Les cimetières saturés à Conakry : « On déterre des corps pour enterrer d’autres… »

CONAKRY- De nos jours, trouver une place pour inhumer un mort dans certains cimetières de Conakry est un véritable casse-tête pour les habitants de la capitale guinéenne. C’est un problème de société très préoccupant mais qui est passé sous silence. Africaguinee.com jette un coup de projecteur sur cette problématique sociétale.


A Conakry, de nombreux citoyens lorsqu’ils perdent un proche, ils préfèrent ramener le corps du défunt dans leurs villages respectifs pour faire un enterrement digne. Sur les routes nationales menant vers les villes de l’intérieur du pays, c’est fréquent de croiser des cortèges funèbres. On voit des cercueils attachés du haut des capots de véhicules se dirigeant en province.

Pour certains, ce n’est pas parce qu’ils ont forcément les moyens de ramener les corps au village. Mais c’est surtout à cause du fait qu’à Conakry, en plus des difficultés pour trouver une place dans un cimetière, il y a également un problème d’insécurité. Les tombes sont exposées à des risques de profanation. Ils ne supportent pas de voir la sépulture d’un proche profanée.

Pour toucher du doigt cette dure réalité, nous avons fait un tour dans certains cimetières de la capitale. Certains témoignages sont effroyables. Nous au cimetière de Camayenne où beaucoup de guinéens morts sont enterrés.  Là, nous abordons le sujet relatif au problème de place avec le gardien. De nos échanges, il a révélé comment le problème de places se pose dans ce lieu où reposent les morts.

 » Depuis des années, moi je suis dans ce cimetière. Les gens viennent quotidiennement pour faire l’enterrement de leurs morts. Mais cette affaire de manque de place, ça ne m’intéresse pas trop.  Quand les gens viennent, c’est eux même qui vont partir chercher une place pour creuser la tombe. Mais le hic, de fois s’ils ne trouvent pas une place, ils sont obligés de creuser sur les anciennes tombes pour inhumer leurs morts. C’est fréquent », explique ce gardien de cimetière.

Pour Elhadj Mamadou Mouctar Camara muezzin dans une mosquée à Yimbaya tannerie, le manque de places dans les cimetières à Conakry est une dure réalité dans la capitale guinéenne.

« Le manque de place dans nos cimetières est devenu une réalité dans notre capitale. Je crois que ce problème est dans tous les quartiers de Conakry. De nos jours, partout où vous allez à Conakry, il y a ce même problème qui se pose. Par exemple chez nous à Yimbaya Tannerie, c’est plus de quatre quartiers qui partagent le même cimetière.  Dans ce cimetière, nous avons un manque criard de places.

Actuellement, ceux qui viennent pour faire l’inhumation, ils sont obligés de déterrer d’autres corps pour enterrer d’autres personnes décédées. Et il n’y a pas plus tard que le lundi passé quand nous sommes partis enterrer un vieux qui était décédé dans notre secteur, mon père était de la partie. Mais quand il avait vu la manière par laquelle l’enterrement du vieux a été fait, directement, il m’a dit : s’il te plaît mon fils, quand je meurs, ne m’enterre pas ici. Fais tout pour ramener mon corps au village parce que ce que j’ai vu ici ça me dépasse vraiment », a-t-il expliqué.

Nous avons rencontré Alpha Oumar Diallo, près du cimetière de Bantounka 1, dans la commune de Ratoma. En plus du manque de places, ce citoyen déplore aussi le manque d’organisation dans les cimetières. Il demande aux autorités de prendre des dispositions.

« Nous avons un problème de place dans les cimetières, mais il y a aussi un manque d’organisation. C’est difficile de mettre pieds à l’intérieur, souvent on risque de tomber dans les tombes. A plusieurs reprises, j’ai participé à creuser des tombes. Mais on n’a pas bien fait la tombe d’une défunte tellement qu’il y avait des roches, des fois on déterre une ancienne tombe afin de pouvoir enterrer un nouveau corps. Je demande aux autorités de nous aider à bien arranger notre cimetière et d’avoir une bonne organisation à l’intérieur, car un corps doit être inhumé en paix,  avec dignité et considération », a-t-il lancé

A Conakry, la gestion des cimetières est confiée aux mairies qui laissent ces lieux pour comptes.

Mamadou Yaya Bah 

Pour Africaguinee.com

Créé le 5 octobre 2023 18:00

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces