Reconstruction de l’ENAE de Tolo : la ministre Djénab Dramé « déçue »…

Djénab Dramé, ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi en visite d’évaluation des travaux de rénovation et de reconstruction de l’Ecole nationale de l’agriculture et de l’élevage (ENAE) de Tolo

MAMOU-Après avoir inauguré, ce jeudi 27 mai,  l’Ecole Nationale des Instituteurs (ENI) de Telico, la ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi, accompagnée de plusieurs cadres de son département et du gouverneur de Mamou, a effectué une visite d’évaluation des travaux de rénovation et de reconstruction de l’Ecole nationale de l’agriculture et de l’élevage (ENAE) de Tolo, située dans la région administrative de Mamou.

Les travaux de rénovation et de reconstruction de cette école ont été financés à hauteur de quinze milliards neuf cent millions de francs guinéens par l’Agence française de développement (AFD). Le projet concerne en tout quinze ouvrages dont onze bâtiments. Selon le contrat, la durée d’exécution des travaux est de neuf (9) mois. L’entreprise contractante Galaxie GC devait achever les travaux fin mai 2021. Mais sur le terrain, les travaux sont à 65%. Une "déception", estime la ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi.

« C’est avec beaucoup de déception que nous venons de constater que  l’avancement des travaux au niveau de l’école nationale de l’agriculture et de l’élevage de Tolo, retardent. Comme vous le savez, l’ENAE de Tolo est un symbole pour l’enseignement technique en général, c’est un symbole pour l’école guinéenne. Tolo, c’est l’une des vitrines d’agriculture dans la sous-région. Quand on imagine l’effort du Gouvernement et celui des partenaires pour pouvoir donner un sang neuf à ce centre, et que l’entreprise qui est sur le chantier et le bureau de contrôle, ne soient pas en train de faire le travail nécessaire pour rendre ce chantier, on n’est vraiment pas du tout content. On n'est content  ni du côté de l’entreprise, ni du bureau de contrôle qui est quand-même l’interface entre nous et la société. Donc, nous avons profité de cette visite sur le chantier avec monsieur le gouverneur et sa suite pour qu’ensemble qu’on puisse suivre l’évolution parfaite de ce chantier pour que, comme l’a instruit le chef de l’Etat, qu’elle puisse ouvrir dès la rentrée prochaine et qu’on donne plus de chance à cette jeunesse de Mamou. Car, l’agriculture et l’élevage font parties des activités principales de la région de Mamou », a expliqué Mme Djénab Dramé.

Sanctions

Face au retard accusé dans l’exécution des travaux, la ministre a annoncé sur le champ et devant les responsables de l’entreprise, le gouverneur et du bureau de contrôle, les décisions que son département va prendre. 

« Les premières sanctions que nous allons prendre c’est celles prévues par la clause du contrat. L’école devrait en principe, être rendue à la fin de ce mois. Donc, à partir du 31 mai les pénalités vont être appliquées sur la société », a prévenu Djénab Dramé.

Interpellé, le superviseur des travaux, Bah Mouhamadou Oury a reconnu le retard accusé dans l’exécution des travaux. Selon lui, les problèmes soulevés sont d’ordres techniques. « Il a fallu faire une étude technique (…) La charpente ne tenait pas, il fallait réaménager cela et remonter. Le projet concerne quinze (15) ouvrages dont onze (11) bâtiments. A l’initiale, il y avait un (1) seul bâtiment en construction et les autres, c’était une réhabilitation. Maintenant, lors du réaménagement on a eu deux bâtiments en construction et deux bâtiments partiellement reconstruits. Ces bâtiments comportent les dortoirs des filles et garçons, les salles de classe, le centre de labo, la cantine et un air de jeu », a précisé le superviseur.

Selon Doumbouya Ousmane, du comité des travaux Galaxie GC, l’entreprise contractante, il y a eu des imprévus qui ont occasionné le retard des travaux. Il a promis de redoubler d'efforts pour accélérer les travaux. « Il y a eu des imprévus qui nous a amenés à faire un réaménagement. Il y avait des travaux prévus dans la phase de départ, mais, après la dépose des toitures on a vu qu’il fallait nécessairement reconstruire certains. Et là, si je devais traiter une fissure en une semaine et que je me trouve dans la construction d’un bâtiment, le temps va doubler. Il y a eu une compensation au niveau des finances, mais ça n’a pas suivi au niveau du délai. Maintenant, nous allons redoubler d’efforts en augmentant les ouvriers sur le chantier pour que, même s’il y a des pénalités, qu’elles soient minimes. Et nous estimons au maximum dans 45 jours nous allons finir le reste des travaux » s’est engagé M. Ousmane Doumbouya, de l’entreprise Galaxie GC.

L’école nationale de l’agriculture et de l’élevage de Tolo a été construite en 1932. C’est sans doute l’une des premières en Afrique Française occidentale, a rappelé le gouverneur de la région administrative de Mamou.

 « On l’appelait à l’époque l’école de labour. Ça veut dire que la plus part des cadres africains de la sous-région ont fait cette école. Maintenant, je vais convoquer les responsables de l’entreprise ainsi que des sages de la localité à mon bureau. Lorsqu’on débloque des milliards pour faire ces travaux, en principe on devrait respecter le délai. C’est pourquoi j’ai convoqué le sous-préfet, les responsables de l’entreprise et la notabilité afin de tirer les leçons », a promis Amadou Oury Lémy Diallo, gouverneur de la région administrative de Mamou.   

De retour de Mamou, Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664-72-76-28    

Créé le 28 mai 2021 14:50

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces