L’UA a « 60 ans » : Retour sur le mouvement panafricaniste et le chemin de la libération

25 mai 1963-25 mai 2023. L’Afrique célèbre ses 60 ans ce jeudi. Retour sur le mouvement panafricaniste et le chemin de la libération. L’année 2023 marque les 60 ans de la création de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), rebaptisée en 2002, Union africaine (UA) en 2002. Le premier Secrétaire Général de l’organisation continentale fut le guinéen, Diallo Telli, mort dans les geôles du camp Boiro. Comment en-est-on arrivé là ? Explications.


Le mouvement pour la conscience et l’identité culturelles articulées sur l’unité africaine est traçable dans les idées du panafricanisme. Le panafricanisme était considéré comme la philosophie nécessaire autour de laquelle toutes les personnes d’ascendance africaine devraient s’unir pour développer des stratégies contre l’injustice raciale, les inégalités et la fin du colonialisme en Afrique. Les idéaux du panafricanisme sont apparus au premier plan en 1900, lorsque l’avocat trinidadien Henry Sylvester Williams a organisé la première conférence panafricaine, tenue à l’hôtel de ville de Westminster à Londres, puis l’activiste afro-américain William Edward Burghardt (WEB) Du Bois Du Bois a organisé une série de congrès panafricains pour maintenir le mouvement en vie pendant les périodes intermédiaires des 2 guerres mondiales.

Le mouvement panafricaniste a acquis une plus large reconnaissance publique grâce à la session déterminante tenue en octobre 1945, lorsque des personnes d’ascendance africaine du continent et de la diaspora sont venues de tous les coins du monde pour participer au cinquième congrès panafricain qui s’est tenu à Manchester, Royaume-Uni. Le Congrès a été le point culminant des nombreuses tentatives qui avaient été faites pour établir une action collective pour réaliser le désir de l’Afrique et des peuples d’ascendance africaine de parvenir à la liberté, à la justice et à la reconnaissance de leurs droits humains qui avaient été bafoués par les structures impérialistes, le colonialisme, l’apartheid et d’autres systèmes d’injustice et d’inégalité raciales.

Le cinquième congrès panafricain a réuni les futurs présidents africains, dont Kwame Nkrumah du Ghana, Jomo Kenyatta du Kenya, Hastings Banda du Malawi et Nnamdi Azikiwe du Nigéria.e Congrès panafricain a exhorté les peuples coloniaux et soumis du monde à s’unir et à affirmer leurs droits de rejeter ceux qui cherchent à contrôler leur destin, les participants encourageant les Africains colonisés à élire leurs propres gouvernements comme avec le pouvoir politique que les pays africains auraient pour obtenir une complète intégration sociale, économique. et l’émancipation politique.

Le voyage vers la formation de l’OUA

En 1958, lors de la conférence panafricaine des peuples à Accra-Ghana, tous les orateurs de la conférence des nations ouest-africaines se sont unanimement prononcés contre le racisme et le colonialisme dominants qui se produisaient en Afrique à l’époque et ont appelé les Africains à s’unir. dans leur lutte pour la libération du colonialisme. Le Mouvement panafricain pour la liberté de l’Afrique orientale et centrale (PAFMECA) a été formé en 1958 pour faire campagne pour l’indépendance des pays d’Afrique orientale et centrale de la domination coloniale et de la minorité blanche, bien que ce mouvement ait été de courte durée.

Le groupe de Casablanca (7 janvier 1961), composé du Ghana, de la Guinée, du Mali, du Maroc et du Gouvernement provisoire algérien, a estimé que l’unité politique et l’intégration continentale des peuples africains s’imposaient entre les pays africains indépendants.

Le groupe de Monrovia (8-12 mai 1961) était composé du Libéria, de la Côte d’Ivoire (aujourd’hui Côte d’Ivoire), du Cameroun, du Sénégal, de la République malgache (aujourd’hui Madagascar), du Togo, du Dahomey (aujourd’hui Bénin), du Tchad, du Niger Haute-Volta ( aujourd’hui Burkina Faso), le Congo Brazzaville, la République centrafricaine, le Gabon, l’Éthiopie et la Libye ont appelé à une économie de développement axée sur le marché.

Pour un monde stupéfait qui avait rejeté la possibilité de l’unité africaine, tous ces groupements régionaux ont décidé de se rassembler pour défendre la dignité de l’Afrique et former un front uni pour lutter pour l’indépendance complète des peuples africains.

En mai 1963, Kwame Nkrumah du Ghana, l’empereur Haile Selassie d’Éthiopie et Gamal Abdel Nasser d’Égypte ont convoqué une réunion de trente-deux pays africains nouvellement indépendants à Addis-Abeba, en Éthiopie, qui a abouti à la formation de l’Organisation de l’unité africaine (OUA ). C’était une manifestation de la vision panafricaine d’ une Afrique unie, libre et maître de son destin et cela a été célébré le 25 mai ( Journée de l’Afrique) 1963, dans la Charte de l’OUAqui énonçait le but de l’Organisation, à savoir :

Promouvoir l’unité et la solidarité des Etats africains ;

Coordonner et intensifier leur coopération et leurs efforts pour parvenir à une vie meilleure pour les peuples d’Afrique ;

Défendre leur souveraineté, leur intégrité territoriale et leur indépendance ;

Éradiquer toutes les formes de colonialisme d’Afrique ; et

Promouvoir la coopération internationale, dans le respect de la Charte des Nations Unies et de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Pour atteindre ces objectifs, les États membres se sont engagés à harmoniser leurs politiques dans les domaines de la coopération politique et diplomatique ; Coopération économique, y compris transport et communication ; Coopération éducative et culturelle; Coopération en matière de santé, d’assainissement et de nutrition ; Coopération Scientifique et Technique; Coopération pour la défense et la sécurité.

La réalisation de ces objectifs reposait sur les sept principes fondamentaux suivants :

L’égalité souveraine de tous les États membres ;

Non-ingérence dans les affaires intérieures de l’État ;

Respect de la Souveraineté et de l’Intégrité Territoriale de chacun et de son droit inaliénable à une existence indépendante ;

Règlement pacifique des différends par négociation, médiation, conciliation et arbitrage ;

Condamnation sans réserve de toutes les formes d’assassinat politique ainsi que des activités subversives de la part des Etats voisins ou de tout autre Etat ;

Dévouement absolu à l’émancipation totale des territoires africains, encore dépendants ; et

Affirmation d’une politique de non-alignement de tous les blocs.

Le siège du Secrétariat général de l’OUA était situé à la Maison de l’unité africaine à Addis-Abeba, en Éthiopie, et était dirigé par un secrétaire général administratif, assisté de cinq secrétaires généraux adjoints, tous nommés par les chefs d’État et de gouvernement. Suite à la transformation de l’OUA en Union africaine (UA), Addis-Abeba reste le siège de l’UA avec la direction de la Commission de l’UA composée d’élus – président, vice-président et 6 commissaires et un secrétariat entièrement fonctionnel composé de personnel des 55 États membres.

In UA

Créé le 25 mai 2023 12:10

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces