Préoccupations concernant des mesures prises par le Gouvernement : Un citoyen écrit au Général Mamadi Doumbouya…

Conakry, le 28 mars 2024

A

Monsieur le Chef de l’État, Président de la Transition et Chef suprême des armées

Objet : Préoccupations concernant les récentes mesures et leur impact sur la nation

Monsieur le Président de la Transition,

Permettez-moi de vous adresser cette correspondance dans le but de mettre en lumière les préoccupations croissantes du citoyen que je suis concernant les récentes actions et politiques mises en place par votre gouvernement, au sein de notre nation. En tant que citoyen engagé et soucieux de l’avenir de notre pays, je me sens obligé d’attirer votre attention sur les conséquences dommageables de ces mesures sur la vie de notre pays et sur la préservation de notre jeune démocratie.

Tout d’abord, je souhaite exprimer mes inquiétudes quant à la dissolution des conseils communaux. Comme vous le savez, les conseils communaux jouent un rôle crucial dans la représentation des intérêts locaux et dans la promotion de la démocratie au niveau communautaire. Leur dissolution risque d’entraver gravement la participation citoyenne et de créer un vide démocratique au niveau local, ce qui pourrait compromettre la stabilité et le développement de nos communautés.

De plus, les mesures de musellement des médias et de la société civile sont profondément préoccupantes. Un accès libre à l’information et la possibilité pour la société civile de s’exprimer librement sont des piliers fondamentaux de toute démocratie fonctionnelle. En restreignant ces libertés, nous risquons de compromettre la transparence, la redevabilité et le dialogue nécessaire entre le gouvernement et le peuple mais aussi à un retour normal à l’ordre constitutionnel.

Les restrictions sur l’internet et la violation des droits humain de toute sorte sont également des sujets qui suscitent une vive inquiétude. L’internet est devenu un outil essentiel pour la communication, l’accès à l’information et la participation citoyenne. En restreignant l’accès à l’internet, nous risquons de marginaliser une bonne partie de la population et de restreindre sa capacité à exercer ses droits fondamentaux les plus élémentaires.

Enfin, je tiens à souligner que ces mesures ne font qu’accentuer les tensions au sein de notre nation et pourraient potentiellement compromettre le vivre ensemble et même de votre propre pouvoir en tant que dirigeant actuel de notre pays. Une nation divisée et mécontente est une nation instable, et il est dans l’intérêt de toutes et de tous de travailler ensemble pour promouvoir la paix, la justice et la prospérité pour toutes et tous les citoyens/citoyennes.

En conclusion, Monsieur le Président de la transition, je vous exhorte à prendre en considération ces préoccupations et à réévaluer les politiques actuelles afin de garantir le bien-être et la stabilité de notre nation. Il est crucial que nous travaillions ensemble pour promouvoir les valeurs démocratiques et respecter les droits fondamentaux de toutes et tous les citoyens/citoyennes.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la transition, l’expression de ma haute considération.

Abdoulaye DIALLO, Citoyen engagé et patriote

Créé le 28 mars 2024 15:30

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: