Guinée : La HAC étend son réseau de surveillance des médias…

CONAKRY-La Haute Autorité de la Communication (HAC) continue d’étendre ses systèmes de monitoring pour contrôler de près les médias. Mamou, l’institution a déployé de nouveau équipements.

Une mission de l’organe régulateur des médias en Guinée y a séjourné en fin de semaine dernière. Elle a présenté aux représentants des médias locaux les nouvelles installions en présence des autorités. Lors de cette rencontre, les délégués de la HAC ont fait savoir aux journalistes qu’ils sont désormais sous contrôle et que les anciennes installations étaient obsolètes. Dans la ville carrefour, l’installation de ce système de monitoring par la HAC suscite des craintes et interrogations chez les professionnels du micro.

La fréquence de chaque radio est désormais connectée à un ordinateur qui enregistre toutes les diffusions. Pour les sept radios de la place, nous avons constaté la présence de sept ordinateurs opérationnels dont les enregistreurs sont lancés. Les auditeurs ont aussi été avertis.

« C’est une manière de vous dire que la HAC porte un œil sur tout ce que vous allez faire ici désormais. Les installations qu’on avait ici étaient obsolètes. On a dégagé tout ça pour mettre ces machines de dernière génération. Ici, vous constatez que tous les medias de la place sont branchés. A partir de Conakry on peut suivre toutes les radios de Mamou. Donc, dites à tous les journalistes et tous les auditeurs que ces installations sont désormais-là. Les installations sont très bien protégées », a déclaré Thierno Aliou Barry.

Dès après le passage de la mission, les journalistes de la ville carrefour ont ouvert le débat sur la pertinence de cette initiative. Certains estiment que cette mesure est bonne d’autant que tous les journalistes ne sont pas professionnels.

« Moi je pense que c’est une bonne chose. La HAC doit connaitre comment on travaille. Car en vérité, ce n’est pas tous les journalistes qui le font correctement. Il y a des bavures quand-même. Donc cela leur permettra de toucher du doigt la réalité des choses. Ensuite, ils vont penser à la formation des journalistes à l’intérieur du pays », estime Thierno Amadou Kolié Diallo.

De son coté, Jacques Kamano pense plutôt que c’est une autre façon de museler la presse. Il se pose la question de savoir ‘’pourquoi c’est maintenant là que les installations du monitoring sont améliorées ?’’.

« Pour moi, c’est une façon de tenter de museler la presse. Ces installations qu’on annonce être obsolètes étaient là depuis. Mais c’est maintenant là qu’elles ont été changées. Et vous voyez bien qu’à Conakry, les journalistes sont convoqués à chaque fois devant la HAC pour des faits qui ne méritent pas selon moi. Ils vont tenter de nous effrayer mais ça ne marchera pas », estime ce journaliste à Mamou.

Pour Ibrahima Bah, responsable d’un media de la place, c’est maintenant là qu’il faut bien dénoncer pour ressortir les erreurs du gouvernement pour qu’il change.

« Comme ils nous suivent maintenant, c’est l’occasion pour nous de leur faire entendre le cri de cœur du bas peuple. On va dénoncer et ressortir les erreurs ou faiblesses du gouvernement pour qu’il change. On n’a peur de personne. On fait correctement notre travail », clame le DR de Djoma à Mamou.

Habib Samaké

Correspondant Régional d’Africaguinee.com 

A Mamou

 

Créé le 19 mai 2023 18:54

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces