Guinée: Comment mettre fin au trafic de drogue ?

Des membres de la commission Ouest-Africaine sur les Drogues

CONAKRY-La sous-région Ouest-Africaine est-elle devenue la plaque tournante du trafic international de drogue ? La commission Ouest-Africaine sur les Drogues (WACD) en mission en Guinée depuis le lundi 04 Aout 2015 a présenté le rapport  sur les mesures à prendre pour répondre aux défis créés par le trafic  et la consommation de drogues dans la région.

Afin de préparer  son rapport intitulé "Pas seulement une zone de Transit, Drogues Etats et Société en Afrique de l’Ouest", la WACD a entrepris des consultations avec les gouvernements, les organisations régionales, les organismes internationaux, la société civile et les citoyens concernés par le trafic et la consommation de drogues ».

Membre de cette organisation sous-régionale, le Dr  Idrissa Ba commissaire de la WACD, face à la presse guinéenne ce jeudi, a indiqué que l’Afrique de l’ouest et la Guinée ne sont plus seulement  des zones de transit  de drogues issues  d’ Amérique du Sud  et en route vers  l’Europe. elles sont devenues selon lui d’importantes zones de consommation et de production.

’  De ce fait l’absence  criante de centres de traitement  destinés  aux usagers de drogues alimente la propagation de maladies et expose toute une génération à des risques croissants de santé publique, concernant à la fois les consommateurs de drogues  et ceux qui ne le sont pas’’ a montré le commissaire de la commission Ouest -Africaine sur les drogues.

Dns son intervention,  Christine Kafando du Burkina-Faso, commissaire au même titre que Dr Idrissa Ba, a recommandé à la Guinée de repenser  ses politiques sur les drogues.

‘’ En accord avec le concluions de notre rapport, nous demandons à la Guinée et aux autres gouvernements  d’Afrique de l’Ouest  de reformer les lois  et  politiques sur les drogues  et de dépénaliser  les infractions mineures non violentes en lien avec les drogues’’ a proposé la conseillère psychosociale de cette organisation.

Cette commission a livré un rapport  dans lequel huit principales conclusions ont été élaborées. Il s’agit entre autres :  l’exhortation de dirigeants politiques ouest-Africains à unir leurs efforts pour changer les lois et les politiques qui se sont révélées  inefficaces, en collaboration avec la société civile et surtout de considérer  la consommation de drogues comme un problème de santé publique, où les usagers de drogues ont besoin d’aide et non de sanctions.

Dans ce document,  il est aussi inscrit huit recommandations qui plaident pour le renforcement  d’application de la loi à des  fins de dissuasion plus sélective, ciblant en priorité les haut responsables du trafic, et de faire en sorte que la responsabilité partagée de pays de production, de transit et de consommation sur des stratégies opérationnelles, notamment un exchange d’expérience entre les dirigeants des pays  touchés en Afrique de l’Ouest et ailleurs.

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

Créé le 7 août 2015 15:20

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_