Mines : Bataille des géants miniers autour du Simandou…

Mont Simandou

CONAKRY- Le retrait par le gouvernement guinéen pour « corruption », des permis miniers octroyés au milliardaire Benny Steinement Group et sa compagnie BSGR du gisement de Simandou, a eu un effet de Boomerang  dans le monde des mines. Pendant que “VALE“ qui se croit ‘’blanc’’ dans cette affaire portait plainte contre BSGR, Rio Tinto, compagnie minière présente à Simandou portait plainte elle aussi contre VALE et BSGR et d’autres personnalités guinéennes,  a appris Africaguinee.com.

La publication  par le comité technique de révision des titres et conventions miniers (CTRCM) du rapport révélant des cas de corruption à grande échelle sur l’obtention des concessions 1 et 2 de Simandou par VBG (co-entreprise entre BSGR et Valé)  a déclenché des hostilités entre les géants miniers mondiaux présents dans cet eldorado guinéen (les monts Simandou situés dans le sud du pays) qui enfuit une richesse presqu’inépuisable, mais jamais exploitée jusque là.  Désormais tous les coups sont permis pour chasser l’adversaire gênant. Dans cette bataille de magnats, qui promet d’être   rude et long chacun cherche à affuter ses armes pour faire payer l’autre le tord qu’il lui  aurait fait subir.

C’est la société brésilienne VALE qui a ouvert la boite à pandore. BSGR, qui a acquis les concessions 1 et 2 de Simandou avec une broutille de 170 millions de dollars US sous l’ère Conté avait revendu 51% de sa part à Vale, à prix d’or, 2.5milliards de dollars US. Se sentant donc victime de second rang dans cette affaire, le géant brésilien a traduit en justice son ancien partenaire BSGR devant la London Court of International Arbitration, a révélé le quotidien helvète “Le Temps“, le 30 avril dernier.

Vale demande à BSGR, 1,1 milliard de dollars de dommages et intérêts devant un tribunal d'arbitrage à Londres, selon le même journal.

Quand à la compagnie Rio Tinto qui gardait une dent contre VALE, elle attendait la meilleure occasion pour bondir. Soit ! Elle a intenté une action en justice contre le géant brésilien. La multinationale anglo-australienne de Alan Davies a déposé une plainte devant la cour de district des ÉTATS-UNIS pour le district sud de New York contre les défendeurs: ‘’ Vale, SA, Beny Steinmetz, BSG Resources Limited , G. S. O. ressources (Guinée) Ltd Aka BSG Ressources Ltd Guinée, BSGR Guinée Ltd BVI, G. S. O. ressources Guinée SARL aka BSG ressources (Guinée) SARL Aka VBG-Vale BSGR Guinée, Frederic Cilins, Michael Noy, Avraham Lev Ran, Mamadie Toure, et Mahmoud Thiam ".

Cette plainte concerne "la perte de la moitié de la concession minière de Rio Tinto dans la région de Simandou sud-est de la Guinée en 2008’’. Rio Tinto demande à la Cour des dommages-intérêts compensatoires, dommages indirects, dommages-intérêts exemplaires ou punitifs dans Rio Tinto, un montant à être déterminé au procès, indique un communiqué qu’à publié la compagnie à la date du 30 avril. 

Cependant cette plainte de Rio Tinto ne semble  pas sourcilier VALE  qui d’ailleurs n’a pas tardé  à réagir. Murilo Langona Ferreira, le PDG de Vale indique  que la tâche de son accusateur ne se révèle pas facile, car il aura à montrer la preuve de ses “allégations“ et  ‘’de refuser les résultats de l'enquête faite par le gouvernement guinéen, en association avec les autorités de la Suisse, la France et les ÉTATS-UNIS"

Une enquête qui a exempté Vale de tous les frais, et le Gouvernement de la Guinée a même invité la société à participer au développement de Simandou, se  défend M. Ferreira.

Et, Alpha Condé semble donner raison  à  VALE  quand il dit : "Nous avons constaté que Vale, d'après toutes les enquêtes, non seulement n'était pas mêlée à la corruption, mais ignorait les conditions d'acquisition", déclare le  président guinéen.

A la mi-avril www.Africaguinee.com   livrait les aveux troublants de l’épouse de l’ancien président Conté qui enfonçait BSGR, devant les enquêteurs américains dans cette affaire. Dans son témoignage, madame  Mammadie Touré  qui vit en Floride au Etats-Unis, il apparaissait clairement qu’il y a eu une corruption à grande échelle où des cadeaux de bijoux luxueux, la miniature d'une Formule 1 en or incrustée de diamants offerte à un ministre du gouvernement, des montres ornées de diamants offertes au président Lansana Conté, paiement de 2,5 millions de dollars à la quatrième épouse du président pour aider le groupe à sécuriser l'obtention du permis, s’étaient invités.

Mais BSGR qui voit une expropriation de ces titres entend saisir un arbitrage international. Le Groupe de Benny qualifie les informations mentionnées dans le rapport du CTRM d’affirmations ‘’inventées, des témoins douteux et des procédures illégales afin de justifier le plan soigneusement orchestré par le président Alpha Condé pour récompenser des alliés politiques, qui l'auraient aidé à truquer son élection, en leur donnant les droits miniers légalement acquis par BSGR’’, rétorque le Groupe.

Après son élection en 2010, Alpha Condé a lancé une vaste opération de remise à plat des permis d'exploitation minière accordés sous l’ère  son prédécesseur Lansana Conté qui a dirigé la  Guinée d’une main de fer pendant 24 ans.

 Affaire à suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 31 11 12

Créé le 3 mai 2014 13:51

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces