Droits humains : « Il y a des améliorations par rapport au régime précédent… », selon l’OGDH

Alsény Sall, porte-parole de l'OGDH

CONAKRY-Il est indéniable qu’en Guinée, de nombreux défis restent encore à relever en matière de la protection des Droits Humains. Toutefois selon certains défenseurs des droits de l’Homme, interrogés ce samedi 10 décembre 2022 par votre quotidien en ligne, la situation a connu des améliorations par rapport au régime précédent.

Quelques avancées significatives

« Il y a des efforts, il faut le reconnaître. Il y a des améliorations par rapport au régime précédent (…) », selon le chargé de communication de l'Organisation guinéenne de la défense des droits de l'homme et des citoyens (OGDH).

Alsény Sall ne cache toutefois pas quelques inquiétudes. « Il y a des situations inquiétantes relatives à la liberté de l'opinion, de l'expression et le droit de manifestations qui pour nous, sont essentielles en matière de démocratie...», a-t-il dit interrogé en marge de la célébration de la journée internationale des droits de l’Homme.

Graves violations des droits humains

Pour le président de l'ONG MDT (Les mêmes droits pour tous), Me Foromo Frédéric Loua, il y a de graves violations des droits de l'homme en Guinée depuis quelques mois. Pour preuve, dit-il, le droit de manifestations, de réunion, à l'expression libre et démocratique, se trouve restreint.

En Guinée, le régime précédent dirigé par Alpha Condé, était caractérisé par la violence, la remise en cause des principes démocratiques. Ce qui fait que la communauté internationale a entrepris des sanctions ciblées contre les anciens dignitaires dudit régime, a signalé Me Frédéric Loua. Ce défenseur des droits humains invite les nouveaux dirigeants à éviter ces mêmes erreurs.

«Il est important de rappeler aux nouveaux dirigeants, la nécessité du respect des droits de l'homme. Nous avons déjà connu assez de tueries, nous avons des arrestations d'activistes de la société civile qui croupissent en prison en toute illégalité.

Donc, c'est pour rappeler à nos dirigeants que la conduite des affaires publiques doit être compatible avec le respect des droits de l'homme. Si ce n'est pas le cas, nous nous mettons dans le mauvais côté de l'histoire, et ce qui peut rattraper à tout moment comme c'est le cas actuellement pour les dignitaires de l'ancien régime », a-t-il martelé.

Dansa Camara DC

Pour Africaguinee.com

Créé le 11 décembre 2022 00:43

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

GAC recrute trois (3) superviseurs mine…

jeudi, 11 juillet 24 - 5:43 pm