen est très enthousiaste concernant la relance des travaux de Simandou mais, dans le même temps, il reste lucide et attend les documents de garanti des maisons mères des partenaires industriels pour le financement du projet Simandou tel que convenu et prévu dans le pacte d’actionnariat signé le 8 mars dernier. Compte tenu de la qualité de nos partenaires industriels, l’Etat reste convaincu que le trans-guinéen qui était un rêve des pères fondateurs de la Guinée et l’ensemble de nos peuples devient enfin une réalité », a espéré le président du CNRD.

A son tour, Sun Xiu shun a expliqué que Winning Consortium Simandou a investi massivement depuis 2019 dans la construction du chemin de fer transguinéen de 552 km et du port fluvial de Moribayah. Selon le Président de Winning Consortium Simandou, cet investissement est d’une capacité annuelle totale de 70 millions de tonnes conformément aux meilleures pratiques environnementales, sociales et de gouvernance.

« Nous nous engageons à privilégier les partenaires locaux et à partager les connaissances et transférer les compétences à nos employés guinéens afin de créer durablement de la valeur en Guinée qui bénéficiera au peuple guinéen pour les générations avenir. WCS reste confiante dans son engagement à garantir que le projet Simandou soit une situation gagnant-gagnant pour toutes les parties, stimulant le développement socioéconomique, créant le bien-être pour le peuple guinéen et contribuant à la prospérité du pays », a indiqué le Président de Winning Consortium Simandou.

Pour sa part, le Directeur Général de la branche minerai et énergie de Rio Tinto a annoncé que le fer de haute teneur qui sera exploité à Simandou jouera un rôle crucial dans la décarbonisation du monde et la lutte contre le changement climatique. Pour Bold Baatar, à travers Simandou, la Guinée contribuera au développement économique de la sous-région mais aussi de l’Afrique toute entière

« En tant leader mondial de l’industrie de fer, Rio Tinto promet de mettre toute son expérience à la disposition de la Guinée et aux projets du développement rapide. Nous allons soutenir des activités au niveau local et national en partenariat avec le gouvernement, nos partenaires industriels, d’autres pays et la société civile tout en ayant la santé et la sécurité de la population, la protection de l’environnement et de la riche biodiversité de la Guinée au centre de nos priorités », a annoncé ce responsable de Rio Tinto.

Simandou est une vaste chaîne de montagnes située au pied du mont Nimba dans le Sud-est de la Guinée, précisément dans la préfecture de Beyla, en région Forestière. A date, c’est l’un des plus vastes gisements de fer au monde encore inexploités.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 666 134 023

Créé le dimanche 19 mars 2023 3:19

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,