Fonction publique: Des centaines de faux diplômes détectés par le gouvernement…

Le ministre de la fonction publique, Sékou Kouroumah

CONAKRY-Le Gouvernement guinéen vient de détecter plus de sept cent (700) faux diplômes  en marge du recrutement des agents de la santé, lancé par le ministère de la fonction publique et de l’emploi. Le ministre dudit département Sékou Kourouma, point un doigt accusateur sur les greffiers. 

 « Certains candidats, au lieu d’envoyer leurs dossiers à l’université pour les légaliser, ils les envoient au greffier en chef. Qu’est-ce qu’un greffier en chef a à valider un diplôme universitaire ? »,  s’est interrogé  le ministre Kourouma, s’exprimant au cours d’une conférence de presse axée sur les résultats partiels de l’authentification des dossiers de candidatures  pour  le recrutement des fonctionnaires  de la santé et de l’enseignement en 2015.

Poursuivant, le ministre Sékou Kourouma, a avoué qu’au niveau de l’administration, il y a certes des faux arrêtés d’engagement, mais c’est encore ‘’ pire’’ à l’éducation avec des faux diplômes.   

« Il  y a le jeu des faux diplômes à chaque organisation de concours. C’est la course ouverte aux faux diplômes. Alors cette fois, nous avons pris les taureaux  par les cornes pour aller à la chasse contre les faux diplômes. On est encore loin du compte », a indiqué le ministre.

Les résultats partiels du ministère de la Fonction publique rapportent que  sur les 2 000 postes à pourvoir dans ce concours de recrutement,  il y a eu 18.753 candidats.  A Conakry,  le nombre de diplômes non authentique s’élève  à 722 au niveau des médecins, tant dis qu’au niveau de l’enseignement technique, il y a  519 faux diplômes. 

Dans son intervention, le ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail, a souligné le danger lié à la falsification des dossiers universitaires.

  «  Lorsqu’on  laisse passer ces choses-là, on  retrouve des gens sur le marché qui vont exercer de façon illégale la médecine. Voilà les dangers auxquels sont exposées les populations guinéennes  en permanence », a déploré Albert Damantang Camara, tout en annonçant des mesures de sécurisation des dossiers administratives. ‘’ Nous allons sévir pour mettre fin à ça’’, prévient-il. 

BAH Aïssatou

Pour africaguinee.com

Tél : (00224) 655 31 11 14

Créé le 9 août 2015 12:44

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces