États-Unis : De sérieux ennuis pour Donald Trump…

Donald Trump, ancien Président des Etats-Unis, crédit photo AFP

Donald Trump a plaidé non coupable, ce mardi 13 juin 2023, d’accusations historiques de mauvaise gestion de dossiers sensibles devant un tribunal fédéral de Miami, en Floride. Candidat déclaré à la prochaine course à la maison blanche, M. Trump est le premier président américain – actuel ou ancien – à faire l’objet d’une inculpation pénale fédérale.

Il a été épargné par une photo d’identité, mais on s’attendait à ce qu’il subisse une empreinte numérique et soumette un échantillon d’ADN par prélèvement. C’est la deuxième fois que M. Trump comparaît devant un tribunal cette année, mais l’affaire de mardi est plus grave. De petites foules de partisans et de contre-manifestants de Trump se trouvaient devant le tribunal Wilkie D Ferguson Jr au centre-ville de Miami.

Un avocat de M. Trump a plaidé non coupable pour 37 chefs d’accusation de détention illégale de documents classifiés et d’entrave aux efforts du gouvernement pour les récupérer. « Nous inscrivons très certainement un plaidoyer de non-culpabilité », a déclaré l’avocat, Todd Blanche, au juge. Le coaccusé de M. Trump, Walt Nauta – un proche collaborateur accusé de six chefs d’accusation dans l’affaire – était assis à la même table que l’ancien président.

L’ancien président, 76 ans, a été autorisé à quitter le tribunal sans restriction, selon CNN, après que les procureurs ont déclaré au juge d’instruction Jonathan Goodman que l’accusé n’était pas considéré comme un risque de fuite.

M. Trump – favori pour l’investiture présidentielle républicaine de 2024 – a été conduit au tribunal par cortège depuis la station Trump National Doral où il a passé la nuit.

Pendant le trajet, plusieurs messages ont été postés sur son compte sur la plateforme de médias sociaux Truth Social, dont un en majuscules disant : « Un des jours les plus tristes de l’histoire de notre pays. Nous sommes une nation en déclin !!! »

Alina Habba, une avocate de l’ancien président, a répété les affirmations de l’ancien président selon lesquelles les accusations étaient politiquement motivées alors qu’elle s’adressait aux médias en dehors du tribunal.

« Nous sommes à un tournant de l’histoire de notre nation, la poursuite ciblée d’un opposant politique de premier plan est le genre de chose que l’on voit dans des dictatures comme Cuba et le Venezuela », a-t-elle déclaré aux journalistes. « Ce qui est fait au président Trump devrait terrifier tous les citoyens de ce pays », a-t-elle ajouté.

Au lieu de faire face à l’humiliation d’une photo de réservation, le US Marshals Service – qui sécurise les tribunaux fédéraux – utilisera une photo prise précédemment de M. Trump, ont informé les responsables du tribunal mardi matin.

M. Trump, qui a nié à plusieurs reprises les actes répréhensibles, devrait retourner dans son complexe de golf à Bedminster, New Jersey, où il fera des remarques aux médias.

Les accusations, qui ont été rendues publiques vendredi, sont intervenues après que des agents du FBI ont trouvé plus de 100 documents avec des marques classifiées dans le domaine privé de M. Trump en Floride, Mar-a-Lago, en août.

Ils auraient contenu des informations sur les capacités de défense et d’armement des États-Unis et des pays étrangers, ainsi que des plans de représailles possibles en réponse à une attaque étrangère.

Les procureurs l’accusent d’avoir accumulé les dossiers, d’en stocker certains dans une salle de bal et une salle de bain, et de s’être engagé dans un complot avec un assistant pour faire obstruction à l’enquête du FBI.

Les problèmes juridiques de M. Trump ne semblent pas avoir diminué son soutien parmi les électeurs républicains.

Un sondage réalisé par le partenaire américain de la BBC, CBS, a révélé que 76% des électeurs primaires républicains probables étaient plus préoccupés par le fait que l’acte d’accusation était politiquement motivé que par les documents présentant un risque pour la sécurité nationale.

Dans une interview accordée à une émission de radio en espagnol lundi, M. Trump a accusé l’administration Biden d’avoir armé les forces de l’ordre contre lui.

Le protocole stipule que le ministère de la Justice, l’agence fédérale qui applique la loi américaine, devrait fonctionner indépendamment de la Maison Blanche. Le président Joe Biden a déclaré la semaine dernière: « Je n’ai jamais – pas une seule fois – suggéré au ministère de la Justice ce qu’il devrait faire. »

Les experts juridiques affirment que les accusations criminelles pourraient entraîner des peines de prison substantielles si M. Trump est reconnu coupable. Il s’est toutefois engagé à poursuivre sa campagne présidentielle quel que soit le verdict.

La comparution de M. Trump devant le tribunal est sa deuxième en moins de trois mois. Il a été interpellé en avril à New York pour avoir falsifié des documents commerciaux pour un paiement silencieux à une star du porno avant les élections de 2016.

BBC

Créé le 13 juin 2023 21:56

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces