Enquête sur le massacre du 28 septembre 2009 : Qu’envisage l’ONU ?

L'équipe d'experts

CONAKRY-Une équipe d’experts des nations-unies qui travaille sur le dossier du 28 septembre, vient de boucler une mission en Guinée.  Les experts ont annoncé ce mercredi 1er  juillet 2015, que des discussions ont été menées pour s’assurer de l’accès aux fosses communes, dans le cadre des enquêtes sur le dossier du 28 septembre, a appris Africaguinee.com.

Cette équipe dirigée par Innocent Blemba Zahinda est rattachée au bureau de la représentante spéciale du secrétaire général  des Nations-Unies, pour les violences sexuelles dans les conflits, Zainab Hawa Bangoura. Durant son séjour, l’équipe a rencontré la présidente de l’association des victimes, Madame Asmaou Diallo et certaines organisations de défense de droits de l’homme qui appuient les victimes, ainsi que les juges d’instructions en charge du dossier. Les experts qui ont bouclé leur mission ce mercredi, ont été reçus par le ministre de la Justice garde des sceaux, maître Cheick Sacko.

Lors d’un point de presse que le ministre Sacko a conjointement animé avec ses hôtes, il a été question du dossier du 28 septembre. Le garde des sceaux guinéen a rappelé dès l’entame de son intervention qu’il y a un cadre institutionnel pour que les nations-unies viennent en assistance à la Guinée, concernant les évènements comme ceux du 28 septembre 2009.

« Ils sont venus voir où on en est au niveau de la procédure ? Est-ce que le travail avance ? Est-ce que les juges ont des difficultés dans leur travail ? Ensuite nous aider à avancer vite dans ce dossier », a indiqué  Cheick Sacko, précisant que cette visite n’a rien à voir avec celle de la Cour Pénale Internationale (CPI).

 « Nous apportons un appui technique en Guinée », a déclaré Innocent Blemba Zahinda, notant qu’il y a eu des avancées importantes enregistrées dans le dossier.

« Il y a eu des inculpations autour de quinze. Il y a eu des discussions pour s’assurer qu’on ait accès aux fosses communes qu’il faudrait localier », note l’expert de l’ONU, ajoutant que les Nations-Unies sont prêtes à mettre à la disposition du pool des magistrats l’expertise légale.

Autres avancées signalées par M. Zhinda, ce sont les discussions entamées sur les mesures de protection à prendre pour assurer la sécurité des témoins. Selon lui, l’avancée de ce dossier augure une ère où les gens se disent qu’ils peuvent payer des crimes qu’ils sont commis.

Toutefois, l’expert onusien affirme qu’il y a des défis qui restent relever. Puisque le dossier  doit continuer jusqu’au procès. Innocent Blemba Zahinda assure que les nations-unies sont disposées à continuer d’apporter son accompagnement à la Guinée dans ce dossier.

Pour son collègue, maitre Amadou Bah ancien ministre de la justice de Mauritanie et ancien président de la Cour Suprême, le règlement du dossier du 28 septembre s’inscrit dans le cadre de la lutte contre l’impunité en Guinée. 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 31 11 12

 

Créé le 2 juillet 2015 11:54

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

logo-fondation-orange_3